Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports

vendredi 1 avril 2011 par Bernard Boutin


Source : Hebdonet de Martine Lignières-Cassou de la semaine du 28 mars 2011 : www.martine-lignieres-cassou.fr

Question orale sans débat : Interpellation du Gouvernement sur la desserte du Béarn et de la Bigorre par la LGV.

Intervention de Martine Lignières-Cassou :
Monsieur le secrétaire d’État chargé des transports, j’appelle votre attention sur les perspectives de desserte du Béarn et de la Bigorre, dans le cadre du projet de ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique. Alors que les branches Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, regroupées sous l’appellation « grands projets du Sud-ouest » - GPSO - font l’objet d’un processus d’étude et de concertation mené par RFF depuis 2008, le Gouvernement n’a confirmé que récemment que des études sur la desserte Béarn-Bigorre étaient en cours, et je ne suis à ce jour toujours pas assurée que le calendrier de ces études soit compatible avec les GPSO. Je rappelle que le Béarn et la Bigorre représentent plus de 500 000 habitants.
Par ailleurs, la convention de financement associant l’État, RFF et les collectivités territoriales partenaires du projet, présenté à la fin du mois de novembre, et à nouveau par Mme Kosciusko-Morizet au début du mois de mars, prévoit une contribution sans précédent de la part des collectivités. En effet, elles sont appelées à participer au protocole financier de la LGV à plus de 40 % ! La communauté d’agglomération Pau-Pyrénées a accepté de prendre sa part pour le tronçon Tours-Bordeaux car le gain de temps obtenu par cette réalisation permettra de gagner une heure sur le temps de trajet Pau-Paris, aujourd’hui très long puisqu’il dépasse cinq heures. Cependant, les GPSO peuvent mettre à mal le Béarn et la Bigorre si ces territoires ne sont pas desservis puisque la côte Basque et les Landes deviendraient accessibles depuis Paris en trois heures alors que le Béarn et la Bigorre ne le seraient toujours qu’en quatre heures. Je rappelle que ces derniers territoires souffrent d’un enclavement, qui serait accru sans cette desserte. Si cette hypothèse se confirmait, la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées ne financerait bien entendu pas les GPSO. C’est d’ailleurs le sens de la réponse que j’adresse au préfet de région d’Aquitaine, qui convoque l’ensemble des collectivités territoriales le 8 avril prochain. En effet, au cours de cette réunion, nous serons appelés à signer la convention de financement du tronçon central Tours-Bordeaux - ce que nous ferons sans difficulté -, ainsi que les trois protocoles relatifs aux branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne et Poitiers-Limoges de la LGV.... mais rien pour la desserte Béarn-Bigorre.
Je vous demande donc de bien vouloir inclure la desserte du Béarn et de la Bigorre dans les GPSO.
 
Réponse de M. Mariani, Secrétaire d’Etat chargé des transports.
Tout d’abord, je tiens à saluer l’engagement de la communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées, que vous présidez, en faveur du financement du tronçon central Tours-Bordeaux de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique. En confirmant sa participation à hauteur de 21,5 millions, votre collectivité a su prendre ses responsabilités dans la réalisation de ce grand projet qui, vous le savez, structurera durablement la desserte ferroviaire du Grand Sud-ouest de la France. Je vous remercie donc pour ce geste fort.
Le tronçon central Tours-Bordeaux est le premier maillon de la LGV SEA : sa réalisation mettra Pau à environ 4 heures vingt de Paris contre 5 heures dix actuellement. De plus, la réalisation d’une ligne nouvelle entre Bordeaux et la frontière espagnole permettra encore d’améliorer le temps de parcours d’environ 30 minutes. La problématique de la desserte du Béarn et de la Bigorre a toujours été un élément essentiel du projet de la LGV SEA. Ainsi, l’option de passage de la ligne nouvelle Bordeaux-Espagne qui a été retenue est celle qui assure le meilleur temps de parcours vers ces territoires. De plus, des études sur les nouvelles infrastructures envisageables pour améliorer encore la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre ont été décidées dès 2007 et ont été engagées parallèlement à celles sur la ligne nouvelle Bordeaux-Espagne. Le Gouvernement a également tenu à ce que la mise à l’étude d’un barreau améliorant la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre soit inscrite dans la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement parmi le programme de 2 500 kilomètres à lancer immédiatement après 2020.
Les résultats de ces études, conduites par RFF, ont été présentés au comité de pilotage réuni l’été dernier et auquel vous avez participé. En raison de l’ampleur de l’opération, la saisine par RFF de la Commission nationale du débat public sera nécessaire afin que celle-ci se prononce sur l’opportunité d’organiser un débat public pour ce projet sur la base des quatre scénarios étudiés. Ce débat pourrait avoir lieu, si la CNDP en confirme la nécessité, à l’horizon 2012-2013.
Ainsi, les deux projets avanceront à un rythme parallèle et coordonné : d’une part, les principales caractéristiques des opérations d’amélioration de la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre seront déterminées à l’issue du débat public à l’horizon 2013 ; d’autre part, la déclaration d’utilité publique de la ligne nouvelle Bordeaux-Espagne est attendue fin 2014, avec la publication du décret correspondant, pour un objectif de démarrage des travaux dans un délai de trois ans suivant cette publication.
 
Martine Lignières-Cassou :
Monsieur le secrétaire d’Etat, au vu de votre réponse, peut-on d’ores et déjà annoncer que la desserte du Béarn et de la Bigorre figure dans les GPSO ?
 
→ Malgré la réponse plutôt rassurante du ministre, ce dernier n’a, cependant, pas souhaité répondre à cette dernière question, à savoir garantir l’inscription de la desserte du Béarn et de la Bigorre dans les projets GPSO.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
1 avril 2011, par Daniel Sango  

MLC fait savoir qu’elle ne se rendra pas à la réunion du 8 avril. Réaction illogique.

De toute façon il faudra bien participer à la LGV jusqu’à DAX puisque Pau en bénéficiera... Et l’addition ne sera pas négligeable puisque seuls les collectivités "en aval" payent...et que le privé ne suivra peut être pas...

Pour la suite, il vaudrait mieux être réaliste et obtenir une réelle amélioration de l’existant

La politique de la chaise vide n’est pas la meilleure.

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    1 avril 2011, par pehache  

    De deux choses l’une : soit nos décideurs locaux ne savent pas compter, soit ils nous amusent sur ce sujet, avec la complicité des médias.

    Un barreau LGV Mont-de-Marsan Pau est estimé à environ 1 millards d’euros. Sur la LGV Tours-Bordeaux, l’état met en gros 25%, les collectivités locales 25%, et Vinci 50%.

    Ca veut dire que si la même structure de financement était appliquée, les collectivités locales concernées (à savoir avant tout l’agglo de Pau, puis celles de Tarbes et Lourdes) auraient à sortir 250M€ : pour Pau ça reviendrait à un an de budget de l’agglo. Possible, mais pas raisonnable du tout...

    Mais surtout, il n’y a aucune chance que le privé s’engage dans cette histoire, la rentabilité potentielle d’une LGV MdM-Pau n’ayant rien à voir avec celle de Tours-Bordeaux (compter 3 fois moins de trains !). Les collectivités locales concernées auraient donc à sortir 750M€ : totalement irréaliste. Et l’entretien d’une telle voie se ferait à perte, en plus.

    Bref, il y en a un peu marre de se faire promener sur ce sujet une fois qu’on a posé ces chiffres. Chiffres que les décideurs et les medias locaux évitent soigneusement de poser.

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    1 avril 2011, par mael  

    Mais surtout, il n’y a aucune chance que le privé s’engage dans cette histoire, la rentabilité potentielle d’une LGV MdM-Pau n’ayant rien à voir avec celle de Tours-Bordeaux

    Et bien pour que le privé s’engage dans l’opération, il n’y a qu’à inscrire dans le partenariat public - privé une clause aussi ubuesque que celle inscrite dans la concession de l’autoroute Langon/Pau...si la rentabilité n’est pas à la hauteur des espérances de Vinci & co, le contribuable n’aura qu’à mettre la main au portefeuille !! C’est fou ce que l’on peut faire passer avec "l’interet général".

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    2 avril 2011, par Daniel Sango  

    Le coût du barreau est supérieur à 2 Mds (estimation entre 1,8 et 2,6 pour le scénario B)

    Cela fait donc beaucoup, beaucoup beaucoup trop...

    Tout cela pour gagner quelques minutes,que l’on reperdra entre son domicile et la Gare...

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    1 avril 2011, par mael  
    Plus vite, toujours plus vite - arbeit schnell

    Cependant, les GPSO peuvent mettre à mal le Béarn et la Bigorre si ces territoires ne sont pas desservis puisque la côte Basque et les Landes deviendraient accessibles depuis Paris en trois heures alors que le Béarn et la Bigorre ne le seraient toujours qu’en quatre heures.

    Bein de toute manière, les Landes sont plus proches de Paris que le Béarn, alors qu’elles soient accèssibles plus rapidement que Pau

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    1 avril 2011, par pehache  
    Quelqu’un pourrait-il informer MLC que pour arriver à Pau depuis Paris, les trains passent forcément dans les Landes ?

  • > 1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    1 avril 2011, par mael  
    Ph, c’est exactement ce qu’avais écrit dans mon commentaire mais visiblement mon message a été décapité ;)

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?
    LGV Béarn-Bigorre : Lettre ouverte à un élu absent



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises