Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Etes vous plutôt débris ou semence ?

mardi 1 février 2011 par Le Masque de Pau


La carte de vœux 2011 de la Maire de Pau a de quoi laisser ses destinataires dubitatifs.
En effet, le message de la phrase écrite en exergue, tirée d’Alfred de Musset, faisant référence à un promeneur qui marche sur des débris ou des semences, apparait d’une grande obscurité que l’on peut essayer d’éclaircir ...

Comme de nombreux Palois, ou habitants de la Communauté d’Agglomération, vous avez certainement reçu les vœux 20011 de la Maire de Pau sous enveloppe.


Le dépliant, agrémenté de l’inévitable logo « PPP », porte en exergue une phrase d’Alfred de Musset qui laisse planer une grande obscurité concernant son message sous-jacent. Faisant référence à un promeneur qui peut à chaque pas marcher sur des débris ou des semences, cette maxime a de quoi « questionner le lecteur », comme on dit dans le discours intellectuel actuellement très en vogue ...

Tentons quelques hypothèses sur ce sens caché.

D’un point de vue matériel, il est vrai que la terre est faite d’un composé de matières organiques en décompositions, mélangées avec les graines qui s’en nourrissent et vont donner le jour aux plantes qui vont pousser demain. Si l’on n’y prend pas garde, on peut donc, en écrasant une semence, supprimer un futur chêne, un superbe palmier, ou un pin qui auraient pu pousser et déployer leurs frondaisons pour des générations, voire des siècles, ou un brin d’herbe qui aurait pu nourrir animaux sauvages ou domestiques ... Nous serions donc des meurtriers en puissance, ce qui peut induire une forte responsabilité, voire une culpabilité intense si l’on réalise que nous sommes plus de 6 milliards d’êtres humains à pratiquer ainsi à la surface de la planète !

Mais que l’on ne se croit pas dédouané de tout négativisme si l’on marche sur un débris. Car, celui-ci ayant pour vocation, dans le cycle éternel de la reproduction, de nourrir une semence existante ou à naître, c’est aussi un futur crime que l’on risque de commettre en le supprimant.

On arrive donc à une philosophie extrêmement pessimiste s’agissant de l’action de l’être humain foulant l’humus pour avancer ...

Voyons-y également un rappel sans frais de notre responsabilité, s’agissant du futur de notre planète.

Ce peut être aussi une comparaison entre la différence de puissance incommensurable qui existe entre l’homo sapiens et son environnement, on pourrait même parler de rapport impérialiste !
Face à ce constat, les possibilités de réduire notre impact environnemental n’engagent pas à un optimisme débridé :

  • soit, reprenant la phrase de Musset au sens propre, nous ne devons faire en sorte de ne marcher que sur du bitume, en ne foulant que très rarement le terreau nourricier. Mais cela signifie bétonner toujours plus la planète pour faire circuler humains et véhicules, et aménager quelques sentes de randonnées en milieu naturel, avec interdiction formelle d’en sortir. Vision du futur de l’humanité pas vraiment enthousiasmante ... Mais pas fausse non plus si nous continuons à croître et multiplier, en permettant au monde émergent (les fameux BRIC) de profiter des mêmes moyens techniques et matériels que nous avons développés en Occident. Les accords internationaux pour s’engager sur une croissance plus « verte » tardant à se concrétiser, la seule solution pour éviter de voir ces enclaves naturelles réduire comme peau de chagrin résiderait elle dans le malthusianisme (qui débouche à terme sur l’eugénisme) ? Aucune solution évidente n’apparaît aujourd’hui devant cette situation ... Constatons quand même que Pau, qui a le privilège d’être une des villes moyennes les plus vertes de France, a encore, heureusement, un potentiel de semences/débris non foulés important.
  •  soit, au sens figuré, ne devons nous pas nous interroger à chaque pas (= décision) que nous faisons sur les conséquences futures de celui-ci, et peser les alternatives de notre choix par rapport à ce que nous risquons alors de détruire dans le monde futur ? Hypothèse « réfléchie », paraissant rationnelle et sérieuse de prime abord. Mais celle-ci nécessite un temps important de réflexion avant d’agir, un coût prohibitif d’études en tous genres dépensées pour valider le moindre choix, une incapacité à réagir rapidement et une frilosité devant chaque prise de décision importante. Cette attitude, certes respectable, peut s’avérer en décalage complet avec les impératifs du monde contemporain qui nous impose d’agir/réagir vite, au moindre coût, et avec une prise de risque significatif pour chaque décision importante, si l’on ne veut pas être dépassés par les autres, ou être condamnés à subir les évènements sans les initier. Et on a bien souvent l’impression que cette attitude « réfléchie » est celle de la Municipalité actuelle ...

Remarquons enfin que la profusion des cartes de vœux envoyées ne va pas dans le sens de la maîtrise de la consommation de papier prôné par les tenants du développement durable : j’en ai quant à moi reçu 5 à mon domicile en l’espace d’une semaine ! Peut être est-ce un signe d’une démultiplication des fichiers informatiques à la Mairie de Pau ? Là encore, des progrès de rationalisation restent à effectuer dans l’administration municipale ... Pourquoi ne pas prôner des vœux électroniques par internet pour les habitants qui en sont équipés ?

D’autant que certains adjoints de la Maire n’ayant pas utilisé la même phrase dans leur propre carte de vœux, on est en droit de se demander s’ils n’ont pas préféré passer un message plus clair et compréhensible parmi nos administrés...

- Le Masque de Pau


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



Pau semeur ?
4 février 2011, par sheller  

« On ne sait, à chaque pas que l’on fait, si l’on marche sur une semence ou sur un débris. »

M.L.C. incarne à Pau la semeuse que l’on trouve sur les timbres et pièces de monnaie d’autrefois.

En opposant « débris » et « semence », elle continue en 2011 à opposer « Pau se meurt... » à « Pau semeur... », à savoir les occupants et visiteurs du centre-ville aux fondamentaux de sa politique urbaine sur lesquels Madame la députée-maire ne veut pas revenir !

Philippe Jaricot avait affiché le slogan « Pau semeur... » (et non pas « Pau se meurt... ») sur son excellente librairie « La crème du crime » (11, rue Samonzet) pendant la manifestation « Ville Noire » des commerçants palois fin juillet 2010.

Installé au centre-ville depuis septembre 2008, le très apprécié professionnel annonce, à son tour, la fermeture son commerce en mars 2011.

Un de plus !

Un de moins !

  • > Pau semeur ?
    4 février 2011, par Marc  

    "à savoir les occupants et visiteurs du centre-ville"

    Non, parlez en votre nom si vous voulez mais pas au nom de tous, vous n’avez aucune légitimité pour cela.

  • > Pau semeur ?
    4 février 2011, par pehache  

    Non seulement Sheller n’a aucune légitimité à parler au nom de tous, mais il/elle n’en n’a pas non plus pour parler à la place du gérant de "la crème du crime".

    Si ce gérant a quelque chose à dire par rapport à la politique menée pour le centre-ville, qu’il le dise lui-même. Je constate que dans l’interview qu’il a donnée à la République, il ne s’engage pas sur cette voie. Je constate aussi que le nouvel emplacement qu’il avait choisi il y a 3 mois pour relancer son activité était en plein dans le centre piéton, centre pourtant décrié sur tous les tons par Sheller.

    Donc Sheller fait de la récupération.

    Rien de surprenant, car Sheller passe son temps à faire de la polémique politicienne à n’importe quel prix, par exemple en n’hésitant pas à assimiler les occupants, visiteurs, ou commerçants du centre-ville à des débris.

  • > Pau semeur ?
    4 février 2011, par Marc  

    Ce texte de Sheller est d’une très grande mauvaise foi.

    D’une part, comme chacun sait, il existe en France, grâce à J. Lang, un prix unique du livre (+/- 5%). D’autre part, la librairie "La crème du crime" n’est pas plus difficile d’accès que Tonnet ou la FNAC.

    La vérité est qu’il n’y a plus assez de lecteurs à Pau pour plusieurs librairies indépendantes. La municipalité n’en est pas responsable. Mais comme chacun sait, quand il s’agit de taper sur la mairie, tous les prétextes sont bons.

    J’achète régulièrement des livres chez M. Jaricot. Et vous, M. Sheller ?

  • > Pau semeur ?
    4 février 2011, par AK Pô  

    Et vous, M. Sheller ?

    Centre-ville by William Sheller Il y a au centre-ville De l’eau qui coule au bord des rues Et qu’on balaye au jour levé. J’irai du pas tranquille De ceux qui ne sont jamais revenus Et qui n’ont rien à regretter...

    Attention aux contre-façons ! smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    4 février 2011, par Maximo  

    Il est furieusement snob et élitiste, cet article smiley

    Comme de nombreux Palois, ou habitants de la Communauté d’Agglomération, vous avez certainement reçu
    Sans ni décrire ni citer la phrase en question ! smiley On nous a appris, naguère qu’il fallait citer le sujet dans l’intro d’une dissertation. Ce n’était pas pour rien.

    Eh bien non : je ne suis pas un happy few, ni n’appartiens à la nomenklatura, n’ai pas reçu le courrier en question, ne sais pas de quoi vous parlez et n’y comprends rien. smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    4 février 2011, par Marc  
    Non seulement snob mais aussi plein de vantardise puisque MdP se plait à préciser qu’il a recu cinq courriers de voeux, et en plus très naïf puisque MdP démontre qu’il n’a strictement rien compris à la citation choisie par MLC (voir mon message du 1er février à ce sujet).

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    4 février 2011, par pehache  
    En plus MPD se plaint de recevoir trop de cartes de voeux. Il n’a qu’à arrêter les soirées mondaines et les pince-fesses, il en recevra moins.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par Rêveur des villes  

    http://www.pau.fr/ppp/index.html

    La poésie gnan gnan de Martine : "la paix partagée avec passion". A l’image du reste... smiley Pauvre ville...

    > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par Marc  

    Pour continuer, MLC veut simplement signifier par cette citation que dans toute situation de transition, comme celle que connait la ville de Pau, il y a des moments difficiles et flous ou ce qui est en train d’emerger se mele a ce qui est amene a disparaitre, rendant difficile la comprehension du changement.

    Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter ni un chat ni le Maire. Et MdP aurait pu reflechir un peu avant de se lancer dans cette diatribe hors-sujet.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par pehache  

    Je l’aurais interprété un peu différemment, mais peu importe : je suis tout à fait d’accord qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat ou faire un article pour broder à n’en plus finir.

    La prochaine fois elle écrira "Bonne année bonne santé, et surtout la santé hein !", et mdp fera un article de 100 lignes pour déplorer la banalité de ces voeux. Et le coup d’après elle n’enverra pas de voeux et mdp fera un article de 100 lignes pour déplorer cette indifférence incroyable.

    Bref, il y a depuis quelques temps un espèce de jeu de massacre stupide qui consiste à démolir MLC quoi qu’elle fasse ou quoi qu’elle dise, à la charger de tous les maux, y compris sur les trucs les plus anodins. Ca en devient ridicule et malsain. Le remplissage à ce prix a des limites.

    Et avant de commenter ces voeux, combien sont allés lire l’oeuvre d’Alfred de Musset dans laquelle est puisée cette citation, pour mieux la comprendre ? (je ne l’ai pas fait, mais je n’ai pas non plus écrit un article dessus).

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par AB  

    "...combien sont allés lire l’oeuvre d’Alfred de Musset... ?"

    Je me demande touit simplement si MLC a trouvé la phrase elle-même ou si elle s’est adressée au "Dragon Rouge". Les parisiens ont reçu 87000 euros de la Mairie pour le logo... ils peuvent bien filer quelques idées gratuitement par dessus le marché.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par claudiqus  

    Ahhh, Alfred de Musset ! j’aime beaucoup son épigramme "le petit coin" !

    Vous qui venez ici dans une humble posture

    De vos flancs alourdis délester le fardeau

    Veuillez quand vous aurez soulagé la nature

    Et déposé dans l’urne un modeste cadeau

    Epancher dans l’amphore un courant d’onde pure

    Et sur l’autel fumant placer pour chapiteau

    Le couvercle arrondi dont l’auguste jointure

    Aux parfums indiscrets doit servir de tombeau .

     smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par Marc  
    Claudiqus, chacun a les references qu’il peut. Vous pouvez noter aussi que, premierement, ce "poeme" s’intitule en realite "le petit endroit" et deuxiemement, qu’il est probablement attribue a tort a Alfred de Musset.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par claudiqus  
    Petit endroit, au temps pour moi, et plus poétique ! mais mon esprit béotien s’amuse de peu de choses, et je ne suis pas un débusqueur d’apocryphes ! A.de Musset, Georges Sand ou Tartempion, peu importe ... pourvu que ça me plaise ! smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par Marc  

    "“On ne sait, à chaque pas qu’on fait, si l’on marche sur une semence ou un débris”. Je crois que c’est caractéristique effectivement de notre époque. Il y a une quinzaine d’années j’avais écrit un livre qui est dans le même esprit Pendant la mue le serpent est aveugle pour montrer que, entre deux états, il y a une période particulièrement vulnérable ; je crois que nous sommes dans cette situation, celle aussi qu’évoquait Alfred de Musset dans la pensée que j’ai citée. Effectivement, nous sommes dans une période très intéressante, même si elle est douloureuse et même si elle est lieu de grandes souffrances. Les hommes s’intéressent depuis très longtemps sur le sens de leur histoire, et on a essayé d’en donner une analyse scientifique. Le marxisme proposait par exemple que, après le communisme primitif, il y avait le féodalisme, puis le capitalisme, puis le socialisme, et puis le communisme. Il y avait un sens de l’histoire qui se prétendait scientifiquement fondé. Pourquoi les choses n’ont pas marché ? A mon avis parce que on est resté tout au long de ces séquences qui nous ont amenés jusqu’au XXe siècle sous l’influence d’une transcendance, à laquelle n’a pas échappé ce XXe siècle que René Rémond qualifiait de « prométhéen ». Je crois effectivement que l’organisation communiste, par exemple, ressemblait de très près à une Église, on en retrouvait toutes les caractéristiques : cette sacralisation de l’appareil, ce messianisme de l’avenir tel qu’il était décrit sur des bases prétendument scientifiques et qui l’était partiellement mais qui était une analyse scientifique simpliste. Tout cela s’est effondré parce qu’on n’a pas pris en compte la complexité du genre humain et de la vie. Alors aujourd’hui notre tâche, me semble-t-il, devant ce qu’il faut appeler un échec, c’est d’y réfléchir, c’est d’en faire l’inventaire, c’est de considérer qu’il y a eu un essai prométhéen qui a échoué, d’en tirer toutes les leçons, et de remettre la question du sens sur le chantier. Il est tentant, et certains n’y résistent pas, de récuser le XXe siècle comme étant celui d’un échec colossal, celui de l’Union soviétique pour parler simple, je crois que ce n’est pas comme cela qu’il faut procéder. Il y a dans cet effort qui a été fait toute une série d’éléments qui peuvent être repris. Par exemple aujourd’hui on parle très peu de socialisme, je suis pour ma part pour qu’on remette le socialisme sur le chantier. On disait que le socialisme c’est la propriété des grands moyens de production, d’échange et de financement, le pouvoir de la classe ouvrière et ses alliés, et il devait en ressortir un troisième élément, l’homme nouveau. On a vu que la propriété était insuffisante si elle n’était que juridique et accaparement par l’État, que la classe ouvrière évidemment a subi au cours des dernières décennies une mutation considérable, on ne peut plus parler de la classe ouvrière comme d’un ensemble homogène, et quant à l’homme nouveau il n’a pas émergé précisément parce qu’on ne s’en est pas occupé, parce qu’on a négligé le citoyen en lui-même." (Anicet le Pors, juin 2010, France Culture).

    > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par Rêveur des villes  

    MLC croit se rendre intéressante avec des phrases "décalées", de la langue de bois, des citations dont on ne comprends pas la pertinence.

    Mais sans doute, c’est pour "faire parler" d’elle. Dire, faire des choses originales qui ne veulent rien dire. C’est comme avec la vache écrasée ou le logo.

    Les Palois ne méritent pas une maire de ce niveau-là... Une monarque aussi mal éclairée que son illustre prédécesseur.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par peyo  
    Il y a le "moi" caché de MLC par MLC elle-même, une video de 5 minutes d’entretien à voir sur LCP La Chaîne Parlementaire.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par AB  

    Si le grain ne meurt...

    "Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle." (Jean 12, 24-25)

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par claudiqus  

    Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ... smiley

    à partir de cette maxime évolutiste, tous les dogmes s’effondrent, les vieilles peurs prosélythistes n’ont plus d’effet, et l’optimisme est enfin permis ! un débris pourra être promu semence, et une semence ne sera à terme rien d’autre qu’un débris ... smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par Carola  
    Faut-il redire quand on regarde cette interview digne de psychologie magazine que l’élection du maire de Pau s’est faite à Paris et que les palois se sont tirés une balle dans le pied en ne plébiscitant pas le Bayrou de 2007 ? smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par claudiqus  
    En fait, ils craignaient en le plébiscitant, de mettre les deux pieds sur la balle ... smiley

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    1 février 2011, par pehache  

    Il faut arrêter un seconde !

    Les cartes de voeux des hommes politiques, des élus, des entreprises à leurs clients, ou que sais-je encore, sont une tradition. Et chacun essaie de faire un peu original, avec plus ou moins de bonheur, et souvent moins que plus.

    On a le droit de trouver ça sans intérêt, ringard, ou tout ce qu’on veut, mais alors il faut le reprocher à tout le monde, et pas en profiter pour dézinguer spécifiquement MLC.

  • > Etes vous plutôt débris ou semence ?
    2 février 2011, par AB  

    "...pas en profiter pour dézinguer spécifiquement MLC."

    On n’a pas vu les voeux des autres... on n’en parle donc pas !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pau - Le boulevard des Pyrénées piétonnier : une telle évidence !
    Pau - Derrière le Palais de Justice
    Pau - L’étape du Tour 2012, hommage aux bénévoles
    Pau - Gratuité pour IDELIS ?
    L’attractivité du centre ville de Pau au mois d’août
    PAU - Rue Saint Louis les Palois attendent une rénovation
    PAU - Une aire de stationnement ignorée de beaucoup
    PAU - Idée pour un aménagement à réaliser, près de l’école de Musique et à coté du lac
    Pau - Cité de la Montagne : Dépenses - Recettes - point mort !
    Pau - Démocratie de trottoir
    Pau - Et, si le parking de la Place de Verdun devenait totalement payant ?
    PAU - Palois attention....
    PPP : Give me my money back !
    Pau : Pour une privatisation de l’entretien de la ville ???
    Logo pour Pau : Une contre-proposition bonne pour les finances locales
    Transports en commun gratuits : c’est pour quand ?
    Pau - Hestiv’Oc, la convivialité pour tous
    Entre les deux, mon cœur balance
    Pau : « Trop de cuisiniers font une mauvaise garbure »
    PAU au patrimoine mondial de l’humanité



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises