Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les dangers du vélo

jeudi 16 décembre 2010 par Joël BRAUD


Certes ce n’est pas à la santé que la pratique du vélo est préjudiciable, bien au contraire, mais certaines nouvelles dispositions du code de la route, mal comprises, peuvent présenter un danger. De même d’ailleurs que certaines installations ou équipements de la chaussée.

Lorsqu’on se déplace en ville ou en campagne, à l’aide de son vélo ou pour les plus modestes, de sa bicyclette on prend très vite conscience des dangers encourus. Ils résultent pour la plupart du comportement des automobilistes mais plus récemment de ce que vient de permettre le code de la route.

Les automobilistes tout d’abord ont une fâcheuse tendance à considérer les cyclistes comme des gêneurs. Ils sont d’ailleurs les principaux « ennemis » de ces derniers. Ainsi lorsqu’il s’agit de les dépasser ne respectent-t-ils l’espace prescrit par le code de la route que très exceptionnellement. Cet espace est estimé, pour ne pas présenter de danger à 1,50 m. Une distance qui se justifie par le fait que dans l’hypothèse où le cycliste chuterait du côté de la circulation il ne risque pas de se faire rouler sur la tête. C’est simple, c’est clair. Mais il y a aussi parfois obligation pour le cycliste de faire un écart pour éviter un trou dans le revêtement. Dans ce cas le véhicule dépassant ne doit pas être trop près. Il faut souligner d’ailleurs dans ce paragraphe, que le code de la route n’interdit pas aux cyclistes de rouler de front, lorsque, dit-il, cela ne représente pas un danger. Il y a souvent des automobilistes qui, se croyant investis de la charge de redresser des supposés torts, se croient obligés par un coup de klaxon intempestif d’adresser un reproche aussi injustifié que bruyant.

Les ronds-points. Ils sont difficiles à négocier pour les automobilistes qui n’ont que rarement compris la logique de leur franchissement. Alors imaginez un vélo qui s’engage sur un tel dispositif et qui doit emprunter la voie de gauche. Il sera dépassé à la fois à sa droite et à sa gauche par des voitures, voire des poids lourds pressés et irrespectueux. De quoi avoir des frissons. Certains de ces ronds-points disposent d’une voie cyclable matérialisée au sol et placée sur leur partie extérieure. Elles constituent un danger encore plus grand parce les pédaleurs verront les automobilistes leur couper allégrement la route sans prendre conscience du danger qu’ils leur font courir. Et pourtant les ronds-points fleurissent.

Les axes réservés. Même si leur conception est a priori un avantage il arrive qu’ils soient mal adaptés ou curieusement installés. Souvent pour y accéder ou en sortir le cycliste devra franchir une bordure de trottoir. Parfois, ces pistes sont si courtes qu’elles ne présentent aucun intérêt. Leur accès est aussi peu compréhensible (Le pont d’Espagne) et pour en sortir il faut se placer dans des situations qui font oublier l’avantage qu’elles sont supposées présenter. Enfin le partage avec le cheminement des piétons engendre plus une difficulté qu’autre chose (Avenue Edouard VII - la piste du campus universitaire). Allez aux Pays Bas par exemple et vous constaterez que les axes des uns sont biens séparés de ceux réservés aux autres et que si vous confondez, vous vous ferez rappeler à l’ordre. Mais c’est une autre culture. Ici chez nous, les taxis supportent mal que les vélos évoluent sur les voies réservées aux bus et à eux-mêmes, comme le prévoient les arrêtés municipaux. Si les bus ne manifestent pas leur mécontentement, il en va tout autrement des chauffeurs de taxi.

Les terre-pleins, les balises ou autres dos d’âne. S’il est indéniable que dans la majorité, des cas ces installations présentent un intérêt, dans le même temps, elles provoquent un danger pour le cycliste. Un terre-plein entraîne un rétrécissement de l’espace de circulation, et pour autant, ne dissuade pas les automobilistes d’engager un dépassement qui se fera au plus près des deux roues, donc de façon plus dangereuse. Les dos d’âne trop prononcés sont aussi difficiles à franchir.

Les nouvelles dispositions du code de la route. Elles permettent aux vélos, lorsque cela est indiqué, d’emprunter un sens interdit ou d’effectuer un « tourne à droite » même au feu rouge. Essayez donc de vous engager en vélo rue Gambetta ou rue Samonzet et vous verrez en face de vous des automobilistes qui ne sont pas du tout décidés à laisser un espace suffisant à votre progression. Ne parlons pas des bus, rue Samonzet, eux ils sont trop larges pour partager la chaussée même avec un deux roues.

Amis cyclistes ne vous laissez pas dissuader d’utiliser ce moyen de transport soit de façon utilitaire soit pour vos loisirs. Vous êtes respectables et les décideurs seraient bien inspirés de vous reconnaître sans s’en tenir aux seules apparences.

Pau, le 15 décembre 2010

Par Joël BRAUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les dangers du vélo
18 décembre 2010, par Maximo  

à l’aide de son vélo ou pour les plus modestes, de sa bicyclette
Et c’est quoi, la différence ?? smiley

  • > Les dangers du vélo
    18 décembre 2010, par claudiqus  
    Vélocipède, ou vélo, a ses titres de noblesse, héritier de la draisine et du grand bi . la bicyclette n’est qu’un banal instrument à pédales démocratisé ! smiley

  • > bicyclette ou vélo
    18 décembre 2010, par Marc  

    Philipe DELERM (La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules) :

    C’est le contraire du vélo, la bicyclette. Une silhouette profilée mauve fluo dévale à soixante-dix à l’heure : c’est du vélo. Deux lycéennes côte à côte traversent un pont à Bruges : c’est de la bicyclette. L’écart peut se réduire. Michel Audiard en knickers et chaussettes hautes au comptoir d’un bistro : c’est du vélo. Un adolescent en jeans descend de sa monture, un bouquin à la main, et prend une menthe à l’eau à la terrasse : c’est de la bicyclette. On est d’un camp ou bien de l’autre. Il y a une frontière. Les lourds routiers ont beau jouer du guidon recourbé : c’est de la bicyclette. Les demi-course ont beau fourbir leurs garde-boue : c’est du vélo. Il vaut mieux ne pas feindre, et assumer sa race. On porte au fond de soi la perfection noire d’une bicyclette hollandaise, une écharpe flottant sur l’épaule. Ou bien on rêve d’un vélo de course si léger : le bruissement de la chaîne glisserait comme un vol d’abeille. A bicyclette, on est un piéton en puissance, flâneur de venelles, dégustateur du journal sur un banc. A vélo, on ne s’arrête pas : moulé jusqu’aux genoux dans une combinaison néospatiale, on ne pourrait marcher qu’en canard, et on ne marche pas.

    C’est la lenteur et la vitesse ? Peut-être. Il y a pourtant des moulineurs à bicyclette très efficaces, et des petits pépés à vélo bien tranquilles. Alors, lourdeur contre légèreté ? Davantage. Rêve d’envol d’un côté, de l’autre familiarité appuyée avec le sol. Et puis... Opposition de tout. Les couleurs. Au vélo l’orange métallisé, le vert pomme granny, et pour la bicyclette, le marron terne, le blanc cassé, le rouge mat. Matières et formes aussi. A qui l’ampleur, la laine, le velours, les jupes écossaises ? A l’autre l’ajusté dans tous les synthétiques.

    On naît à bicyclette ou à vélo, c’est presque politique. Mais les vélos doivent renoncer à cette part d’eux-mêmes pour aimer - car on n’est amoureux qu’à bicyclette.

  • > bicyclette ou vélo
    18 décembre 2010, par Carola  
    A croire que les mots sont géniteurs de races... smiley

  • > bicyclette ou vélo
    18 décembre 2010, par claudiqus  
    Sans doute un amoureux de Monet, de Degas ou de Caillebote ... et d’un petit sentier de halage longeant une rivière, où il faisait bon poser sa bicyclette en regardant s’envoler les vapeurs d’une locomotive ahanant par dessus un pont ... smiley

  • > bicyclette ou vélo
    19 décembre 2010, par Marc  
    Avec Paulette...

  • > bicyclette ou vélo
    19 décembre 2010, par claudiqus  
    !!!!!!! ... smiley

  • > Les dangers du vélo
    16 décembre 2010, par claudiqus  

    Les déhanchements et autres rétrécissements sont aussi des pièges dangereux pour les deux roues, mais c’est une mode en vogue dans nombre de communes ! il faudrait presque rajouter sous les panneaux couramment employés "épargnez nos enfants" ... "et pensez également aux cyclistes" smiley

  • > Les dangers du vélo
    16 décembre 2010, par AB  
    Les déhanchements "Elvis" ou les déhanchements "Carmencita" ?

  • > Les dangers du vélo
    16 décembre 2010, par AB  
    Sur la piste du campus universitaire on croise aussi des tricycles... Priorité absolue à ces très jeunes cyclistes ! Pas de klaxon intempestif, pas de jurons, pas de dépassement à grande vitesse !

  • > Les dangers du vélo
    16 décembre 2010, par AB  
    Avenue Edouard VII a été aménagée très récemment, selon la réglementation actuelle, paraît-il. Le résultat : cette voie n’est idéale ni pour les piétons ni pour les vélos. Les arbres, n’en parlons pas.

  • > Les dangers du vélo
    16 décembre 2010, par claudiqus  
    Préfère la souplesse des seconds ... smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Transparence ou Totalitarisme : il faut choisir !
    Jaurès ! Où es-tu ?
    Philosophie de comptoir.
    Ne mets pas tes pieds ...
    Drôle de gestion à Montardon
    Mais, tout le monde le fait !
    Madame la maire de Pau et le code de la route.
    Méditations estivales.
    Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    Boycott !
    Réponse aux réactions des lecteurs.
    « Il n’y a qu’une douleur facile à supporter, c’est celle des autres »
    Conte de Noël, ou si l’Homme en blanc retrouvait sa jeunesse...
    Justice sociale et pouvoir de l’argent roi : pour répondre à Raymond Monédi
    La justice sociale, clé du bonheur de l’Humanité !
    La Poste
    Petites questions
    Ca sent les égouts.
    La cigale et la fourmi
    Retour sur les élections et sur le futur



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises