Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Désenclavement, on nous ment !

lundi 6 février 2012 par Daniel Sango


Depuis des décennies les politiciens régionaux et les lobby associés à la route prédisent un avenir cataclysmique pour le Béarn s’il n’est pas doté des moyens les plus perfectionnés et les plus rapides pour le relier à toutes les parties de la planète. Il se trouve fort heureusement qu’il n’en est rien, et l’histoire récente démontre le contraire. Mais il est beaucoup plus facile pour un politique de gesticuler pour réclamer que le gave de Pau devienne navigable que de régler les problèmes de circulation dans sa ville.

 A la sortie de la guerre, le Béarn, malgré sa situation excentrée s’est développé tout autant que les autres régions françaises similaires. Les Turboméca, Messier, Rozan (puis Lindt) SNPA (puis ELF) Euralys, etc...sont devenus des leaders dans leur spécialité. Il n’y avait ni TGV ni autoroute.

Et l’histoire économique montre que des leaders mondiaux naissent dans des lieux improbables (Michelin à Clermont Ferrand ou Peugeot à Sochaux) ou meurent dans des sites parfaitement desservis par les infrastructures (industrie automobile américaine à Detroit). On lira utilement en pièce jointe la contribution du CODE Béarn sur le cas de l’industrie oloronaise. (www.codebearn.org et contact@codebearn.org)

Aujourd’hui le Béarn s’est doté d’infrastructures tout à fait convenables. Il suffit pour cela de voir que certaines d’entre elles sont très largement sous utilisées, entraînant des coûts considérables pour la collectivité.

Le tunnel du Somport en est l’exemple le plus ancien. Aujourd’hui 730 véhicules jours empruntent la RN 134 avant le tunnel, et 480 franchissent le col, ce qui laisse une fréquentation de 250 véhicules/jour pour le tunnel....un désert...

L’autoroute A 65, que j’appelle l’autoroute de la prospérité tellement ses partisans nous promettaient des retombées économiques faramineuses ou a contrario une décrépitude totale si elle n’était pas construite, est aujourd’hui inutilisée ("Bordeaux Pau : l’autoroute de la prospérité" AP du 6/12/2010). Et la tendance n’est pas prête de s’inverser puisque non seulement les déplacements routiers n’augmentent plus depuis une dizaine d’année, mais que les prix des carburants ne cesseront d’augmenter rapidement dans les mois à venir. Il faut y rajouter un tarif prohibitif qui décourage l’usager particulier.

L’autoroute est là, inutilisée et inutile. Les communes placées sur le parcours qui se sont battues bec et ongle pour y disposer d’un diffuseur attendent dans le désespoir, devant leurs zones industrielles désertes.

Tout investissement mal dimensionné, ou fait trop tôt, a un coût considérable car il n’est pas amorti, et au bout du compte c’est toujours le contribuable qui paye... Il était évident qu’une deux fois deux voies était la meilleure solution, dans tous les domaines. Ceci servira-t-il de leçon ?

Une autoroute ne fait pas tout, et l’A64 le démontre aussi. Elle existe depuis des décennies et notre agglomération touche presque celle de Tarbes, mais aucune synergie, quasiment aucun contact, c’est comme s’il existait un rideau de fer. Alors messieurs les politiques vous voulez désenclaver le Béarn pourquoi faire ? Regardez tout à côté, il y a la Bigorre...et que faisons nous ensemble ?

Notre région dispose aussi de la plus grande concentration d’aéroports au monde par tête d’habitant (je vous avoue que c’est une affirmation non vérifiée mais elle doit être réelle...) Trois aéroports sur 100km et que dire sur 200 km si on rajoute Bordeaux Toulouse, Fontarabie et Bilbao ! La Cour des Comptes a depuis plusieurs années tirée la sonnette d’alarme, et Alternatives Paloises aussi ("Un aéroport ça va, trois bonjour les dégâts" AP du 12 avril 2010) Seuls nos politiques et la CCI sont satisfaits de la situation ! Evidement et comme toujours, c’est le contribuable qui paye. Il paye non seulement les investissements (par exemple le récent goudronnage de la piste de l’aéroport de Pau pour 5 millions d’euro) mais aussi les déficits d’exploitation, dont les cadeaux aux low cost qui ne sont pas à bas coûts !("Vol Ryanair 1 ;4 embarquement immédiat !" AP du 22 janvier 2010)

Devant cette situation d’offre pléthorique, pas un mot, pas une action de nos politiques ! Un vrai scandale !

Il y a même pire. Le dernier journal publicitaire du Conseil Général des PA, le mag nous propose en page 9 un article surréaliste : "Aéroports : de nouveaux business modèles" On y apprend que Monsieur Labazée a demandé une étude "très détaillée" au Directeur de Biarritz Tourisme...(et ce n’est pas un gag du mag ). Les réponses du Directeur sont supersoniques :
-  Deux aéroports dans le même département, est ce une chance ou un handicap ? "c’est une chance"
-  On parle d’un rapprochement des aéroports de Pau et Tarbes, êtes vous favorable à cette idée ? : "Non ils doivent rester concurrents"

Tout va bien, le contribuable paiera... Je suggère à M Labazée de dépenser notre argent d’une manière plus sérieuse et l’engage à relire le rapport de la Cour des Comptes " Les aéroports français face aux mutations des transports aériens " de juillet 2008) Il aurait au moins fait l’économie de cette étude "très détaillée" dont on n’a pas le détail du coût...et aurait une vision claire de ce qui attend nos petits aéroports.

Sous prétexte d’un caprice irréaliste, on voudrait faire construire une appendice à la LGV Bordeaux/Espagne pour desservir le piémont pyrénéen. Le coût estimé se situe entre deux et trois milliards d’euro, c’est cher l’appendice ! Nos élus, la CCI et BAP ont perdu la tête ! A grand renfort de calculs économiques spécieux ils voudraient nous faire croire que gagner quelques minutes sur Pau/Paris va se traduire par un essor économique incroyable ! Mais comparer un investissement à une augmentation de PIB n’a pas grand sens et surtout le contexte économique a durablement changé (stagflation durable, énergie chère, limitation des déplacements, etc...) Car la LGV vers l’Espagne se fera, pour connecter les deux réseaux, et une amélioration sensible se produira pour le Béarn avec cette LGV à Dax. En conséquence, une amélioration de la ligne actuelle entre Dax et Tarbes est la solution la plus efficiente, financièrement et écologiquement acceptable.

Et d’ailleurs, mais avant tout, pourquoi ne parle-t-on jamais du temps total de parcours quand on parle déplacement ? Pourquoi vouloir dépenser 2 ou 3 milliards d’euro pour gagner quelques minutes alors qu’il faudra quitter son domicile 45 mn avant le départ du train pour pouvoir atteindre la gare de Pau et donc perdre 30 mn ? ("LGV Béarn Bigorre : on commence enfin à compter !" AP du 21 novembre 2011)

Mme Lignières Cassou, commencez donc par montrer sur votre territoire, là où vous disposez de tous les pouvoirs, que vous êtes capable de rendre fluide les déplacements dans et autour de l’agglomération, et rendre rapidement accessible la gare de Pau.

Mais là c’est une autre histoire, l’incantation ne suffit pas. Le PDU de l’agglomération (Plan de Déplacement Urbain) est incohérent dans ce domaine nous en reparlerons bientôt.

En plus d’une LGV totalement inutile, les grands dépensiers du Conseil Général veulent construire aussi une nouvelle route Poey de Lescar/Oloron (500 millions d’euro). Route totalement inutile car il n’existe pas de potentiel de trafic justifiant un tel désastre écologique et financier. C’est la route actuelle qu’il faut améliorer ainsi que les entrèes de Pau et le périphérique, au profit des habitants du Béarn ("Pau Oloron les verts doivent gagner ! " AP du 31 janvier 2011).

Le Conseil Général, beaucoup trop riche, veut aussi construire une nouvelle route sur le Nord de Pau, le "hauban de Sauvagnon" totalement inutile et destructrice de la riche plaine agricole du Pont Long ("En quête d’utilité publique" AP du 7 mars 2011) Evidement le but réel est sans doute tout autre... Et curieusement Sauvagnon a vu son PLU rejeté par la préfecture pour cause de consommation abusive de terres agricoles ! Ouf ! Bravo Monsieur le Préfet, vous avez vu juste.

Ce même Conseil Général refuse depuis trente ans, dans le même secteur, de réaliser le doublement de la RD 834 (route de Bordeaux) dans le prolongement de la Nord/Sud qui aujourd’hui se termine face à un champ de maïs. On aurait enfin une vraie desserte de l’aéroport et la suppression du bouchon permanent Nord. ("Bouchons ? Ils sont bouchés ces Conseillers Généraux !" AP du 17 juin 2009 ) Ceci est d’autant plus scandaleux que les réservations foncières sur les communes de Lons et Serres Castet existent depuis 20 ans et que les Maires concernés souhaitent cette nouvelle voie (sur 2 km). Et que dire des dizaines de milliers d’usagers qui font la queue tous les jours ! (27000 véhicules/jour)

Avant de vouloir de grands projets utopiques, commencez messieurs les élus par désenclaver notre agglomération et sa périphérie !

Là, cela ne dépend que de vous.

Evidement, il faut se retrousser les manches, on se retrouve en première ligne, et il est toujours plus facile de parler que de réaliser.

Quand les citoyens (qui pestent dans les bouchons, et les autres) s’éveilleront...

- par Daniel Sango

Documents liés
  ETUDE CODE BÉARN
PDF - 265.7 ko
 

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Désenclavement, on nous ment !
9 février 2012, par Emmanuel Pène  

« A la sortie de la guerre, le Béarn, malgré sa situation excentrée s’est développé tout autant que les autres régions françaises similaires. Les Turboméca, Messier, Rozan (puis Lindt) SNPA (puis ELF) Euralys, etc...sont devenus des leaders dans leur spécialité. Il n’y avait ni TGV ni autoroute. »

Des entreprises comme Turbomeca sont venus s’installer en Béarn, car il fallait être loin du front en temps de guerre, et n’oublions pas qu’on sortait de deux guerres mondiales. SNPA c’était parcequ’il y avait du gaz. Enfin Euralis n’existait pas, mais il y avait déjà des coopératives agricoles, ce qui n’était pas spécifique du Béarn.. Pour ces différents cas, les infrastructures n’étaient pas le facteur le plus important.

« « Aujourd’hui le Béarn s’est doté d’infrastructures tout à fait convenables. Il suffit pour cela de voir que certaines d’entre elles sont très largement sous utilisées, entraînant des coûts considérables pour la collectivité. » »

Vous trouvez que la route Pau-Oloron est une infrastructure convenable ? je connais plusieurs personnes qui habitaient à Oloron et qui ont du abandonner un emploi situé à Pau, car le temps de trajet quotidien était trop long..

« « Le tunnel du Somport en est l’exemple le plus ancien. Aujourd’hui 730 véhicules jours empruntent la RN 134 avant le tunnel, et 480 franchissent le col, ce qui laisse une fréquentation de 250 véhicules/jour pour le tunnel....un désert... » »

Il est vrai que le tunnel est surdimensionné par rapport à la route qui le dessert. Il aurait fallu se poser la question avant : soit on fait ce tunnel, mais il faut améliorer la route, soit on ne fait pas ce tunnel.. Personnellement, je pense qu’il faut améliorer la route entre Oloron et le tunnel, ce qui nous permettrait d’améliorer les échanges entre le Bearn et l’Aragon..

« « L’autoroute est là, inutilisée et inutile. Les communes placées sur le parcours qui se sont battues bec et ongle pour y disposer d’un diffuseur attendent dans le désespoir, devant leurs zones industrielles désertes. » »

Je peux vous dire que pour les professionnels qui avaient l’habitude de faire l’aller retour Pau-Bordeaux dans la journée, c’est une bouffée d’oxygène ; et je fais partie de ceux-là. Le vrai problème est qu’on a fait porter tout le financement sur les usagers (et non sur les contribuables comme vous dites), donc l’autoroute est chère, mais je pense qu’il vaut mieux cela que d’augmenter encore les impôts locaux.

« « Tout investissement mal dimensionné, ou fait trop tôt, a un coût considérable car il n’est pas amorti, et au bout du compte c’est toujours le contribuable qui paye... Il était évident qu’une deux fois deux voies était la meilleure solution, dans tous les domaines. Ceci servira-t-il de leçon ? » »

Une deux fois deux voies aurait augmenté les impôts locaux..

« « Une autoroute ne fait pas tout, et l’A64 le démontre aussi. Elle existe depuis des décennies et notre agglomération touche presque celle de Tarbes, mais aucune synergie, quasiment aucun contact, c’est comme s’il existait un rideau de fer. Alors messieurs les politiques vous voulez désenclaver le Béarn pourquoi faire ? Regardez tout à côté, il y a la Bigorre...et que faisons-nous ensemble ? » »

Là, vous avez entièrement raison : il faut faire tomber ces barrières administratives, et travailler ensemble, comme du temps de Gaston Fébus !

« « Et d’ailleurs, mais avant tout, pourquoi ne parle-t-on jamais du temps total de parcours quand on parle déplacement ? Pourquoi vouloir dépenser 2 ou 3 milliards d’euro pour gagner quelques minutes alors qu’il faudra quitter son domicile 45 mn avant le départ du train pour pouvoir atteindre la gare de Pau et donc perdre 30 mn ? ("LGV Béarn Bigorre : on commence enfin à compter !" AP du 21 novembre 2011) » »

Tout à fait d’accord : concentrons l’argent public et les investissements sur des infrastructures efficaces !

« « Mme Lignières Cassou, commencez donc par montrer sur votre territoire, là où vous disposez de tous les pouvoirs, que vous êtes capable de rendre fluide les déplacements dans et autour de l’agglomération, et rendre rapidement accessible la gare de Pau. » »

Oui, et surtout d’améliorer la capacité de stationnement au lieu de faire tourner des bus vides.

« « En plus d’une LGV totalement inutile, les grands dépensiers du Conseil Général veulent construire aussi une nouvelle route Poey de Lescar/Oloron (500 millions d’euro). Route totalement inutile car il n’existe pas de potentiel de trafic justifiant un tel désastre écologique et financier. C’est la route actuelle qu’il faut améliorer ainsi que les entrèes de Pau et le périphérique, au profit des habitants du Béarn ("Pau Oloron les verts doivent gagner ! " AP du 31 janvier 2011). » »

Si ! Le Béarn en a cruellement besoin !!!

  • > Désenclavement, on nous ment !
    9 février 2012, par Daniel Sango  

    Vous ne réussirez pas à convaincre quiconque que des infrastructures non utilisées sont utiles...

    Excepté si vous étes adhérent à BAP...

    Prochain épisode : focus sur la Pau/Oloron, je démontrerai que c’est un réaménagement de la route existante et du "périphérique" qui est la meilleure solution, et dans tous les domaines.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    9 février 2012, par Emmanuel Pène  
    Je suis tout simplement un acteur économique qui en a des collaborateurs sur la route qui perdaient plusieurs heures par semaine plus la fatigue et les risques sur une route Pau Bordeaux digne des départementales albanaises. Aujourd’hui, on gagne du temps, de la sécurité, et nos clients sont moins réticents à venir nous voir.. En fait, les professionnels en véhicule léger empruntent l’A65, mais ce n’est pas le cas des transporteurs et des particuliers (à cause du coût) ; c’est là dessus qu’il faut trouver des solutions. De plus, je me rappelle l’A64 à ses débuts, ça ressemblait à l’A89 en terme de fréquentation.. mais depuis, ça s’est bien rempli. De toute façon, le débat sur l’A65 ne sert à rien, car elle est déjà construite, et on ne va pas l’enlever..

  • > Désenclavement, on nous ment !
    9 février 2012, par Daniel Sango  

    Oui, l’erreur a été faite de construire cette autoroute au lieu d’améliorer l’existant par une deux fois deux voies.

    Il est donc important que cela serve de leçon pour le futur et donc qu’on améliore la Pau Oloron existante !!!

  • > Désenclavement, on nous ment !
    10 février 2012, par claudiqus  
    Encore faudrait-il pour cela que nous disposions de mémoire ! ...

  • > Désenclavement, on nous ment !
    10 février 2012, par L’Aquitain  
    Monsieur Pène, Une clause de déchéance est prévue dans le contrat de concession de l’A65. Comme le trafic est trop faible,les collectivités et l état donc les contribuables payent pour le confort de quelques clients. Puisque vous empruntez l’A 65,vous devez bien vous poser la question ... Même avec 44 euros l’aller retour ,les clients dont je fais parti,n assument pas le coût de construction et d’exploitation.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    12 février 2012, par oscar  

    Monsieur L’ Aquitain, je serais très intéressé d’obtenir copie de cet accord tout à fait secret...qui bien entendu n’est qu’une légende.

    La seule chose connue c’est le contrat de concession passé par l’ Etat avec Alienor dont vous pouvez trouver une copie ici

    http://www.a65.aquitaine.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/decret_concession_A65_cle6f7751.pdf

    On peut y lire que la totalité des coûts a été supportée par Alienor et qu’en conséquence cette autoroute n’a donc rien coûté au contribuable, à l’exception de la déviation d’ Aire sur l’ Adour dont les habitants la méritaient bien.

    Que l ’ensemble des voies et équipement reviendra à l ’état après 55 années d’exploitation ou avant si les emprunts ont été remboursés (1.450MM€) et qu’aucune clause n ’est prévue pour indemniser la société au bénéfice exclusif des propriétaires de grosses berlines qui utilisent cette autoroute (pendant qu’on est dans les idées toutes faites allons-y...).

    Si garantie il y a, car en effet il y en a une, c’ est celle de l ’état sur les financements privés de cette infrastructure. En cas de faillite d’ Aliénor, c’est l ’état qui se substituerait à la société, pour rembourser ses dettes résiduelles. Donc cessez de vous donner mauvaise conscience. Utilisez cette voie sûre, rapide, remarquablement bien intégrée et agréable si vous en avez les moyens, afin qu’ en effet aucune collectivité ni aucun contribuable n ’ait jamais à s’en soucier.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    12 février 2012, par oscar  

    Monsieur L’ Aquitain, je serais très intéressé d’obtenir copie de cet accord tout à fait secret...qui bien entendu n’est qu’une légende. La seule chose connue c’est le contrat de concession passé par l’ Etat avec Alienor dont vous pouvez trouver une copie ici

    http://www.a65.aquitaine.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/decret_concession_A65_cle6f7751.pdf

    On peut y lire que la totalité des coûts a été supportée par Alienor et qu’en conséquence cette autoroute n’a donc rien coûté au contribuable, à l’exception de la déviation d’ Aire sur l’ Adour dont les habitants la méritaient bien. Que l ’ensemble des voies et équipement reviendra à l ’état après 55 années d’exploitation ou avant si les emprunts ont été remboursés (1.450MM€) et qu’aucune clause n ’est prévue pour indemniser la société au bénéfice exclusif des propriétaires de grosses berlines qui utilisent cette autoroute (pendant qu’on est dans les idées toutes faites allons-y...). Il ya par contre des clauses d’indemnisation des collectivités, constituées par des versements annuels d’ Alienor en contrepartie de l ’apport des dites, soit la déviation d’ Aire.

    Si garantie il y a, car en effet il y en a une, c’ est celle de l ’état sur les financements privés de cette infrastructure. En cas de faillite d’ Aliénor, c’est l ’état qui se substituerait à la société, pour rembourser ses dettes résiduelles. Donc cessez de vous donner mauvaise conscience. Utilisez cette voie sûre, rapide, remarquablement bien intégrée et agréable si vous en avez les moyens, afin qu’ en effet aucune collectivité ni aucun contribuable n ’ait jamais à s’en soucier.

    Matter of facts.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    8 février 2012, par Déambulator  

    En novembre 2011 un des ateliers des journées de l’économie de Lyon auxquelles j’assistais (tout le monde peut le faire l’inscription est gratuite) s’intitulait :

    LA FRANCE A-T-ELLE BESOIN DE 1500 KM DE LGV NOUVELLES ?

    Le débat dépassait donc notre Béarn et portait sur les décisions de principe du Grenelle.

    La réponse des experts, (le Député Mariton, le responsable des investissements de la SNCF,deux économistes des transports, dont un toulousain) ont fermement répondu : NON !

    Même la liaison Bordeaux-Irun n’a pas trouvé grâce à leurs yeux, car le trafic attendu (Paris Madrid ou Bordeaux-Bilbao par exemple) semble extrêmement faible alors que les dessertes de voisinage seraient délaissées en raison du cout de la LGV.Sans compter avec l’opposition des élus de la côte basque....

    Alors le "barreau" Béarn-Bigorre là dedans ....

    Dernière remarque : dans la salle il y avait cependant une forte minorité d’ingénieurs-aménageurs qui auraient dit OUI, se basant sur l’exemple de l’Espagne (une économiste des transport espagnole était à la tribune). Savez vous que la LGV espagnole venant du sud monte jusqu’à Huesca ? Le pari pris avant la crise est que personne en Espagne soit à moins d’une heure d’une gare TGV. Mais c’était avant la crise ! et le réseau classique espagnol avec son écartement non normalisé était moribond. Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà !

  • > Désenclavement, on nous ment !
    8 février 2012, par pehache  
    Les LGV espagnoles ne sont pas toutes des LGV au sens "français" : pour une bonne partie (par exemple le tronçon Saragosse-Huesca) ce sont des lignes nouvelles à 220km/h. L’Espagne avait un réseau de ferroviaire peu moderne, et qui de plus n’était pas à l’écartement standard international : d’où le choix un peu contraint de construire de nombreuses lignes nouvelles pour se remettre à niveau (et du coup sur la lancée pour faire mieux que les autres).

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par Père Ubu  

    Bravo pour cette excellente analyse . En fait il n’y a que l’esprit de nos élus locaux qui est enclavé dans le XXème siècle . Quand on pense que le gouvernement a dégagé péniblement 480 millions pour aider les chômeurs et que le CG veut mettre 500 millions pour 25kms d’une départementale ( sic ) à péage ! De vrais spécialistes du " croc à phynances " mais attention à la trappe !

    > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par Autochtone palois  

    Merci Daniel Sango pour cette analyse réaliste.

    Nous avons changé de majorité au Conseil général, mais nous pouvons nous demander s’il ne s’agit en fait que d’un changement de petit personnel politique (PPP...), toujours obsédé par faire ce qui se voit, c’est-à-dire du goudron et du béton.

    L’espoir de les voir cesser dans cette voie peut venir de la situation économique, du manque de financement, à défaut de leur prise de conscience.

    > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par MM  

    Inutile l’autoroute A64 ? Il n’y a effectivement aucun embouteillage, c’est un euphémisme, mais qui s’en plaindrait. Pour ceux qui l’empruntent, quel confort de conduite et quelle sécurité ! C’est beaucoup de fatigue en moins et la possibilité de faire l’aller-retour Bordeaux-Pau dans la journée sans risque. Qui pourrait regretter l’ancienne nationale, fatigante et dangereuse ! C’est donc bien que l’A64 a son utilité.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par pehache  
    Si on mettait en place une ligne Pau-Los Angeles et qu’on demandait son avis au seul passager de l’avion, nul doute qu’il dirait lui aussi que cette ligne est utile.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par Daniel Sango  

    MM Multi Millionnaire ?

    Oui je comprends tout à fait, qui ne rêve pas d’une autoroute privée payée par les pauvres contribuables qui continuent a affronter la nationale.

    Tout le monde n’est pas MM

    Bonne route !

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par MM  
    Il faudrait peut être arrêter de dire n’importe quoi comme le fait M. Sango à son habitude. Si l’A64 est chère, c’est justement parce que l’Etat et les collectivités ne l’ont financée que très peu (sans compter le surcoût de travaux résultant des actions des prétendus écologistes). Donc, elle ne pèse pas beaucoup sur les "pauvres" contribuables qui soit dit en passant ne sont pas si pauvres puisque les vrais pauvres ne paie pas d’impôt en France (ni IR, ni taxe d’habitation) à l’exception de la TVA mais qui ne finance certainement pas l’A64 (sauf pour ceux qui payent les péages et donc l’utilisent). En réalité, ce que regrette M. Sango, c’est qu’il y ait une vraie route entre Pau et Bordeaux car je suppose que ce grand pécurseur routier a pour idéal de désenclavement pour Pau, la bonne vielle route pavée avec de bons gros platanes en bordure pour accueillr les automobilistes.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par L’Aquitain  
    Monsieur MM devrait se renseigner...Le différentiel entre la recette péage et le coût réel d’exploitation sera bien payé par les contribuables pauvres ou non car la TVA entre dans la caisse état et ce même état reverse aux collectivités la part due non imposé ...CQFD Rien n’est gratuit Monsieur MM.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par Rêveur des villes  

    On se rend compte qu’il est difficile de discuter à fond d’un sujet sans avoir en tête tous les chiffres clés qui, ne sont pas tout, mais apportent des éléments très forts dans l’évaluation d’un projet.

    Quel est précisément le coût supporté par les contribuables selon la fréquentation actuelle et en tablant sur une baisse de 50% d’ici 30 ans (hypothèse qui me paraît réaliste au vu de la conjoncture économique et de l’évolution probable du prix du carburant).

    Comparaison de cela avec le coût moyen d’une autoroute et d’une LGV (avec une fréquentation que devrait ( ?), au contraire, augmenter de 50% en 30 ans).

    Chiffrage des aménagements clés pour changer de modèle d’urbanisme pour une moindre consommation d’énergie. Comparaison avec l’argent public mis dans cette autoroute...

    Tout cela demande des recherches, du temps... Allez, les retraités !!!

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par Rêveur des villes  

    Allez, bien que n’étant pas retraité, j’essaie de faire ma petite analyse sur le coût d’un barreau de LGV Mont-de-Marsan / Pau par rapport au tronçon Tours-Bx.

    Tours-Bx fait gagner 1h à tout le SO, soit environ 5 M de personnes pour 7 Mds € soit 1 400 € pour faire gagner 1h à 1 personne.

    MdM-Pau : 2,5 M€ pour faire gagner 1/2 heure à 400 000 personnes (je suis gentil, j’inclus Pau, Oloron, Tarbes, Lourdes...). Cela équivaut à 12 500 € pour faire gagner 1h à 1 personne.

    Rapport du coût entre les 2 projets de 1 à 9. Disons un ordre de grandeur de 1 à 10 pour être clair. C’est déjà dur pour trouver le financement de Tous-Bx, alors pour qqchose de 10 fois plus cher proportionellement !!!

  • > Désenclavement, on nous ment !
    7 février 2012, par L’ OURS du Bois  
    vous en êtes sur ??????? smiley smiley smiley L’A 64 n’est pas toujours dégagée et ne vas pas directement a Bordeaux mais au bord d’eau smiley smiley smiley l’A 65 par contre est chère, libre et vas dans les vignes... monseigneur smiley smiley smiley

  • > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par Rêveur des villes  

     smiley

    Article qui fait bien le point sur la très mauvaise gestion de nos édiles. Les Espagnols aussi en ont fait des infrastructures inutiles... L’Europe du N, a, à mon avis était plus prudente, étudie davantage les investissements. D’où la fracture énorme qui s’est produite entre les 2 Europe...

    Je suis moins optimiste que vous pour la LGV Bx-Espagne, sachant que celle-ci ne sera pas du tout rentable et que l’autoroute du rail Est : Madrid - Barcelone - Montpellier - Lyon - Paris n’est pas encore terminée et ne le sera pas avant 10 ans (manque Perpignan - Montpellier)

  • > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par Rêveur des villes  
    Sur l’autoroute, qui ne se justifiait pas, maintenant qu’elle est construite, cela pourrait constituer une ligne régulière de bus, dans une optique de DD.

  • > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par L’Aquitain  

    Le Conseil Général des P.A. a raison. Pourquoi se plaindre ?? Merci le Conseil Général,c’est l’Amérique. Autant d’aéroport sur 100 km qu’à New-York sur 150.. Monsieur Le Président du Conseil Général , Monsieur le Sénateur LABAZEE encore un petit effort ,il nous manque un Héliport.

    > Désenclavement, on nous ment !
    6 février 2012, par L’ OURS du Bois  

    L ’autoroute A 65, que j’appelle l’autoroute de la prospérité

    les autoroutes de la France augmentent de 2,5% ( en moyenne) au motif d’y réaliser des travaux smiley smiley une autoroute "toute neuve" augmente de 5%, pourquoi ????? smiley smiley smiley

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pau : un guide humoristique pour les automobilistes
    Pau - A@P et la médiathèque
    Désenclavement : Qui ment à qui ?
    Sécurité dans le département en 2011
    Le Conseil Général fait fausse route !
    Cohérence sauce béarnaise
    En quête d’utilité publique (suite)
    Hauban de Sauvagnon : en quête d’inutilité publique
    Petit Projet Publicitaire
    Analyse du document de l’agglomération de Pau sur la ligne en site propre.
    Chères études
    Propositions pour la ligne d’autobus en site propre.
    Petits échos de nos écus
    Passerelle sur le gave de Pau en face des jardins du Conseil Général : Le projet.
    EISTI es-tu là ?
    Dialogue autour de la piscine



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises