Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments

lundi 21 février 2011 par Jean Michel LAMAISON


"Les réflexions de Monsieur Daniel Sango dans A@P sur la liaison routière Oloron/Pau, que j’ai lues avec la plus grande attention ne me semblent malheureusement pas apporter de solutions pertinentes aux problèmes d’accessibilité du Haut Béarn.

En effet, la proposition consistant à réaliser une voie rapide sur l’actuelle route Gan-Pau-Lescar (rocade ?), ne règle en rien le problème de l’enclavement d’Oloron, pas plus qu’il ne règle le problème de sécurité sur la RN 134 entre Oloron et Gan et qu’il ne règle le problème du bouchon à l’entrée Sud de Pau.

J’ajoute qu’un tel chantier, sur une voie en exploitation à travers des zones urbanisées, ne se ferait pas sans poser des problèmes considérables (techniques, financiers et environnementaux), sans parler des difficultés très importantes pour les riverains et les usagers pendant les travaux ; tout cela pour, à la fin, disposer de la même route (certes plus large entre Gan et Pau ), mais qui n’aura aucune influence sur la diminution du trafic entre Oloron et Gan (la partie la plus accidentogène) bien au contraire, et avec les mêmes inconvénients de blocage à l’entrée Sud de Pau, dès que le trafic augmentera , ce qui est probable avec la montée en puissance de l’A65, ainsi qu’avec les infrastructures en cours d’achèvement, côté espagnol en aval du tunnel du Somport d’autant que le blocage à l’entrée Sud de Pau est moins lié à la largeur de la route de Gan, voire de la rocade, qu’à l’inadaptation des structures urbaines à l’entrée de Jurançon pour accueillir une circulation de transit, avec un rond-point , un carrefour et une traversée ferroviaire beaucoup trop proches les uns des autres, pour favoriser un bon écoulement du trafic.

Il faut enfin comprendre que la route N134 Gan et Pau a vocation, à moyen et long terme, à devenir progressivement une avenue urbaine.

Tout l’intérêt d’une voie nouvelle (plus courte de 7 kms), entre Oloron et l’agglomération paloise, sera de disposer à la fin, non pas d’une seule voie large entre Gan et Pau , mais de 2 voies normales entre Oloron et l’agglomération paloise ce qui garantira une régulation du trafic, qui se partagera entre les 2 itinéraires, avec pour effet immédiat, la diminution de la circulation sur la RN 134 entre Oloron et Gan (ce qui sera un apport indiscutable à la sécurité), et la disparition du bouchon à l’entrée Sud de Pau, route de Gan.

La voie nouvelle orientée vers la desserte de Pau Ouest, l’A64 et l’A65, accueillera principalement les véhicules en transit, ainsi que le fret d’une manière générale, alors que la voie actuelle, RN134, sera plutôt dévolue à la desserte locale ainsi qu’aux liaisons internes à l’intérieur du bassin de vie Pau/Oloron.

Par ailleurs, cette route Pau/Oloron, ne constituera en rien une nouvelle saignée dans les coteaux, d’abord pourquoi nouvelle ? Et pourquoi une saignée ? La route (relativement étroite) sera parfaitement intégrée au paysage, et sera bien évidemment, davantage un lien qu’une coupure. Il n’y a par ailleurs aucune raison qu’elle provoque un nouveau mitage urbain dès lors que les dispositions réglementaires auront été prises par les élus en matière d’urbanisme.

Le rôle économique ou sociétal de cette route nouvelle ne se réduit pas à gagner 20 minutes, comme le prétend Monsieur Sango. Elle doit surtout apporter de la sécurité aux usagers ainsi que de la sérénité aux riverains de l’actuelle N134, sans parler de la paix retrouvée pour les habitants de Monein, dont le village est traversé par des camions de plus en plus nombreux. Quant au gain de temps, il est tout à fait indéterminé suivant les heures et les jours ; parfois 20 minutes, parfois beaucoup plus (suivant le blocage à l’entrée Sud de Pau et de la rocade (bonjour la pollution !). Demandez aux cadres et aux visiteurs des entreprises oloronaises qui reprennent l’avion du soir sur Paris, de combien de temps ils doivent écourter leur rendezvous à Oloron, pour être sûr de ne pas manquer l’avion à Uzein (alors que l’aéroport est proche à vol d’oiseau).

En résumé, le rôle économique et sociétal de cette route nouvelle est triple :
- 1/ Désenclaver le bassin industriel du Haut Béarn et pérenniser les très nombreux emplois qui s’y trouvent.
- 2/ Sécuriser l’actuelle N 134 Oloron/Gan en y diminuant notamment le trafic de transit pour mieux assurer la desserte locale ainsi que les liaisons internes du bassin de vie Pau/Oloron.
- 3/ Désengorger l’entrée Sud de Pau en diminuant le trafic.

Enfin, comment peut-on dire que le tunnel du Somport est une réalisation inutile pour les Béarnais, alors que 10 000 d’entre eux ont défilé à Pau, il y a quelques années en demandant sa réalisation. Pourquoi dire qu’on va dépenser des centaines de millions d’euros (en réalité un peu moins de 3 centaines), pour un projet qui va ne profiter qu’aux seuls espagnols ? Depuis quand ce projet ne profiterait-il pas aux entreprises françaises qui travaillent avec l’Espagne ? Demandez aux entreprises locales, Euralis par exemple, si le tunnel du Somport, ne l’intéresse pas pour acheminer ses productions ?

Quand Monsieur Sango dit qu’il n’est pas question de payer des infrastructures dont profiteraient les espagnols, c’est inexact dans la mesure où les entreprises françaises, et notamment les béarnaises, en profiteront en priorité ; il ne faut pas oublier par ailleurs que les espagnols ont financé la majeure partie du tunnel du Somport dont nous profitons aussi.

Quand on nous cite les basques en exemple, parce qu’ils résistent à certaines infrastructures, il ne faut pas oublier non plus, que le Pays Basque français est actuellement doté d’infrastructures infiniment supérieures et incomparables à celles qu’on peut trouver en Béarn, à tel point que si nous avions les mêmes avantages et même un peu moins ici, je puis vous assurer que B.A.P n’existerait pas.

Alors bien sûr, si les béarnais se mettent à refuser les investissements que l’Etat et le Département sont prêts à faire pour aider à la réalisation d’infrastructures finalement relativement modestes en Béarn, nous risquons de ne rien avoir du tout, à la plus grande satisfaction des idéologues environnementalistes qui nous expliquent tous les jours, les ravages que vont causer à la planète, 25 kms d’une voie relativement étroite, entre Pau et Oloron, intégrée au mieux dans le paysage et dont la surface ne représente qu’une goutte d’eau par rapport à la surface des coteaux béarnais.

A quoi sert-il de vouloir, soi-disant sauver la planète, si à la fin, elle explose socialement, à cause du sacrifice trop systématique de tous les enjeux économiques sur l’autel de l’idéologie environnementaliste, avec pour conséquence le chômage et la précarité ?

Il y a certainement un équilibre à trouver dans l’intérêt général ; BAP y travaille."


- par Jean-Michel LAMAISON
Président de Béarn Adour Pyrénées


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Nouvel axe Pau-Oloron : Non au couloir à camion !
25 février 2011, par Daniel Sango  

Monsieur Lamaison a sûrement bien lu mon article et a trouvé qu’il représentait une alternative crédible puisqu’il a trouvé nécessaire de venir débattre de ce sujet sur AP.

Et cela est très bien.

Cependant, les objectifs de BAP et les miens sont totalement différents.

BAP est une association qui représente la CCI (voir la liste des membres du Conseil d’Administration sur leur site, on a de suite compris) dans le domaine des infrastructures de manière à effectuer un lobbying tous azimuths.

La position est simple : plus de route, plus d’autoroute, plus d’aéroport, plus de LGV, etc... Cela ne peut que faire du bien aux entreprises, soit dans la réalisation de ces infrastrutures,soit dans l’utilisation par ces dernières.

Avec bien sûr la condition : c’est le contribuable qui paye.

C’est ainsi que pour la Pau Oloron, ou le tunnel du Somport ils ne profitent pas aux Béarnais, mais aux transporteurs routiers espagnols. Le nombre de poids lourds en vallée d’Aspe depuis l’ouverture de l’autoroute a très fortement augmenté au point que le nombre de véhicule poids lourds dépasse celui des véhicules de tourisme qui emprunte le tunnel du Somport (El Heraldo de Aragon du 14/2/2011).

Et ces poids lourds ne commercent pas avec le Béarn...logique oblige, ils n’y apportent que des nuisances graves.

La situation est extrêmement inquiétante et il y a lieu de réagir très fortement, j’écrirai prochainement sur ce sujet.

Transformer la vallée d’Aspe en couloir à camion est un crime contre le Béarn

Daniel Sango

  • > Nouvel axe Pau-Oloron : Non au couloir à camion !
    25 février 2011, par Autochtone palois  

    "Transformer la vallée d’Aspe en couloir à camion est un crime contre le Béarn"

    Oui, et comment appelle-t-on ceux qui sont responsables de ces crimes ? smiley

  • > Nouvel axe Pau-Oloron : Non au couloir à camion !
    25 février 2011, par Carola  
    ...des technocrates qui croient au progrès de la vie dans des cages de verre avec des plantes en plastique smiley

  • > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    24 février 2011, par calou  

    BAP........... Que représente cette association ???? Je me souviens qu’ elle était trés présente(avec les élus)au début des années 2000 pour demander le doublement de la RN134 devenue RD834. Photos à l’ appui. Et puis depuis...........plus rien. Bizzare..comme vous avez dit bizarre ???? A bon entendeur salut.

    > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    21 février 2011, par pehache  

    Juste un petit détail : comment M Lamaison compte-t’il limiter le trafic international de poids lourds qui va être aspiré dans la vallée d’Aspe par cette liaison, qui est dans l’axe de l’A65 et du Somport ?

    Suis-je bête : il ne compte pas le limiter, car tous ces projets mis bout à bout l’ont été précisément pour le favoriser.

    Après la Pau-Oloron, BAP demandera le recalibrage de la RN134 en vallée d’Aspe, "car avec tous ces camions qui débarquent de l’A65 et de la Pau-Oloron elle n’est plus sûre".

    Et une fois la RN134 recalibrée, BAP demandera plus tard l’élargissement à 2x2 voies de la Pau-Oloron "car avec tous ces camions qui viennent du Somport cette voie est asphixiée".

    25 kms d’une voie relativement étroite, entre Pau et Oloron, intégrée au mieux dans le paysage et dont la surface ne représente qu’une goutte d’eau par rapport à la surface des coteaux béarnais.

    Goutte d’eau après goutte d’eau, c’est l’équivalent de la surface d’un département qui est bétonné en France tous les 10 ans. Un rythme affolant.

    A quoi sert-il de vouloir, soi-disant sauver la planète, si à la fin, elle explose socialement, à cause du sacrifice trop systématique de tous les enjeux économiques sur l’autel de l’idéologie environnementaliste, avec pour conséquence le chômage et la précarité ?

    Je n’ai pas l’impression que chômage et précarité en France -ou dans le monde-, aient eu beaucoup à devoir à "l’idéologie environnementaliste" jusqu’à aujourd’hui. Mais j’ai peut-être raté un épisode que M Lamaison se fera un plaisir de nous exposer.

    Et en fait d’idéologie, l’environnementalisme repose sur quelques réalités physiques qu’il est de bon ton d’ignorer (ou de feindre d’ignorer) quand on ne connait que la fuite en avant de la croissance du PIB.

    Toujours plus d’hommes à nourrir, de moins en moins de terres agricoles, même un enfant de CE2 se rendrait compte qu’il y aura probablement un problème à un moment. Pour ne parler que de cela.

    > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    21 février 2011, par Maximo  

    Voilà une argumentation solide, étayée, claire, précise, concise et sans baratin. Bravo Monsieur Lamaison pour la qualité de votre texte, son fond comme sa forme, car il est aisé et agréable à lire, ce qui n’est pas si facile pour ce genre de sujet.

    Après cet excellent plaidoyer, j’attends, moi qui suis candide en cette affaire, un réquisitoire du même acabit de la part du camp opposé, aussi clair et argumenté.

    Juste une chose, Monsieur Lamaison, ce détail, pas si anodin :

    "comment peut-on dire que le tunnel du Somport est une réalisation inutile pour les Béarnais, alors que 10 000 d’entre eux ont défilé à Pau, il y a quelques années en demandant sa réalisation"
    Nous savons désormais qu’il y eut sur ce sujet une solide manipulation labarréro-bayrouéenne et que, même sans cela, 10.000 manifestants purent se tromper. Ce que je ne suis pas loin de croire.

    > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    21 février 2011, par AuMar  

    En train : 34 mn de trajet entre Oloron et la gare de Jurançon, à 6€60 sans aucune réduction. Départs à 14h34, 16h15, 17h48 et 19h14. Et pour aller à l’aéroport ensuite, il y a le bus à 1€, qui met une trentaine de minutes... Ou le taxi pour les plus pressés. Soit une heure de trajet au total, Oloron-Uzein.

    Si il y a tant de "cadres et aux visiteurs des entreprises oloronaises qui reprennent l’avion du soir sur Paris", et que le jeu économique en vaut la chandelle, ne vaudrait-il pas mieux s’orienter vers une adaptation des horaires de TER/navette aéroport pour répondre à leur besoin ?

    Il me semble que pour attraper sans problème l’avion de 19h25 pour Paris, il suffirait d’avancer de dix petites minutes le train de 17h48....

    — -> plus de risque d’arriver en retard à cause des bouchons
    — -> plus la fatigue de la conduite
    — > plus de risque d’accident.
    — > détente du fait de traverser de jolis paysages en pouvant les regarder au lieu de regarder la bande de béton devant soi. Le tout pour environ 15€ A/R.

    — > pas de nouvelle route
    — > Utilisation optimisée du TER, dans une région qui se veut proche de la nature.

    > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    21 février 2011  

    Demandez aux habitants d’Arbus, par exemple, ce qu’ils pensent de cette affirmation péremptoire, qui discrédite le reste :

    "Par ailleurs, cette route Pau/Oloron, ne constituera en rien une nouvelle saignée dans les coteaux."
    BAP + CCI continuent à faire du lobbying pour les entreprises nationales de BTP, mais cela ne change rien à la bêtise économique et environnementale de l’argumentation, à leur vision étroite et archaïque. Le monde change et ils ne s’en aperçoivent pas ! Qu’ils désenclavent leurs cerveaux.

  • > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    21 février 2011, par Bernard Boutin  

    Reçu dans la BAL d’A@P

    Monsieur, Ce projet technocratique, qui date des années fastes du pétrole pas cher (1960/1990), est actuellement totalement obsolète. Il ne sera qu’un vulgaire aspirateur à camions, majoritairement ESPAGNOLS, chargés de maïs dont le transport de masse ( 300000t/an) pourrait être très facilement transféré au train.

    Je suis à peu près sûr que le coût du carburant nécessaire au transport est égal au coût du maïs. Ceci est une aberration totale avec le train ce coût pourrait être abaissé d’ environ 30%. On ne transporte pas du maïs mais du pétrole !!!!!!

    Ce qu’il faut c’est une offre globale de transport des biens et des personnes entre PAU et CANFRANC . Tant que ce problème ne sera pas abordé et traité par les différents acteurs il n’ y aura pas de solution fiable et durable à cet épineux problème mais une polémique stérile savamment entretenue. De plus, ce projet va actuellement totalement à l’ encontre des engagements du GRENELLE de L’ ENVIRONNEMENT, signé récemment par vos amis.

    La meilleure solution serait la discussion ouverte sans à priori. Je pense, que vous ne devez pas habiter en bordure de la RN 134, à moins que vous soyez sourd, c’est pour cela que je vous invite à vous rendre à URDOS le matin à partir de 5 heures du matin, vous verez ce qu’est le terrorisme routier.

    A bonne entendeur. Cordialement. Michel LACANETTE.

  • > Nouvel axe Pau-Oloron : Un projet ne manquant pas d’arguments
    22 février 2011, par dominique Plée  
    Je rejoins Pehache. A force de faire de très gros projets par petits bouts, on finit par faire avaler n’importe quoi. C’est la tactique dite de l’armée chinoise, qui consiste à avancer d’un mêtre toutes les nuits, cachés derrière un buisson avant d’attaquer l’ennemi. Une saignée à camions de ce type dans la vallée d’ASPE est incompatible avec un grand projet de ferroutage franco-espagnol.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mont-de-Marsan Pau - Le chemin de la ligne
    Le CODE Béarn ne roule pas pour la nouvelle route Pau Oloron !
    Un large collectif contre la nouvelle Pau Oloron
    Déclin d’Oloron : La route pas seule en cause !
    Voie rapide de Nay : Comparaison sans raison
    Axe Poey-de-Lescar-Oloron : Leçons de la "voie rapide" de la plaine de Nay
    Pau / Oloron, c’est la route actuelle qu’il faut améliorer !
    Pau - Oloron : Faut-il vraiment choisir entre une route nouvelle et la rénovation de l’axe existant ?
    Lescar-Gurmençon : le consensus politique est acquis !
    Pau Oloron, les verts doivent gagner !
    Lescar-Gurmençon : Un point de vue d’Oloronais
    Axe LESCAR-OLORON : Le concessus est loin !
    Pétition du « Collectif pour les Déplacements en Béarn » contre la Pau-Oloron
    Liaison Lescar-Oloron : La position de Jean-Yves LALANNE
    Nouvelle route Pau-Oloron : Une étude de l’IGN la "plébiscite"



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises