Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...

lundi 21 novembre 2011 par Daniel Sango


La réunion du Comité de Pilotage de la desserte Béarn-Bigorre le 14/11/2001 à Dax commence enfin a rentrer dans le vif du sujet... La question qui fâche commence à pointer son nez dans les propos de nos élus : qui va payer ?

« Nous demandons que la réalisation d’une desserte pour le Béarn et la Bigorre soit intégrée dans le financement du grand projet du sud-ouest (GPSO). À défaut, les collectivités ne participeront pas au financement d’une ligne nouvelle au sud de Bordeaux », indiquait hier Martine Lignières-Cassou, députée-maire de Pau et présidente de la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées.

« Avec des coûts qui oscilleront entre 1,8 et 3 milliards d’euros, on ne pourra assurer seuls son financement », note Georges Labazée qui souhaite « une vraie péréquation verticale ».

« On ne pourra progresser que si l’on reste dans le GPSO qui englobe les clés de répartition concernant 59 collectivités. » Cela signifie en clair que les élus du sud de l’Aquitaine entendent bien qu’en échange de leur participation au financement du tronçon Tours-Bordeaux, les collectivités, de la Gironde jusqu’à Tours, fassent preuve de la même solidarité pour les tracés au sud de Bordeaux, y compris pour le barreau Béarn-Bigorre. (La République du 15/11)

Une fois de plus, nos élus font preuve d’une inconséquence affligeante. On a l’impression qu’ils vivent dans une bulle imperméable aux réalités économiques nationales et européennes.

Le principe de financement de la LGV a été établi avec logique en faisant financer les travaux par les collectivités locales "aval" qui bénéficient de l’amélioration de leur liaison avec Paris. Comment imaginer que Poitou Charente qui a déjà freiné des quatre fers pour financer une LGV qui traverse la région puisse participer au financement de l’appendice Béarn-Bigorre ?

Mais surtout pourquoi n’ont-ils pas tenu cette position dès le début du projet ?

Et ceci sans compter le financement principal : celui de RFF et de l’Etat (il n’y aura bien sûr aucun financeur privé pour une ligne totalement non rentable) Qui peut croire que l’Etat français en faillite (et pour très longtemps) va se permettre de s’engager sur ce projet économiquement injustifié ?

On imagine l’Etat rétorquant à nos élus et à la CCI : "On vous a construit l’autoroute de la prospérité Bordeaux Pau, et vous ne vous en servez même pas...alors pour la LGV, vous irez gentiment jusqu’à Dax et ensuite vous irez aussi vite que tout le monde"

Vous l’avez compris, tout ceci n’est qu’agitation politicienne, on entretien un mythe irréaliste. Tant qu’on parle de la LGV (sans laquelle notre région est condamnée à retourner au Moyen Age) on ne parle pas des vrais problèmes urgents que doivent résoudre nos élus...et ils sont nombreux.

Et ce n’est pas la vision fumeuse de MLC qui fera avancer le débat : « La desserte Béarn-Bigorre n’est pas une fin en soi. Les études doivent intégrer les perspectives d’ouverture vers l’Espagne », ajoute Martine Lignières-Cassou.

Justement, parlons en de l’ouverture vers l’Espagne, la vraie, celle qui passe par le Pays Basque.

Là aussi on va se mettre à compter, mais le vrai comptage, celui qui aurait dû être fait depuis des années : le trafic et ses prévisions

Le Préfet de Région vient de créer "l’observatoire des trafics et des évolutions économiques à la frontière franco-espagnole". Cet organisme franco-espagnol va devoir fournir des chiffres consensuels concernant les prévisions de trafic afin de déterminer le moment de la saturation de la ligne actuelle.

Car les prévisions s’éloignent, on n’envisagerait maintenant une saturation que pour 2030/2035 au lieu de 2020/2025. Le préfet a clairement annoncé la position de l’Etat : une ligne nouvelle est conditionnée à la saturation de l’existante.

« L’Observatoire n’est pas une instance de décision » mais son rôle d’actualisation des prévisions de trafic aura un impact sur la décision a rappelé le préfet Stéfanini. « Si l’observatoire doit montrer qu’il n’y a pas de perspective de saturation, le gouvernement pourrait décider de ne pas créer de ligne nouvelle. » (Sud Ouest du 16/11)

Et les travaux de cet observatoire ont pour cible 2017...au plus tôt. (2017 car a cette date l’Espagne passe à l’écartement européen)

Inutile de dire que les Basques peuvent dormir tranquilles pendant une grande décennie ou deux.

En effet, la saturation viendra du fret, lui même conditionné par le transfert du fret routier vers le fret ferroviaire. Et là c’est loin d’être gagné quand on combine : un lobby des transporteurs espagnols très puissant, des coûts du fret ferroviaires trop élevés, et la disponibilité à l’écartement européen de la ligne le long de l’arc méditerranéen.

par Daniel Sango


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à réaliser...
24 décembre 2011, par Occitanian-Beast  
Le Grand Dax vote une motion contre le barreau LGV Béarn-Bigorre

A Dax, que Dax ne sera plus desservi avec ce barreau !

Article Sud Ouest :

Le conseil communautaire demande que « les trains à destination du Béarn et de la Bigorre continuent à desservir la gare LGV de Dax »

Les quatre scénarios proposés par réseau ferré de France (RFF) pour desservir le Béarn et la Bigorre, en marge de la LGV Bordeaux-Hendaye, « shuntent » en effet systématiquement la gare de Dax.

La sous-préfecture landaise perdrait ainsi la moitié de ses trains selon les élus, qui rappellent avoir déjà investi 8 millions d’euros pour l’accessibilité de la gare, 7,2 millions pour la réalisation d’un pôle multimodal, 8 millions pour la LGV Tours-Bordeaux et plus de 20 millions à venir pour la LGV Bordeaux-Espagne.

Le conseil communautaire demande que « les trains à destination du Béarn et de la Bigorre continuent à desservir la gare LGV de Dax » et la mise à l’étude d’un scénario E comme existant pour améliorer la ligne actuelle et « desservir dans des conditions optimales Orthez, le bassin de Lacq, Pau, Lourdes et Tarbes ».

Si l’une des options A,B, C ou D était retenue, l’agglomération dacquoise serait « amenée à remettre en cause sa contribution au GPSO ».

Article à suivre dans l’édition d’aujourd’hui ; "le scénario E".

> LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
21 novembre 2011, par H5N1  
Une arnaque !

Le financement de l’ensemble de cette ligne LGV Paris-Espagne est une véritable arnaque pour le contribuable. 1)Pourquoi des collectivités territoriales devraient elles financer un projet national, voir Européen ? 2)Pourquoi des collectivités territoriales aussi petites qu’une communauté de communes et non desservie par cette LGV devrait elle financer cette LGV ? 3) Pourquoi un contribuable de la communauté d’agglomération du BAB doit il payer pour la réalisation du TOURS-BORDEAUX 21% de plus (452€/hab) que celui de la communauté urbaine de Bordeaux (373€/hab) et 575% de plus que l’habitant de la communauté d’agglo du grand Tours ? 4) Pourquoi aucune collectivité territoriale de la région Paris-Ile de France ne finance t’elle pas ce projet ? Cette ligne ne rendra t’elle pas majoritairement service aux Parisiens ? 5) Pourquoi laisser exclusivement l’exploitation de cette ligne à un groupe privé (VINCI), alors que 50% de la réalisation sera financée par le contribuable ? Bref au même titre que les raisons pour réaliser cette ligne sont mensonges et arnaques. Le Financement en période de crise l’est aussi. A ce jours ni le Pays Basque, ni toutes autres régions sans LGV ne sont des déserts économiques et l’on ne juge pas de la richesse et du bonheur des habitants d’une région aux grandes réalisations technologiques, architecturales, etc .. qu’ils détiennent. La région de Valence en Espagne en est un triste exemple. Et la Suede sans LGV ou réalisation dispendieuse n’est pas dans la situation économique de la plupart des pays du sud de l’Europe. Enfin pourquoi les contribuables des grosses métropoles auraient ils plus de services de la part de l’état ? Le contribuable rural perd ses écoles, ses hopitaux, ses maternités, ses services publiques de proximitée, ne dispose pas de transport en commun digne de ce nom et pourtant paye autant d’impôts qu’un contribuable urbain. Car si en terme d’impôts locaux, il est mieux loti, il paye autant de TVA, d’impôts sur le revenu que l’urbain. Il paye plus de TIPP que l’urbain n’ayant que sa voiture pour se déplacer. Et bien souvent a des revenu nettement inférieur. Bref, en période de crise, il me semble nécessaire que l’état revienne à ses fondamentaux que sont : Education, justice et santé. Et non pas le financement de projets dispendieux, inutiles et servant en 1er lieu des entreprises privées dont les actionnaires sont à quasiment 50% étrangers.

> LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
21 novembre 2011, par Rêveur des villes  

Incompétence des élus au niveau du train comme dans presque tous les autres domaines... Faut pas s’étonner de la crise...

Je passe sur Mdm - Pau dont le "projet" de nos édiles locaux n’est fait que pour faire rêver le bon peuple.

Il va passer beaucoup d’eau dans le gave avant que Bx - Dax voit le jour ! Ce sera de toutes manières après Bx-Toulouse, Montpellier - Perpignan (la salve suivante de réalisations en France). Pas avant 20 ans, à mon avis.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
LGV : La Grande Vidange
"LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
"LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?
LGV Béarn-Bigorre : Lettre ouverte à un élu absent



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises