Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Productivité, Musique et Business

lundi 2 mai 2011 par Raymond MONEDI


Ce Monde est fou ! Alors qu’en ce début de 3eme Millénaire, l’Humanité pourrait récolter les fruits légitimes de son travail et de ses progrès, des fous du business, les ’World companies’, ont mis le feu à la planète pour s’enrichir encore davantage. Et qu’importent les façons, pourvu que l’on ait les richesses !

En un mot, il faut tout sacrifier à l’Autel de la rentabilité et faire de la productivité, son Credo !

A présent, la mondialisation aidant, nous commençons à vivre l’ère du productivisme dans toute son horreur ! Nous commençons seulement, car cette folie productiviste semble faire tâche d’huile dans les esprits, et s’étendre à tous les secteurs de la Société. Notamment aux secteurs artistique et culturel, et peut-être aussi à tout ce qui fait notre ’qualité de vie’.

Nous devons donc être très vigilants. Et pour tous ceux qui pourraient trouver ces craintes exagérées, ou qui ne mesureraient pas tous les dangers de cette évolution mercantile et technocratique, nous conseillons vivement la lecture du livre de J.L. LEMOIGNE * dont a été tiré l’extrait, qui suit :

RENTABILITE ET SYMPHONIE

"Il était une fois un Analyste-Conseil en organisation dont on louait le goût pour l’efficacité organisationnelle. En ces temps de crise, il était volontiers sollicité pour ses diagnostics en ’dégraissage de structure’ et son habilité dans la chasse aux cocottes en papier. Aussi, nul ne fut surpris lorsque le nouveau Manager d’un Opéra, réputé pour ses crises de gestion autant que pour son orchestre, l’invita à ausculter scientifiquement son entreprise. Consciencieux, notre Conseil commença par un examen du terrain, en assistant incognito à une représentation du vendredi. L’expérience lui parut suffisante pour rédiger pendant le week-end un bref rapport qu’il adressa promptement, sans oublier bien évidemment, sa note d’honoraires, à la Direction Générale. Ce document ayant curieusement échappé aux usuelles corbeilles à papier (les pires adversaires, on le sait, des historiens), nous parvient aujourd’hui, quasi intact.
"On observe que les quatre joueurs de hautbois sont pratiquement inoccupés pendant les neuf dixième du temps. Il importe donc de réduire leur nombre et de répartir leurs interventions plus régulièrement sur la durée du concert, de façon à éviter ces pointes toujours coûteuses.
De même les douze violons jouent manifestement -les-mêmes-notes-au-même-moment. Il y a là une duplication intolérable. L’effectif de cette section doit-être réduit drastiquement. Si un grand volume sonore est réellement nécessaire, il sera bien plus économique de l’obtenir à l’aide ’d’amplificateurs électroniques’ (disponibles aujourd’hui à des prix très raisonnables).
Les musiciens consacrent beaucoup d’efforts pour jouer les demi-croches. N’y a-t-il pas là un raffinement perfectionniste ? Je recommande que toutes les notes soient arrondies à la croche la plus proche. Il serait alors possible de faire appel à du personnel moins qualifié et donc, moins onéreux. Il semble que l’on abuse des répétitions pour certain motifs musicaux. Ne pourrait-on émonder un peu cela ? Est-il utile de faire répéter par les cuivres, ce qu’on vient d’entendre par les cordes. J’estime d’ailleurs, que l’on pourrait réduire de deux heures à vingt minutes la durée totale du concert, en éliminant ces répétitions. Notons incidemment que cela permettrait de supprimer l’entracte qui s’avère onéreux, compte tenu du tarif et de l’éclairage de la salle et du foyer.
Remarquons par ailleurs que, dans bien des cas, les musiciens utilisent une main uniquement pour tenir leur instrument. Ne pourrait-on introduire un dispositif de fixation mécanique articulé pour ce faire. Ceci libérerait des mains qui pourraient alors être occupées à autre chose. De même, il semble anormal de demander aux musiciens d’instruments à vent, des efforts par moments excessifs. Ne serait-il pas plus judicieux de doter l’orchestre d’un compresseur qui distribuerait l’air sous pression adéquate et plus précisément régulée aux instruments concernés ?
Dernier point, l’obsolescence des équipements mérite d’être examiné de près. Le programme du Concert précisait que l’instrument du premier violon était vieux de plusieurs siècles. En appliquant des échéanciers d’amortissements raisonnables, la valeur de cet instrument doit être quasi nulle aujourd’hui. N’est-il pas nécessaire de prévoir l’investissement d’équipements plus modernes et donc plus efficaces ?
Veuillez, Messieurs ... "

Précisons que toute ressemblance avec des situations observées, ne serait nullement fortuite.

Dans cet extrait, caricatural certes, mais ô combien significatif, l’auteur nous démontre avec l’humour et l’esprit d’observation qui le caractérise, jusqu’où risquerait de nous mener toute recherche excessive de rationalité et de rentabilité. La "culture Industrielle" qui se profile en ce début de troisième Millénaire, loin d’être un progrès technologique serait une sacrée régression artistique et culturelle. Il nous faut vite prendre conscience que nous orientons le Monde sur une mauvaise voie, et que nous devons de toute urgence sauvegarder les acquis légués par nos aïeux et redonner à l’Homme la place qui lui revient, ....la Première !

- Par Raymond MONEDI

* " La Modélisation des Systèmes Complexes " de J-L. LEMOIGNE. Editions DUNOD

Crédit photo : celloweb.free.fr


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Productivité, Musique et Business
2 mai 2011, par le coq  

Notre très illustre R.MONEDI a remarqué que trop de musiciens tiennent leur instrument avec une main et donc une économie sérieuse pourrait être faite en utilisant l’autre. Quelle sagesse, tout le monde n’utilise pas deux mains pour tenir une canne. Avec de tels illuminés on va redorer la région.

  • > Productivité, Musique et Business
    2 mai 2011, par Louis H  

    Ho, Monedi,

    un abus intelectuel : le livre de Lemoigne date de 1999. Tu parles d’une découverte !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises