Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Au vert à Madagascar...

lundi 7 février 2011 par Daniel Sango


Dans les colonnes de la République le 1/02, on apprend que le Conseil Régional d’Aquitaine, coopère avec la région d’Itasy à Madagascar. On n’en comprend pas bien l’objet, et on est en droit de se poser des questions...

Est-ce le rôle du Conseil Régional de se prendre pour un état indépendant ?

Le Conseil Régional d’Aquitaine n’a donc pas suffisamment de travail en Aquitaine  ? Ceci montre s’il en était besoin, que ces collectivités locales ont des dotations financières trop importantes. L’Etat doit imposer à tous une réelle rigueur !

La délégation des touristes du Conseil Régional comprenait Alain Rousset, L. Freygefond, le vice Président du CR en charge de la coopération internationale (ben voyons, pourquoi pas ministre des affaires étrangères...) et David Grosclaude (CR des Verts Europe Ecologie) en tant que Président du groupe inter assemblées ( ?)

L’interview de ce dernier est édifiant, on a vraiment le sentiment qu’il a tout compris :

"Même si c’est dur à la campagne, on a l’impression que les gens ont de quoi manger. »

Il pourrait rajouter que c’est très écologique, pas de tracteur, même pas la traction animale pour labourer car trop cher, on laboure les rizières désséchées à trois, chacun avec sa pelle malgache. En plus zéro énergie, pas d’électricité, pas de gazole... Evidement le déplacement de la délégation Aquitaine doit avoir un d’impact carbone sans commune mesure.

Vert ou au vert ?

Pour ma part, j’en appelle à Aurélie Boullet ou Zoé Shepard si vous préférez, vous savez cette haute- fonctionnaire qui a eu le courage d’écrire un ouvrage sur le fonctionnement du Conseil Régional d’Aquitaine : "Absolument dé-bor-dée !" D’ailleurs si Rousset était un bon gestionnaire, il aurait dû nommer Zoé responsable de l’audit.

Allez Zoé fais-nous rêver, dis-nous tout sur les coopérations internationales du Conseil Régional d’Aquitaine !

par Daniel Sango


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Au vert à Madagascar...
7 février 2011, par Marc  

Pas de naïveté inutile : Il y a bien longtemps que tous les conseils régionaux de France ont des activités de coopération internationale. C’est aussi le cas de la plupart des conseils généraux et de très nombreuses municipalités, grandes ou petites, de droite comme de gauche.

La coopération décentralisée, puisque c’est comme cela qu’on l’appelle, se développe partout en Europe. Ainsi, par exemple, chez notre voisin immédiat, les actions de coopération internationale menées par certaines régions, comme le Pays Basque ou la Catalogne, disposent de budgets du même ordre que celui des actions menées par le gouvernement central.

La coopération décentralisée peut être efficace, à condition qu’elle soit menée de manière professionnelle. En associant collectivités locales du nord et du sud, en travaillant sur des territoires cohérents et bien délimités, elle peut même avoir un impact bien supérieur aux actions menées au niveau national.

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011  
    En langage politique ceci veut dire : plus tu nous aides pendant ton mandat (au frais des contribuables) et plus nous t’aiderons pour ta campagne pour être réélu (pas d’ingratitude voyons !) Surtout lorsque Bordeaux accueille un Consulat de ce pays très actif (foires et autres manifs).

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011, par Alain  
    Excellente réponse à cet article un peu trop polémique pour être tout à fait honnête ou pour le moins objectif.

  • > Au vert à Madagascar...
    21 juillet 2011, par voyage madagascar  
    voyage madagascar

    A ma connaissance, la ville de Toamasina serait la première ville de Madagascar à être jumelée à plusieurs villes de France mais là-bas,tout est "moramora" ! la mairie n’a plus son image d’antan !Vol à la tire etc.. toutefois, je vous conseille de faire un tour sur la côte Est de Madagascar sans rester à Tomasina.

    Vous serez émerveillé !

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011  

    DS heureusement que tu n’étais pas du voyage car nous dire qu’on laboure les rizières il faut le faire....(j’ai vécu sept ans à Madagascar) véluma.

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011, par Daniel Sango  

    Tu as donc du apprécier ce pays, mais il est étonnant que tu n’aies jamais vu les malgaches retourner à deux ou trois la terre des rizières armés de l’angady. Je l’ai vu partout et très souvent.

    Serait tu toujours resté au resto du Sakamanga ou au Glacier ?

    Ci après les différentes séquences de la riziculture.

    La riziculture irriguée

    Le riz joue un rôle fondamental dans la vie de la majorité des Malgaches. Il constitue l’essentiel de leur nourriture (120kg par personne et par an en moyenne). Mais son capital culturel et symbolique est aussi important que son capital économique.

    Les paysages rizicoles sont très variés : rubans de rizières tapissant les fonds de vallée, gradins étroits à flanc de versant, parcelles rectangulaires quadrillant les plaines, rizières de décrue au bord des lacs et cours d’eau et champs de défriche-brûlis ouverts en forêt.

    La riziculture humide (inondée ou irriguée) constitue l’essentiel du paysage agraire sur les Hautes Terres.

    Sur les Hautes Terres, la riziculture de bas-fonds associe parcelles en damier des vallons adjacents et grandes parcelles de vallée. Les paysans réalisent des prodiges pour s’assurer la maîtrise de l’eau dont ils redoutent le déficit comme l’excès.

    Labour manuel

    Le sol de la rizière est retourné au moyen de l’angady, sorte de bêche au fer long et étroit et au manche en bois lourd.

    Labour, Hersage et Planage

    Le piétinage des rizières par les bœufs tend à disparaître. On utilise la charrue et la herse tirées par deux zébus pour le labour et l’émottage jusqu’à obtention d’une boue liquide.

    Irrigation

    L’alimentation en eau est assurée, dans les Vallons, par les sources - l’eau circulant de parcelle en parcelle par gravité - et, dans les vallées, par les rivières, le plus souvent endiguées. Un canal périphérique protège les rizières des eaux de ruissellement qui dévalent les collines à la saison des pluies.

    Diguettes

    Le réseau de drainage et d’irrigation assure une submersion régulière des parcelles. Les diguettes compartimentent les casiers rizicoles, retiennent l’eau et servent de chemins. Plus la pente est forte, plus les parcelles sont petites et le réseau de diguettes est dense.

    Repiquage

    Le repiquage atténue les risques liés à l’eau et la concurrence des mauvaises herbes.

    Moisson

    La moisson est effectuée à la faucille. Les gerbes sont déposées en ligne à terre puis sont transportées jusqu’à l’aire de battage.

    Battage

    Le battage est effectué sur des nattes. Les femmes vannent ensuite le riz, qui est conservé dans des silos ou dans des greniers

    et bon courage aux sympathiques malgaches...

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011, par Marc  

    Là, en toute honnêteté, je dois dire bravo à Sango ! Tu l’as séché le Vaza !

    Pour ton information, le Sakamanga (route de Tamatave) est maintenant fermé. Le Glacier, à Analakely, est bien sur toujours ouvert et toujours aussi mal famé. Ca devrait plaire à l’Ours !

    Dommage que l’on ne se connaisse pas ! J’ai des THB à la maison.

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011  
    Non le "vaza" se promène en filanzana, constitue son sakaf de brèdes mafan et de poulets, les boeufs piétinent les rizières, l’angady est utilisée pour arranger les digues de séparation des parcelles comme dans les marais salants. Je connais bien Tana, Tamatave, Moramanga et l’intérieur des terres coupées du monde 6 mois par an cause saison des pluies. Alors labourage et patûrage c’est en France, pataugeage et farniente c’est sous les caféiers, pendant que les ramato pilent le riz.

  • > Au vert à Madagascar...
    7 février 2011, par Daniel Sango  
    Je parle du Chat bleu au centre de Tana, Hotel et très bon restau bien connu des vazas, et toujours ouvert.

  • > Au vert à Madagascar...
    8 février 2011, par Emmanuel Renahy  
    Emmanuel Renahy

    Bravo pour cet article et bravo pour vos réparties. Vous savez, dans chaque collectivité il y a comme cela des échanges entre Villes, entre Collectivités qui ne sont souvent (pas toujours toutefois) que des mascarades d’élus en mal de goguettes. On va ainsi en Roumanie, en Hongrie, au Burkina-Faso, en Russie, toujours dans des buts humanistes. L’aura de Responsables associatifs qui accompagnent, ou d’élus, fait rêver des petites minettes ! La France n’est-elle point une terre qui fait rêver ? Alors avec une carte de visite, si elles viennent, elles seront certaines de trouver un emploi. En attendant, si elles étaient suffisamment intelligentes pour comprendre qu’il leur faut ouvrir chambre et aussi réfrigérateurs, ce serait un bon début. Si elles sont demeurées au point de ne pas comprendre ? Il y a de la demande, on redonne une carte de visite on recolle le baratin formaté humaniste coloré. Je l’ai entendu raconté de la part de femmes qui étaient venues parfois « avec le système des jumelages ». On se confie facilement à un photographe qui ne cherche pas à les mettre en « mauvaises postures » pour faire des clichés mémorables. Bon pendant qu’ils draguent et qu’ils tombent amoureux, peut-on se dire qu’ils fichent la paix en revenant dans leur collectivité ? Même pas sûr du tout du tout ! L’avantage c’est qu’aucun audit ne sera diligenté sur place pour connaître l’impact réel de ces déplacements « humanitaires ». Ouf !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises