Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !

lundi 2 mai 2011 par Bernard Boutin


Sans que nous nous en rendions compte, notre territoire au pied des Pyrénées est menacé d’une marginalisation extrêmement dangereuse si l’on n’y prend garde. Demain, Toulouse et Bayonne seront à une heure de train de Bordeaux. Pendant ce temps, Pau resterait à 2 heures de Bordeaux et Tarbes à 3 heures si notre piémont pyrénéen ne "prend pas le train de GPSO en marche".

Les GPSO, les « Grands Projets du Sud-Ouest » de Réseau Ferré de France, prévoient de relier par LGV la région Toulousaine et la côte Basque, à partir de Bordeaux, au réseau français et européen de train à grande vitesse. Cela se réalisera tôt ou tard malgré les difficultés rencontrées pour arrêter le tracé en Pays Basque ou du côté d’Agen. Une heure pour monter à Bordeaux depuis Toulouse et Bayonne. Voire moins.

Si notre territoire au pied des Pyrénées, n’arrive pas à recoller au projet GPSO et obtenir, non pas deux mais trois voies nouvelles (Bdx-Hendaye, Bdx-Toulouse, M-de-M-Pau-Tarbes), notre développement sera mis dans une situation concurrentielle intenable dans le Grand Sud Ouest. Pau restant à 2 heures de Bordeaux et Tarbes à trois, nos forces vives, notre activité industrielle, notre vie culturelle, nos enseignements supérieurs seront alors irrésistiblement aspirés par la côte basque, la région toulousaine ou plus encore celle de Bordeaux au coeur du nouveau dispositif de RFF !

Le débat a maladroitement démarré avec la ville d’Orthez et ses 185.000 voyageurs mis dans la balance. C’est vite oublier qu’Orthez sera à quelques minutes de la gare LGV de Dax !

C’est surtout vite oublier des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : La deuxième ville d’Aquitaine et la deuxième ville de Midi-Pyrénées sont situées au milieu d’un territoire de près de 600.000 habitants qui attire plusieurs millions de touristes et de pèlerins par an. Les gares de la métropole Pau/Lourdes/Tarbes ont eu un trafic de 2,315 millions de voyageurs en 2009. Les aéroports Pau-Pyrénées et Tarbes-Lourdes-Pyrénées totalisent en 2010 : 1,110,076 passagers.

Veut-on que notre territoire laisse de côté le potentiel des LGV ? Voulons-nous que Béarn et Bigorre restent où ils sont, pendant que le Pays Basque et la région Toulousaine vont se rapprocher à "très grand vitesse" de Bordeaux et de Paris ? Ne jouons pas au feu avec l’avenir de notre piémont pyrénéen.

RFF doit inscrire l’axe direct Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes dans ses projets. Un axe qui permettra de mettre Pau à une heure de Bordeaux et Tarbes à moins d’une heure trente. Pour y arriver, il faut que nos forces vives se regroupent et jouent collectifs. Rappelons à RFF et au gouvernement que la grande vitesse est un élément de développement territorial qui doit être joué avec équilibre.

Pourquoi Bayonne et Toulouse et pas nous ? Pourquoi Mont-de-Marsan et pas Tarbes ? Pourquoi Dax et pas Pau ?

Certains diront, et ils ont raison : mais tout cela a quel coût ? Comment le financer ? Vous avez vu pour la Tours-Bordeaux...

Dans ce projet à 15 ou 20 ans, qui sait comment sera gouverné notre pays à cette échéance ? Centralisé à nouveau ou 100% régional ? L’Europe sera-elle plus présente ou moins présente ? Quel sera l’état de notre économie ? A quel point le transport par rail aura remplacé le transport par route pour cause de manque d’énergie fossile ? Nul ne sait répondre précisément à ces questions.

Pour le coût, il faudra aussi décider si l’on veut rejoindre Mont de Marsan à 200 kms/h, 250 ou plus de 300 kms/h ? L’investissement en infrastructures ne sera pas le même selon les hypothèses.

Une chose est certaine, si dès aujourd’hui nous ne nous assurons pas que les études soient lancés par « la commission nationale du Débat Public *** » dans le cadre de la desserte du Béarn et de la Bigorre, si nous ne faisons pas un travail sur les tracés et sur les réserves foncières... l’axe direct depuis Mont-de-Marsan ne se fera pas !

En son temps, le piémont pyrénéen a raté son aéroport commun à Ger. Il ne faut absolument pas rater ce que nous appellerons la "LGV des Pyrénées".


- par Bernard Boutin

*** Pour comprendre le phasage, se reporter à l’interview accordée le 14 février à A@P par Frédéric PERRIERE, Directeur des études de la mission GPSO


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
3 mai 2011, par Michel LACANETTE  

Votre déception de voir s’éloigner la venue en BÉARN du TGV est compréhensible. Mais ne sommes nous pas nos propres victimes ?Victimes du célèbre "syndrome Béarnais" savamment entretenu par certains, qui consiste à laisser croire que notre chère province est le centre du monde à "vita éternam" depuis la naissance "deth nouste HENRIC". Par moment, on a l’impression que le BÉARN a un droit d’aînesse qui lui octroi le sentiment collectif d’ être au dessus de la mélée. Cela, pour nous persuader que tout doit partir du Béarn et y revenir comme un dû, sans efforts. Si cela a été vrai à certaines époques, ce n’est plus suffisant. Dans cette affaire, tout le monde va devoir mouiller la chemise, en commun, si l’on veut la voir aboutir. Si ce projet était routier l’engagement de certains serait autrement plus engagé. Allez comprendre pourquoi........ encore un mystère Béarnais !

Mais a t’ on réellement besoin d’une hypothétique LGV de l’État pour désenclaver le BÉARN. Ne faudrait t ’il pas mieux d’ abord désenclaver nos têtes pour voir nos vrais problèmes en face. Ne vaudrait t’ il pas mieux s’orienter vers des liaisons quasiment existantes modernisées pour être rapides (200 km/ h), desservies par des matériels performants, inter-cités et inter-régionales genre : BORDEAUX /ZARRAGOSSE, TOULOUSE/ZARRAGOSSE par CANFRANC, BILBAO/ TOULOUSE parRONCEVEAU (tunnel) ou HENDAYE / NARBONNE (liaison transversale LGV Sud Est / Sud Ouest) . Dans ce contexte, la ville de PAU pourrait de nouveau jouer son rôle de centre. Pour voir aboutir de tels projets les esprits de clochers Béarnais ne sont pas encore mûrs. Il faudrait pour cela s’orienter vers une EURO-RÉGION (AQUITAINE- MIDI-PYRÉNÉES-LANGUEDOC/ ROUSSILLON). Peut être, l’année 2014, par la transformation de statut des Conseils Régionaux nous en donnera l’occasion. On peut toujours espérer. Autrement, dans l’optique LGV, vu de PARIS, PAU ne restera qu’une ville de transit parmi tant d’autres, perdue au milieu de nulle part. Michel LACANETTE.

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    3 mai 2011, par claudiqus  
    Et, généralement, la boulimie favorise un bon transit ... smiley

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Rêveur des villes  

    Etonnant cette différence entre les commentaires et les résultats du sondage !

    L’intérêt d’une LGV Paris-Madrid, qui passerait par Bayonne serait également de libérer la voie actuelle pour le frêt, à condition que le frêt se développe au niveau européen un jour.

    Sur la question de la consommation énergétique... Quelle est la consommation énergétique du passager-km dans un TGV plein lorsque celui-ci roule à 120, 160, 200, 240, 280, 320, 360 km/h ? Si qqun connaît la réponse... smiley

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Xavier Bouchet  

    """ Etonnant cette différence entre les commentaires et les résultats du sondage !"""

    La question est tellement mal posée que cela n’a rien d’étonnant.

    Le présupposé (imposé) est que la LGV est un "bienfait", ce qui est, au moins, discutable !

  • Plus vite... Dans le mur ?!?!
    2 mai 2011, par Xavier Bouchet  

    Dans quel monde vivez-vous tous ? 2 heures pour aller à Bx, mais c’est pas assez ! Plus de vitesse, c’est plus d’énergie, plus de carburant (il est hors de prix) ou d’électricité, dans ce cas ! Vous voulez la centrale nucléaire qui va avec ??? Où on la met ? A Lescar, Morlaas ou Gan ? Voyons voir, qui répond à cette question !

    "La vitesse, c’est dépassé". A l’époque, ce n’était qu"un slogan pour la sécurité routière mais aujourd’hui, c’est un FAIT !

    La schizophrénie se répand. D’un côté on "comprend" les questions "environnementales" mais de l’autre on agit comme des enfants gâtés. "Moi je veux aller plus vite parce que les autres ils le font !""

    C’est dingue !

  • > Plus vite... Dans le mur ?!?!
    2 mai 2011, par Maximo  
    C’est dingue !
    L’est bien, ce Xavier Bouchet. Faudra le réinviter !!! smiley

  • > Plus vite... Dans le mur ?!?!
    2 mai 2011, par AK Pô  

    « Va doucement, Jean. Je suis pressé » avait l’habitude de dire Charles Maurice de Talleyrand-Périgord à son valet, Jean.

    Une autre : Attendu enfin que ça risquait de mal se terminer, je pris le sage parti d’aller un peu voir ailleurs comment l’enfant se présentait. Fouette cocher ! Et vingt jours plus tard [...] je débarquai nuitamment dans le golfe de Maracaïbo

    Certains croient que leur train de vie dépend directement de leur vitesse de déplacement à l’intérieur d’un wagon (avec connexion internet haut débile). Ils devraient pratiquer la croisière spatiale et s’égarer dans l’espace temps. Mais le risque demeure : l’orbite géostationnaire (l’orbite géostationnaire est une orbite circulaire, située dans le plan de l’équateur, à près de 36 000 km d’altitude) ! smiley

    On est bien peu de choses !  smiley

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Edouard Girard  

    Bravo le "rédac.en chef" d’A@P,Bernard Boutin, pour son rappel de l’intérêt majeur que Pau doit porter à toute discussion publique sur la LGV (Ligne ferrée à grand vitesse), cette ligne promise à la capitale du Béarn.

    Pau qui a attendu plus de 40 ans une liaison routière rapide et sécurisée vers Bordeaux, ne doit pas tolérer passivement que se renouvelle une telle situation de lenteur pour sa desserte ferrée.

    Et il ne faut pas se trouper d’objectif : "la LGV des Pyrénées" françaises, c’est bien l’axe ferré Bordeaux-Pau-Toulouse-Montpellier- Marseille ou Lyon, au choix, qui dessert le Sud-Ouest et le Sud-Est de la France, dans leur entier ! Et pas question de contrecarrer le développement de cet axe ferré par un quelconque "Bayonne-Pau", tout à fait oiseux et sans aucun rapport avec l’enjeu essentiel.

    Pour rappeler l’urgence prioritaire de cette LGV longeant toutes les Pyrénées, et le lourd retatd de sa gestion actuelle, rappelons que dans le cadre des horaires en pratique, il est parfaitement possible à l’arrêt à Toulouse de quitter la gare et de visiter la célébre cathédrale historique de St Sernin (avant de reprendre le même train !). Et de même à Nimes, pour la visite des arênes romaines ! Je le sais, j’ai pratiqué moi-même ces deux visites touristiques, car les arrêts sont de une heure pleine et plus ! C’est dire combien il y a à faire sur cet axe en matière de vitesse !

    C’est dire aussi combien le négativisme, pour ne pas dire le nihilisme, de Mr Pehache, qui nous tient sur le sujet le discours "Circulez, y a rien à voir" est malvenu !

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par pehache  

    "la LGV des Pyrénées" françaises, c’est bien l’axe ferré Bordeaux-Pau-Toulouse-Montpellier- Marseille ou Lyon, au choix, qui dessert le Sud-Ouest et le Sud-Est de la France,

    Cherchez l’intrus parmi ces agglomérations :

    Bordeaux : 720.000 habitants Pau : 150.000 hab. Toulouse : 720.000 hab. Montpellier : 400.000 hab. Marseille : 1.040.000 hab.

    Et revoyez vos leçons de géométrie et de géographie, EG : la ligne droite entre Toulouse et Bordeaux ne passe pas malheureusement pas par Pau.

    Pour rappeler l’urgence prioritaire de cette LGV longeant toutes les Pyrénées,

    De mieux en mieux... Là au niveau du fantasme cela dépasse tout ce qui s’était dit jusqu’à présent. Personne n’a jamais parlé -même pas BB- d’une LGV longeant les Pyrénées !

    C’est dire aussi combien le négativisme, pour ne pas dire le nihilisme, de Mr Pehache, qui nous tient sur le sujet le discours "Circulez, y a rien à voir" est malvenu !

    Rappeler quelques évidences -ici l’impossibilité du financement d’une LGV vers Pau- ne peut que déplaire à ceux qui vivent dans un monde virtuel.

    Le barreau LGV vers Pau a été estimé à 1 milliard d’euros. Juste par curiosité, pouvez-vous nous dire qui va le financer, sachant que le privé n’y mettra pas un kopek vu l’absence de rentabilité de ce tronçon ??

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Occitanian-Beast  

    "De mieux en mieux... Là au niveau du fantasme cela dépasse tout ce qui s’était dit jusqu’à présent. Personne n’a jamais parlé -même pas BB- d’une LGV longeant les Pyrénées ! ..."

    En fait Pehache, pour ce genre de "fulgurances", il ne faut guère chercher bien loin, chez des acteurs économiques bien connus... smiley

    http://www.cci-lgv-bearn.com/Le-tracer-defendu-par-la-CCI-Pau-Bearn/

    (2ème carte)

    Avec une faute d’orthographe dans le code HTML en plus... smiley

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Maximo  

    " il est parfaitement possible à l’arrêt à Toulouse de quitter la gare et de visiter la célébre cathédrale historique de St Sernin (avant de reprendre le même train !). Et de même à Nimes, pour la visite des arênes romaines"
    Voilà très exactement l’argument qui me ferait militer contre le tout TGV/LGV et tout-ce-que-vous-voulez-GV

    Bravo à la SNCF pour ces horaires intelligents smiley Quoique "une heure pleine" pour visiter ces illustres bâtiments ne soit pas suffisant. Mais pour visiter Pau, ce le sera amplement smiley

  • > Coucher de soleil sur la "LGV des Pyrénées" !
    3 mai 2011, par Daniel Sango  

    C’est votre propos qui est caricatural et pas celui de Pehache.

    Vous semblez vivre dans un monde déconnecté de la réalité. La réalité aujourd’hui c’est :

    Une énergie de plus en plus chère et donc des économies dans les déplacements (on se déplacera moins et moins vite)

    Un Etat et des collectivités territoriales qui n’ont pas les moyens de vos désirs...et pour longtemps !

    Une géographie du Béarn qui n’est pas la même que celle du Pays Basque (et oui nous sommes dans un cul de sac...)

    Un gain de temps ridicule par rapport à l’investissement nécessaire.

    Car soyons clair, la LGV ira jusqu’à DAX et personne ne dépensera deux milliard d’euro pour un barreau Mont de Marsan Pau qui ferait gagner quelques minutes a un trafic dérisoire.

    Quant aux idées toutes faites qui veulent que sans ce gain de quelques minutes ce serait une catastrophe économique pour le Béarn, il y a de quoi en rire. Turboméca est bien installé et s’est développé pour devenir un leader mondial dans notre cul de sac, comme ELF ou Euralys.

    Alors commencez par répondre à la première question de base : qui va payer les deux milliard ?

    Proposez nous un projet de financement.

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    3 mai 2011, par Daniel Sango  
    voir ma réponse à E Girard plus loin... (pb de fonctionnement du logiciel ?)

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par pehache  

    Les politiciens et plus généralement les décideurs locaux nous amusent depuis plusieurs années avec cette histoire de LGV vers Pau, dont ils savent très bien (du moins je l’espère pour eux) qu’elle ne se réalisera jamais, ou en tous cas pas avant très longtemps. Ca leur permet de se faire mousser sur des projets virtuels prestigieux et de briller devant le bon peuple, plutôt que de travailler à du concret réalisable mais moins tape-à-l’oeil.

    A@P, en relayant constamment ce discours, rentre dans le jeu de dupe de ces décideurs qui vivent et veulent nous faire vivre dans un monde virtuel.

    Pau restant à 2 heures de Bordeaux et Tarbes à trois,

    C’est totalement faux. Pau profitera autant que Bayonne du tronçon LGV Bordeaux-Dax. Le jour il sera fait (ce qui n’est déjà pas demain la veille, annoncée pour 2020 mais cela n’engage que ceux qui y croient), Pau ne sera plus qu’à 1h1/2 de Bordeaux environ. Si dans le même temps la voie actuelle entre Dax et Pau est rénovée et modernisée, ce temps pourra probablement descendre à 1h20.

    Pour le reste, la LGV au sud de Dax vers le pays Basque, ce n’est pas demain la veille qu’on la verra.

    Pourquoi Bayonne et Toulouse et pas nous ?

    Toulouse parce Toulouse c’est 5 fois d’habitants que Pau.

    Bayonne parce que le pays Basque se trouve sur l’axe vers l’Espagne. Personne ne songerait à relier Bayonne par une LGV sans cela.

    Pourquoi Mont-de-Marsan et pas Tarbes ?

    Parce que Mont-de-Marsan se trouve sur l’axe Bordeaux-Dax-Espagne, tout comme Mâcon se trouve sur l’axe Paris-Lyon. Après tout, pourquoi Mâcon et pas Châteauroux ??

    Pourquoi Dax et pas Pau ?

    Même réponse : Parce que Dax se trouve sur l’axe Bordeaux-Dax-Espagne.

    A questions simples, réponses simples, on ne peut pas aller contre la géographie.

    Certains diront, et ils ont raison : mais tout cela a quel coût ? Comment le financer ?

    Là aussi la réponse est simple : personne n’en sait rien. Ce qui fait que l’ensemble de la discussion autour de cette LGV est oiseuse.

    Une chose est certaine, si dès aujourd’hui nous ne nous assurons pas que les études soient lancés par « la commission nationale du Débat Public [...] l’axe direct depuis Mont-de-Marsan ne se fera pas !

    C’est cela, continuons à fantasmer sur des choses irréalisables, plutôt que de nous intéresser au faisable et au raisonnable. Le faisable c’est la modernisation de l’axe Bayonne-Pau-Tarbes-Toulouse, et c’est cela le vrai axe pyrénéen.

    > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Bernard Boutin  

    Une comparaison à connaitre

    Les gares de Pau, Lourdes et Tarbes ont eu en 2009 plus de passagers que celles de Bayonne, Biarritz, St Jean de Luz et Hendaye : 2 315 000 contre 2 227 000

    Pau : 1 050 000 Lourdes : 650 000 Tarbes : 615 000

    Total : 2,315

    Bayonne : 962 000 Biarritz : 460 000 St Jean de Luz : 310 000 Hendaye : 495 000

    Total : 2,227

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Rêveur des villes  

    Une limite à cette comparaison : les villes du Pays Basques sont les unes contre les autres, avec une ligne de train les reliant. Le Pays Basque forme davantage une conurbation que Pau-Lourdes-Tarbes.

    Est-il normal que Dax soit relié à la LGV et pas Pau ?... Il y a des axes... Auch, Albi, Rodez, Clermont Ferrand, Orléans, Amiens etc ne le sont pas non plus.

    Sur le risque de voir toutes les activités partir sur Bayonne et Bx... Pau est déjà plus loin de Bx et Paris que Bayonne. Mais il est vrai que proportionnellement, Pau se retrouvera plus loin.

    De toutes manières, la LGV arrivera à Bx et Toulouse, mais quand viendra la question du tronçon Bx-Dax, il va se passer longtemps avant de trouver un accord sur le financement. Alors, sur les tronçons après Dax...

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Daniel Sango  

    Ces chiffres n’ont pas de sens. Ils en auraient un si la ligne s’arrêtait à Hendaye et qu’il n’y ait rien dérrière. La LGV a vocation à desservir le Pays Basque espagnol et l’Espagne. Ce n’est pas le cas de notre cul de sac ! Quel sera le trafic espagnol ?

    D’autre part dans les chiffres de passagers, il ne faudrait prendre que les chiffres des voyageurs pour Bordeaux et Paris et exclure le local. De Pau Tarbes et Lourdes on va aussi à Toulouse et cela n’a rien à voir avec la LGV vers Paris.

    Bref seule restera la question a laquelle personne ne veut répondre : qui va payer 2 milliards d’euro ?

    Alors commençons par cela.

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par Maximo  

    De Pau Tarbes et Lourdes on va aussi à Toulouse et cela n’a rien à voir avec la LGV vers Paris.
    idem pour les trains de pèlerinage arrivant à Lourdes (80 % des 650.000 passagers indiqués ? 90 % ?) qui ne doivent surtout pas se trouver sur des LGV car s’arrêtant souvent prendre des pèlerins.

    Ce qui, vous en conviendrez, bouleverse voire inverse totalement vos comptes approximatifs !!

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par le coq  
    A venir en deux mots

    Arrêtez de vous poser toujours les mêmes questions sans tenir compte des réponses antérieures et des raisons de l’échec. M.Rousset va encore désherber la ligne Oloron Bedous pour donner un peu de travail et dire qu’elle va se construire. PAU ne veut pas s’associer à Tarbes Lourdes et Orthez. C’est une évidence depuis des décennies pour des raisons politiques, régionales, économiques, avec le souci du protectionnisme local associé à une "industrie de fonctionnaires de gauche, en retraite". Pau refuse le développement économique, par des taxes et des impôts très élevés qui font fuir les prétendants. Tout le monde le sait sauf les élus qui sont toujours en attente d’une étude à charge pour gagner du temps. Ici on fait carrière en politique et le bébé se conserve L’unité politique du département apportera-t-elle du nouveau ? Certainement si la Gauche passe en 2012. Rien si Sarko passe. Comme d’habitude. Quant à la pseudo rentabilité de la LGV vous savez bien que c’est impossible même dans 100 ans. Il faudrait créer une seule identité d’agglomération : Pau Lourdes Tarbes et agir en osmose. Une vaste utopie qui ne pourra se réaliser qu’après la disparition des blocages des élus et décideurs locaux. Entre temps, ville de retraite et sans ambition réelle.

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par claudiqus  

    Les commentaires vont bon train ! smiley

    En fait, tout tient dans une erreur d’interprétation . LGV = ligne à géométrie variable .

    Ce qui irait parfaitement dans l’air du temps : la SNCF propose actuellement des billets TGV à horaire fluctuant ! ah la la, tout part à vau-l’eau ... horaire de chef de gare, ça ne voudra plus rien dire !

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    2 mai 2011, par L’ OURS du Bois  
    nous voila avec un chaix sans prévisions smiley

  • > Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    3 mai 2011, par claudiqus  
    Et une chaire pleine d’improvisation ... smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?
    LGV Béarn-Bigorre : Lettre ouverte à un élu absent



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises