Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Titouan Lamazou : le tour du monde à Pau !

mardi 10 mai 2011 par Le Masque de Pau


Vous êtes passionné de voyage, les horizons du monde entier vous attirent - mais vous n’avez ni le temps ni l’argent pour parcourir le globe ... Titouan Lamazou s’en est chargé pour vous, en allant à la rencontre des femmes d’ici et d’ailleurs, et en en tirant de superbes portraits et photos. Et c’est à deux pas de chez vous, au Musée des Beaux Arts de Pau ! Dépêchez vous, car l’exposition fermera ses portes le 16 mai prochain ...

Si vous avez à la fois soif d’horizons lointains, si le destin des femmes de tous les pays de la planète vous intéresse, et si vous aimez les portraits d’artistes, alors n’hésitez plus et foncez illico au Musée des Beaux Arts de Pau pour aller découvrir l’exposition consacrée à l’artiste Béarnais Titouan Lamazou. Un regard d’artiste à vocation réellement humaniste. Sa démarche : donner à voir la condition des femmes qu’il rencontre, et chercher à percevoir leur caractère, et la manière dont leur parcours, toujours unique, les a façonnées. Elles sont toutes différentes, elles ont tous les âges, elles ont été dessinées ou photographiées dans tous les continents, dans tous les milieux, et le témoignage de ces rencontres fugitives nous apprend également beaucoup sur les peuples auxquels elles appartiennent, et qui nous entourent.

Mais ces images, ce sont d’abord des rendez-vous, entre le portraitiste qui va d’une contrée à l’autre, et les femmes qu’il choisit. Chaque rencontre dure environ 2 jours, et au-delà des dessins et des photos de Titouan Lamazou, nous pouvons deviner, spectateurs attentifs et souvent émus, l’histoire de chacune de ses modèles.

Ce qui frappe au premier abord, chez celles-ci, c’est le regard. Le regard grave et quelquefois tragique des Africaines, que l’on sent si souvent désarçonnées par les guerres incessantes, les déplacements de population, le dénuement ... Voyez à ce sujet la terrible photo de Blessing, migrante Nigériane qui s’est retrouvé au milieu de nulle part, à Nouadibouh, en Mauritainie, en attente d’un hypothétique passage vers l’Europe, après avoir couvert des milliers de kilomètres à travers la moitié de l’Afrique. Ou encore Jeanne, réfugiée en Ouganda, qui a tout perdu, victime des guerres ethniques qui ensanglantent le pays des grands Lacs, et puis Zanouba, réfugiée du Darfour.

La gravité d’Asiatiques, comme Kabari, Gypsie Bengalie, qui orne l’affiche de l’expo, Siti, seule femme docker de Djakarta, Nadita, actrice de Delhi en Inde ou Kobra, la belle Afghane. Sans oublier Sodkhiya, Palestinienne qui élève ses 12 enfants et qui résiste contre l’occupation Israélienne et Hira, intouchable Indoue qui porte le destin tragique de sa caste...

L’originalité des Européennes et des Américaines qu’il a choisies, croquées sur le vif, sont souvent en rupture avec le conformisme de leurs sociétés. Quelques exemples : Sariah, chanteuse gothique Californienne, Ana, Rrom des villes Roumaine et sa « sœur » Cristina, Rrom des champs, Daisy, actrice déjantée vivant dans une communauté près d’Hollywood, sans oublier Dercy, célébrissime actrice populaire Brésilienne vivant au Portugal et âgée de ...97 ans !

D’Amérique du Sud viennent entre autres Leyda, danseuse de tango Colombienne, Xiomara, l’artiste de cirque Vénézuélienne, sortie de la misère grâce à l’école du cirque et les Brésiliennes Tiana et Tiané, des favellas...

Quand à l’Océanie, elle est par exemple évoquée par Sabrina, chanteuse de Polynésie.

Complément indispensable aux portraits, la vidéo installée au milieu de la visite est un document à ne manquer sous aucun prétexte. Composé de petits films de quelques minutes chacun, pris sur le vif, et retraçant les rencontres de Titouan Lamazou avec ses modèles les plus emblématiques, ce documentaire est un témoignage essentiel sur la vie des femmes d’aujourd’hui dans le monde. Sobrement commentés, souvent poignants, ces témoignages permettent d’évoquer la vie, souvent difficile, de celles-ci. C’est une plongée dans des univers aussi différents que l’Inde, la Palestine, l’Amérique du Sud, la Roumanie ou les Philippines. Ils ont également pour intérêt de confronter l’œil de la caméra avec celui de l’artiste, et l’on peut mesurer in situ ce qui distingue l’œuvre (forcément réinterprétée) de la réalité. Et la démonstration artistique est éclatante de talent. Remarquable également la mise en perspective offerte par l’ethnographe qui amène une réflexion sur la condition humaine d’aujourd’hui et l’inégalité criante des chances selon les pays d’origine. Signalons enfin l’aspect novateur de la technique photographique très particulière utilisée par Titouan Lamazou, faite de plusieurs superpositions réalisées en laboratoire, ce qui permet au sujet principal de se détacher sur son environnement, comme par exemple Katherine, étudiante et manequin à Cali qui surgit de la nuit Colombienne, ou encore Rose-Marie, religieuse en Ouganda, dont la robe blanche et celles des sœurs qui l’entourent illuminent leur petite chapelle sobre. Certains clichés ont ainsi demandé jusqu’à un mois de travail ! 

N’oublions pas le petit opuscule remis à l’entrée de l’expo, qui donne la parole à une vingtaine de femmes photographiées, ce qui leur permet de résumer leur parcours. Certaines sont victimes, où vivent dans une précarité de tous les instants telle , mais d’autres se battent pour un meilleur destin de leurs peuples, comme Gladys, la Colombienne, ou pour faire améliorer le statut des femmes qui laisse à désirer dans tant de pays, ainsi que le fait Cathy, l’avocate qui défend les droits des Africaines violées, et Lea, l’Israélienne qui défend ceux des Palestiniens... 

Enfin pour ceux qui veulent creuser le sujet, on ne peut que conseiller le superbe livre de Titouan Lamazou, « Femmes du Monde », qui reprend l’intégralité des photos et des croquis de l’artiste, en vente à l’accueil.

Si la découverte de ces multiples destins de femmes vous tente, c’est à deux pas de chez vous, mais attention, dépêchez vous, car cette superbe exposition fermera ses portes le lundi 16 mai prochain !

- Le Masque de Pau

Credit photo : Titouan Lamazou


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Titouan Lamazou : le tour du monde à Pau !
12 mai 2011, par Bernard Boutin  

Merci le Masque. Vu l’expo ce jour. Lamazou a un beau coup de patte.

Bernard

> Titouan Lamazou : le tour du monde à Pau !
10 mai 2011, par claudiqus  

 smiley smiley smiley

Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
10 mai 2011, par Autochtone palois  

Titouan Lamazou, grand voyageur, a compris l’aberration de la démarche de certains élus qui projettent de tracer une nouvelle route à travers les beaux coteaux béarnais.

Il parraine un concours de dessins et photographies autour du thème des déplacements alternatifs, parce qu’il existe des alternatives béarnaises à l’extension des déplacements routiers.

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    10 mai 2011, par Louis H  

    Lamazou avec son site TitouanLamazou montre surtout qu’il est un commerçant comme un autre (avec copyright et interdiction de reproduire) :
    -  l’onglet "photographie" renvoie à la galerie Adamson où il vend ses oeuvres,
    -  l’onglet "atelier" est affublé du logo de l’Unesco (ça ne fait pas de mal "artiste de l’UNESCO" [citation officielle pour l’autonomisation des femmes et l’égalité] ) pour montrer ses (jolis) photo-montages
    -  l’onglet "boutique" vend ... du Lamazou.

    Lamazou, comme Hulot ou Artus-Bertrand, a compris que certaines idées sont bonnes à afficher : ça fait marcher son commerce. Alors tant mieux si ça fait aussi passer un message !

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    10 mai 2011, par pehache  

    Lamazou avec son site TitouanLamazou montre surtout qu’il est un commerçant comme un autre (avec copyright et interdiction de reproduire) :

    Il vit de la vente de ses peintures et photographie : où est le problème ? Vous offrez gracieusement le résultat de votre travail, vous, Louis H ?

    l’onglet "boutique" vend ... du Lamazou.

    Ca alors, quelle surprise... On imaginait tous que la boutique du site de Lamazou vendait des raviolis Buitoni...

    Lamazou, comme Hulot ou Artus-Bertrand, a compris que certaines idées sont bonnes à afficher : ça fait marcher son commerce.

    Soyez plus clair, vous lui reprochez quoi exactement ? D’avoir des opinions ? De les exprimer ? De ne pas être sincère ?

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    10 mai 2011, par Louis H  

    Comme pour Hulot ou Artus-Bertrand il y a mélange des genres. Pas gênant si c’est avec un minimum de clarté pour éviter, dans l’esprit du public, toute confusion sur le supposé mécènat sous-jacent.

    nota : les reproches -de pactiser avec les sponsors- que certains font/ont fait à Hulot vaut tout autant pour Lamazou. Qu’a-t-il besoin de l’UNESCO, l’Oréal, Paris Match, Gallimard, France 5, et autre Ville de Pau ? Les comptes de la Fondation Hulot (ne pas confondre avec les schampoings Ush... qui sont à TF1) sont publics ; transparence qui l’honore. Pour les autres on aimerait savoir davantage sur la poche où ça tombe. Et ça sera encore mieux si c’est "pour une noble cause".

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par Maximo  

    pour les autres on aimerait savoir davantage sur la poche où ça tombe
    ça va pas, non ????????? smiley ça vous regarde ?

    On vous demande votre fiche de paye, Louis papier H, avant de vous donner le droit de vous exprimer ici ???

    Non, mais y sont malades ces gars !

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par claudiqus  

    Le mécénat suppose des capitaux conséquents ! certes, c’est une Lapalissade, mais il ne peut donc être question de duplicité ...

    Il est rare qu’une noble cause soit la source de dividendes, quoi d’étonnant alors à ce qu’elle puise ses subsides dans les richesses amassées par les possédants ? et surtout, peut-elle l’éviter ? s’en priver au nom de l’éthique lui garderait sa pureté, et plus sûrement son absence de notoriété .

    Critiquer la provenance de l’aide financière, fort bien, c’est compréhensible, mais alors, où la trouver, si ce n’est auprès de ceux qui en ont les moyens ? malheureusement, les voyous sont en général plus riches que les honnètes gens !

    Mais il faut admettre que les discours et les documentaires dont nous inondent les Hulot ou autres Y.A-Bertrand, ont un impact médiatique réel qui a sans doute contribué à éveiller les consciences .

    Alors, le mercantile au service du juste, après tout pourquoi pas ?

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par peyo  

    Je crois que Louis H a raison de s’interroger. Le mécénat est plutôt une bonne chose sauf si c’est pour placer auprès de populations exotiques des "valeurs" occidentales supposées supérieures.

    On se rappelle l’affaire Nestlé qui fit des milliers de morts en Afrique dans les années 1980. Au nom de la modernité de grandes affiches de pub encourageaient les mères africaines à faire des biberons avec du bon lait en poudre de Nestlé. Seulement l’eau étant rarement potable les bébés en firent les frais. La campagne de l’OMS porta Nestlé à reconnaître plus tard sa responsabilité et à verser des indemnités conséquentes.

    Lamazou donne dans le léger, mais lui aussi vend du L’Oréal au nom de la supériorité du modèle incarné par L’Oréal. Avec la Fondation L’Oréal les femmes de couleurs peintes par Lamazou se révèlent tellement plus indépendantes (c’est du Lamazou) en se fardant avec les produits spéciaux pour peaux mates que leur a concoctés notre célèbre firme nationale. Ce n’est plus du colonialisme mais c’est une exportation de nos "valeurs" qui donne mauvaise conscience. Lamazou n’y est pour rien mais ça n’empêche pas de réfléchir au retour sur investissement qu’il apporte à L’Oréal.

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par claudiqus  

    Oui, Peyo, nous disons en gros la même chose . s’interroger est légitime, mais les causes justes et utiles peuvent-elles s’affranchir de cette manne opportune ?

    Sans mécènes, combien d’artistes, d’aventuriers ( dans le sens non péjoratif), de talents sans le sou n’eurent pu, de par le passé et encore aujourd’hui, révéler au monde leurs oeuvres, enrichir le patrimoine culturel, découvrir de nouvelles contrées, favoriser des échanges jusque là ignorés ...

    Et la rançon de cet enrichissement est peut-être dans la dérive toujours possible ...

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par pehache  

    On se rappelle l’affaire Nestlé qui fit des milliers de morts en Afrique dans les années 1980.

    Vous allez nous expliquer le rapport entre l’affaire Nestlé et le mécénat d’une part, et entre les milliers de morts et l’oeuvre de Lamazou d’autre part. Ca risque d’être intéressant.

    Lamazou donne dans le léger,

    Ah bon ? Ce n’est pas le mot qui me serait spontanément venu à l’esprit pour caractériser le mieux son travail, mais bon...

    mais lui aussi vend du L’Oréal au nom de la supériorité du modèle incarné par L’Oréal

    Il est évident qu’en acceptant le parrainage de l’Oréal pour son projet, TL participe à une promotion directe ou indirecte de l’Oréal. Mais il faudrait que vous relativisiez sévèrement :
    -  le mécénat en question reste dans un périmètre très contenu. Je ne vois pas de logo l’Oréal envahissant sur le site de Lamazou. En vérité je ne vois même pas de logo l’Oréal du tout (ni aucune promotion dans les textes), mais je n’ai pas fouillé tous les recoins.
    -  si il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à l’oeuvre de Lamazou, c’est de vanter la supériorité d’un modèle (occidental selon vous). Au contraire, c’est une ode à la diversité. Il faut être sacrément tordu pour voir la moindre trace de colonialisme là-dedans.
    -  croyez-vous que les femmes ne se fardent (comme vous dîtes) que dans les sociétés occidentalisées et attendent l’Oréal pour le faire ?

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par peyo  

    PH ouvrez les yeux aussi dans l’autre sens. Pourquoi tenez-vous tant à nier une évidence que l’Oréal met en avant dans ses communiqués ? Si vous avez des filles elles pourront vous briefer.

    vous n’avez pas vu les illustrations de Lamazou utilisées dans la pub l’Oréal ? Logique de marketing industriel et commercial depuis que l’Oréal a investi dans la ligne ethnique et ses "ambassadrices" comme Gong Li . C’est un vastemarché qui s’ouvre, normal que l’Oréal y soit et même qu’il fasse un marketing ciblé pour développer la demande.

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par Maximo  
    on ne parle pas de l’Oréal, ici. Mais de Lamazou et de la manière dénigrante dont Louis H en a parlé.

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par Contribuable Palois  

    J’y ai vu une interrogation sur les retombées et les possibles contre-parties au mécénat, pas du dénigrement envers T Lamazou.

    De toute manière c’est L’Oréal qui dans sa communication parle amplement de Lamazou en précisant qu’il a reçu l’appui de la Fondation L’Oréal. Pas de quoi faire une attaque !

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    11 mai 2011, par Maximo  

    Lamazou avec son site TitouanLamazou montre surtout qu’il est un commerçant comme un autre
    Mesquinerie, médisance et surtout ignorance crasse de la condition d’artiste.

    L’artiste n’est pas un commerçant comme un autre, l’artiste n’est même pas commerçant du tout. il y a comme une incompatibilité entre les deux situations. C’est bien pour cela que les artistes font appel à des galeristes, des commerçants qui, eux, commercialisent les œuvres. L’artiste crée sans penser à la vente. Et, ensuite, s’il vend, tant mieux, mais il ne crée pas pour ça. Hulot n’est pas un artiste. Artus-Bertrand, cela peut se discuter... Celui dont l’objectif est de commercialiser sa production est rarement un artiste. Lamazou en est un.

    Et les œuvres de Lamazou, Louis H... Que voudriez-vous qu’elles deviennent ? Qu’il les enferme afin que nul ne les voie ? Que seraient nos villes, nos musées, nos châteaux, nos églises, sans l’œuvre d’art ? Florence sans Raphael ? Rome sans Michel-Ange ? Leipzig sans Bach ? Paris sans Pei ?

    Ce genre de c... c’est démolir pour le plaisir de démolir, médire, flétrir. Au contraire, Lamazou ne surfe sur aucune vague à la mode, on ne le voit pas dans les télés et, c’est (presque) la première fois que je vois une reconnaissance d’un organisme public (le musée de la ville). Il y eut bien un catalogue du Conseil général il y a une dizaine d’années, mais c’est tout. Et pour ce dernier, je peux vous assurer que ses honorables furent... symboliques.

    Le copyright ? HEUREUSEMENT smiley !!!! Ce qui fait l’œuvre d’art, Louis H, c’est entre autre son caractère unique. Alors, reproduire pour... vendre, c’est faire son beurre sur le dos de l’artiste, or c’est lui l’artiste, c’est lui qui a travaillé et nul autre. En plus, quand on voit comment, ici-même à A@P, quelques uns dont vous-même, Louis H, on respecte les copyrights (d’autres publications, par ex.) ça n’a pas l’air de vous étrangler, ce © !!!

    Lamazou vend ? Tant mieux : j’adore et j’espère bien un jour pouvoir lui acquérir une œuvre parmi celles qui m’ont ému.


    On finit par en avoir marre de lire des conneries sur votre site. Vous engueulez ou virez les gens qui vous déplaisent mais qui ne désirent que le faire avancer, et laissez passer des merdes diffamatoires et stupides de ce genre. Quand il n’y aura plus que ça, ce ne sera plus un site, ce sera un égout.

    Et pourtant, j’en prends la défense quand il le faut : la C. Lagrèze, là, je lui ai écrit !

    Il serait temps que vous commenciez à penser eu lieu de produire pour produire avec n’importe quoi et n’importe qui.

  • > Alternatives béarnaises avec Titouan lamazou
    12 mai 2011, par Autochtone palois  
    +1 pour Maximo smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises