Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

C’est loin le col d’Andorre ?

dimanche 11 septembre 2011 par Jean Paul Penot


C’est loin le col d’Andorre ?

Cela m’importait peu, car je n’avais aucun but précis, sinon celui de bouger, après tant de mois d’inactivité physique. Si vous aussi souhaitez faire une randonnée facile, suivez-moi !

Mais n’imitez pas mes erreurs ! A moins que vous vouliez travailler le matin, il n’est pas judicieux de partir l’après-midi, même lorsque le temps est beau, comme en ce début d’août. Et si le soleil est ardent, il est recommandé d’avoir un couvre-chef. Une bonne carte au 25.000 est indispensable, à moins de très bien connaître l’endroit. Ce n’était pas mon cas. Parti le nez au vent, j’ai visé les premiers contreforts des Pyrénées, vers Lourdes.

La vallée de Batsurguère se fait discrète. Je vous ai déjà parlé des trois villages, Omex, Ossen, Ségus qui s’y blotissent. Ils ont un peu perdu de leur cachet depuis que des maisons qui sentent la banlieue y ont été bâties. Les images que je vous joins proviennent de cette seconde randonnée (faire Machu-Picchu sur la recherche du site).

Comme je voulais faire bouger mes jambes plutôt que ronfler le moteur de ma voiture, j’ai abandonné celle-ci peu après Omex. Mais vous voudrez sans doute aller jusqu’au carrefour appelé Cap de la Serre où se trouve un parking, derrière le grand crucifix. Mes mollets ayant déjà souffert dans la montée, je décidai de ne pas les solliciter immédiatement en allant vers le Pibeste, réservant l’effort pour une autre fois. Ce plat de la vallée était trop tentant, et l’odeur des foins que l’on ramassait trop agréable. Cependant, la pause dans la montée ne pouvait pas trop durer et après une quinzaine de minutes, un petit panneau invitait à suivre le GR 101 sur la droite. Il portait la référence des "Chemins d’Emilie", ce qui me rassura, car mes ambitions se limitaient à une promenade du genre familial. Cependant, mes regards étaient tournés vers la crête sud, car j’imaginais que la vue y serait belle.

J’eus la chance de rencontrer un randonneur, lourdement chargé. Il manquait d’eau, et moi de carte. Un échange rapide s’imposait, d’autant que je le mis en garde sur les suintements du Prat du Rey : il y avait trop de troupeaux aux alentours, moutons et vaches. Justement, j’avisais deux randonneuses penchées sur un petit veau. Celui-ci venait de naître et semblait bien faible et sanguinolent. Celles que j’avais prises pour des randonneuses en raison de leur tenue étaient en fait une fermière et sa fille. Elles s’inquiétaient du désintérêt de la vache qui avait mis bas pour son nouveau-né, ne se décidant pas à le nourrir, tandis que des vautours tournoyaient dans le ciel. La situation était poignante, mais je ne pouvais trop m’attarder. Aussi, j’abandonnai le petit groupe et aussi l’idée d’aller jusqu’au col d’Andorre, afin de me diriger vers la crête pour le retour.

Hélas, ce que j’avais pris pour un sentier se dirigeant vers la crête n’était que la trace du passage répété des bêtes. Aux confins de la forêt,il se perdait. Que faire ? La crête montrait une brêche peut-être infranchissable. S’engager dans la forêt pour tenter de trouver un sentier que j’avais vu sur la carte était bien aléatoire, l’heure avançant. La présence de barres rocheuses difficiles à prévoir m’incita à une conduite prudente : descendre vers le fond du vallon. Après quelques efforts, je trouvai ainsi un bon sentier (venu du Prat du Rey !) menant à un abreuvoir (la Fontaine de Saube). Peu après, c’est une route forestière qui s’ouvrait devant moi et il suffisait d’en suivre les détours pour retrouver mon point de départ. Si, comme moi, vous aimez les boucles, faites ce chemin en sens inverse, de sorte que vous monterez en pente douce et à l’ombre de la forêt, gardant le GR 101 pour la descente.

Mais, de grâce, si vous êtes un adepte des réseaux sociaux (ou si vos pas vous conduisent par là) donnez-moi des nouvelles du petit veau. Les charmantes bergères au look moderne sont sûrement affiliées à un Facebook ou un autre : il n’y a pas que sur la Place Tahir que téléphone portable et internet peuvent être en action. Dans le Lavédan, on doit pouvoir joindre A@P.

Jeannot Petit Pâtre


Carte du Massif du Pibeste

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> C’est loin le col d’Andorre ?
12 septembre 2011, par Maximo  

il n’y a pas que sur la Place Tahir que téléphone portable et internet peuvent être en action. Dans le Lavédan, on doit pouvoir joindre A@P
Je rêve... smiley

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Devant une bûche
Machu Picchu à deux heures de Pau ?
Alfred de Vigny et Pau
Evasion - La Mer Morte est vraiment morte !
Evasion - Petra, la mystérieuse
Evasion - Petra par Danielle
Evasion - Retrouver Lawrence dans le Wadi Rum
Evasion - A Marrakech, un havre de paix et de couleur : le jardin Majorelle



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises