Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Un souffle de révolte.

lundi 6 février 2012 par Joël BRAUD


Depuis quelque temps maintenant, les courriers des lecteurs de plusieurs journaux et périodiques portent sur ce même sujet : le train de vie de l’Etat. Il est fustigé tandis que des efforts sont demandés à la majorité de nos concitoyens. Y aurait-il des castes protégées de la crise ? Ce souffle de révolte peut-il s’amplifier avec des conséquences plus graves ?


La période électorale que nous connaissons actuellement est évidemment propice aux bilans. Ces derniers jours on entend parler de hausse du chômage, à un taux record en France et qui atteint le niveau de 10,4 % dans la zone euro ; de déficit commercial ; de baisse de la consommation des ménages ; de l’augmentation de la dette ; de 70 000 personnes qui n’ont pas de domicile ; de 3,6 millions de mal logés ; de 8 millions de français qui vivent en dessous du seuil de pauvreté avec des revenus inférieurs à 950 euros mensuels ; de la hausse de la TVA ; de l’augmentation du prix des autoroutes ; de l’augmentation du prix des carburants, du fuel domestique et du gaz ; de la stagnation du taux d’intérêt des placements populaires ( le livret A reste à 2,25 % alors que compte tenu de l’inflation et selon les règles en vigueur il aurait dû augmenter).

Une liste à la Prévert en guise de bien triste résultat attribué à tort ou à raison à un quinquennat finissant.

Et dans le même temps le journal télévisé le plus regardé, donne la parole à René DOSIERE, un député de l’opposition qui se fait le chantre de la dénonciation du train de vie de l’Etat. Il nous révèle que les salaires des conseillers des ministres ont augmenté ces dernières années de 20 à 30 % pour atteindre en moyenne plus de 11 000 euros mensuels. Rappelons d’ailleurs à ce propos qu’un directeur général des services de la mairie de Pau émargeait à 10 000 euros mensuels, il n’y a pas si longtemps. Il parle également des dépenses qui n’ont jamais été aussi élevées pour payer les transports du Président de la République et du Premier Ministre. Il nous dit aussi que les mesures de sécurité entourant les déplacements des personnalités sont devenues très chères et bien plus chères qu’ailleurs et pas toujours aussi justifiées qu’on veut nous le faire croire. Qu’enfin le train de vie d’une certaine caste au pouvoir prend des proportions qu’il n’avait jusqu’alors jamais connu.

Alors il y a comme un souffle de révolte qui se fait sentir, il n’est qu’à lire pour s’en convaincre, les courriers des lecteurs de plusieurs journaux qui évoquent « Les arnaqueurs et les profiteurs », « Le contrôle des dépenses par une répartition équitable des efforts et des richesses » ; « l’Etat providence qui depuis trente ans, conduit notre pays à la ruine » ; « L’énarchie responsable de plusieurs désastres économiques » etc.

Il faut rappeler également que lorsqu’on évoque la baisse des indemnités de nos parlementaires on se fait aussitôt traiter de « démago ». Comme si certaines mesures ne pouvaient avoir de valeur symbolique à défaut de conséquences économiques.

Alors bien sûr ces réactions sont épidermiques et sans doute de l’instant. Elles ne reflètent pas l’opinion majoritaire du moins dans la violence de leurs propos. Mais il s’agit d’un souffle d’indignation, voire de révolte qui à en croire les réactions que l’on entend dans les conversations habituelles, devient de plus en plus présent sinon puissant.

Restons vigilants, parfois le souffle précède le vent comme il y a des révoltes qui descendent dans la rue.




- par Joël BRAUD
 Pau, le 1er février 2012

Crédit photo : image clipart de word



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Un souffle de révolte.
8 février 2012, par Carola  

Hélas, beaucoup de choses se disent à mots couverts dans ce que vous écrivez, même si cela reste générique ou comme vous le dites une liste à la Prévert...

Mais les mots ont leur importance et parmi les raccourcis qui font consensus apparent, sachez que de plus en plus d’entre nous n’y met plus le même sens. La mystification commence à être vraiment trop grossière.

"L’état providence" que vous pointez responsable depuis 30 ans de la banqueroute actuelle me fait réagir.

1. parce que le souci de l’équité et de la solidarité entre tous me paraît une mission fondamentale et forte d’un état pour assurer un socle commun à la liberté, à l’égalité et à la fraternité.

2. parce que ceux qui ont transformé la providence en vache à lait ne sont pas les employés, les chômeurs, les corporations professionnelles, les familles, les personnes âgées etc... et tous ceux qui se sont vus mettre au banc des accusés. Ce sont les requins de la finance, de la banque et de l’assurance qui ont parfaitement joué les spéculateurs de normes et de sécurité pour tenter d’imprimer en nous qu’un être humain c’est d’abord une valeur marchande et que c’est là l’essentiel de ce que nous avons à conquérir ensemble en société.

3. parce que les cinq dernières années auront vu une inflation de textes de lois dans ce sens qui ont laminé la société civile au profit de l’objet économique. Que l’état ait baissé les bras de la sorte, c’est ça qui fait mal, c’est ça qui fait peur.

Bref, moi je pleure que toute action protectrice du législateur contre les abus économiques et financiers soit aujourd’hui pointée comme l’empêcheur principal. Je ne me résouds pas à cette idée. Elle est dangereuse et folle.

La toile de fond idéologique de ce système qui se montre de plus en plus arrogant est une misère sociale assurée qui commence à pointer sérieusement son nez.

Le quinquennat qui s’achève aura juste été un accélérateur et la possibilité accrue de se partager le butin pour les plus riches tandis que la société civile s’est vue muselée et ses recours confisqués par une foule de textes qui sont eux, passés en catimini.

Ce circuit se mord la queue jusqu’à la tête et c’est autant absurde que tragique. Quant aux dépenses somptuaires de confort du chef de l’état, il avait annoncé la couleur en doublant ses émoluments à son entrée en poste en 2007 et les collusions d’intérêt en tout genre sous notre nez, c’est l’usurpation pourtant prévisible qui manquait à la société française.

Voilà où en est l’état providence que vous accusez. Il est à terre et pas de quoi se réjouir. Souhaitons seulement que le souffle de la révolte ne nous mène pas jusqu’au chaos. La liste des imposteurs et des cyniques qui y auront contribué s’est bien garnie ces dernières années.

  • > Un souffle de révolte.
    8 février 2012, par Joël BRAUD  
    Bravo Carola pour votre texte qui exprime une vraie réflexion. A vous lire on constate que vous avez toutes les qualités et sans doute au delà, pour écrire des articles dans Alternatives Paloises.

  • > Un souffle de révolte.
    8 février 2012, par Louis H  

    Un bon début.

    A nos maux (cf Carola) , on a trouvé les coupables

    les autres

    Maintenant il n’y a plus qu’à faire le tri parmi les 65 millions de suspects.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises