Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?

jeudi 16 juin 2011 par Bernard Boutin


Lu sur le site d’EITB - Pays Basque nord : y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?

Le lien vers EITB : http://www.eitb.com/infos/societe/detail/681245/pays-basque-nord--ya-t-il-conducteur-projet-lgv-/

Les annonces ministérielles sur des hypothèses de trafic à remettre en question font suite à des refus de RFF de considérer que ces projets de LGV relèveraient de sa responsabilité. Kafkaïen.

C’est à se demander qui veut encore voir se réaliser un jour de nouvelles lignes LGV, en particulier pour son tronçon basque de Bordeaux à Hendaye, où plus grand monde ne se bouscule au portillon du projet (ou au guichet de la douloureuse qui va avec).

Car enfin, chaque semaine ou presque nous amène son lot de petites phrases ministérielles se dépêchant d’attendre pour valider le projet d’une desserte au sud de Bordeaux (vers le Pays Basque sud ou vers Pau).

Dernière en date, Nathalie Kosciusko-Morizet, la Ministre de l’Ecologie, venue faire trempette à Biarritz, et repartie délestée d’une confidence faite sur une demande auprès de l’opérateur ferroviaire Réseau Ferré de France (RFF), sur la la "réactualisation de ses hypothèses de trafic sur ce tronçon", ou sur un "en a-t-on vraiment besoin ?" qui pourrait inspirer plus d’un biographe de Kafka.

Quatrième ministre à avoir un "questionnement" sur le sujet, il n’en faudrait pas beaucoup plus pour se demander si RFF ne serait pas finalement un lobby qui échapperait à la volonté gouvernementale, le propulsant dans des abimes d’angoisse parfaitement décrits par la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale (sous la plume du député UMP Hervé Mariton) ou par la Cour des Comptes.

Que nenni, ne cesse de répéter le Pdg de RFF, dont la retranscription minutée de son intervention au Sénat, le 5 avril dernier, révèle une convergence siamoise avec les arguments des opposants au projet, ceux du CADE par exemple.
Un réseau ferroviaire sous utilisé et l’impossibilité de faire face à de multiples investissements ? "S’agissant des lignes à grande vitesse, il ne revient pas à RFF de décider de l’opportunité des projets. S’il y avait toutefois un choix à faire, je souhaiterais que l’on donne la priorité à la rénovation plutôt qu’au développement du réseau", s’est défendu le grand homme, rejoignant le petit Panthéon de ceux qui réclament depuis 1997 que soient rénovées les voies actuelles.

Alors, quoi ? Dans ce petit jeu qui consiste à se refiler la patate chaude, qui donc peut bien pousser à la roue de la LGV, si ce n’est ni les gouvernants, ni l’opérateur ?

Dans le contexte, l’activisme pro-LGV du Président de la Région Aquitaine ou celui des présidents successifs de la CCI de Bayonne pourrait donc passer pour une certaine forme d’entêtement.

Dans une France malade de son syndrome TGV, il ne semble plus y avoir que les puissantes multinationales du BTP (Vinci, Bouygues, Eiffage) ou de la traction (Alstom) qui refusent de considérer que "l’équilibre économique du réseau ferroviaire difficile à trouver" et "l’absence de reprise du fret dans notre pays, contrairement à nos voisins européens" (dixit RFF), soient de nature à inciter à un peu de prudence.

Les élus pro-LGV qui lèvent le doigt pour demander que leurs zones d’élections soient prises en compte dans le futur schéma de trains ont pourtant compris que, pour concurrencer l’avion (seul fenêtre de rentabilité du projet), il n’est pas question que la LGV s’arrête un peu partout.

Le 23 juin prochain, une concertation au plus haut niveau de l’Etat devrait donner l’orientation de l’arbitrage à réaliser entre rêve de grande vitesse et principes de réalités des finances publiques.

Cela sera sans doute une date déterminante pour savoir qui restera en gare, quand la décision ministérielle serait officiellement prévue "avant les élections présidentielles de 2012", précise à qui souhaite l’entendre la Préfecture de région à Bordeaux..

Hier, dans l’intimité de ses bureaux girondins pour un examen des dossiers LGV Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Agen, la députée-Maire de Pau Martine Lignières-Cassou, ne cachait pas son inquiétude sur "un vrai contexte d’incertitude financière" quand RFF se borne juste à dire que "techniquement", c’est réalisable.

A 2 milliards d’euros pour le tronçon Mont de Marsan-Pau, il y a effectivement de quoi nourrir quelques incertitudes.

Et au Pays Basque nord, la deuxième campagne de sondages de terrains annoncés pour "ajuster" le futur tronçon se fait aussi rare que les réserves de fourrage.


- par Ramuntxo Garbisu - 15/06/2011


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
16 juin 2011, par pehache  

Ca alors, un tel article équilibré et réaliste sur le sujet dans la presse locale/régionale, c’est rare...

Le 23 juin prochain, une concertation au plus haut niveau de l’Etat devrait donner l’orientation de l’arbitrage à réaliser entre rêve de grande vitesse et principes de réalités des finances publiques.

Donc à partir du 24 juin les élus et autres décideurs locaux redescendent sur Terre et arrêtent de nous enfumer avec cette histoire ?

On n’ose y croire smiley

  • > Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    16 juin 2011  

    A 2 milliards d’euros pour le tronçon Mont de Marsan-Pau, il y a effectivement de quoi nourrir quelques incertitudes.

    Tiens, on deviendrait réaliste ?

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?
    LGV Béarn-Bigorre : Lettre ouverte à un élu absent



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises