Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

LGV - Grands projets et petites contributions

mardi 2 novembre 2010 par Henri 64


A plusieurs reprises, la question du financement de la LGV a fait l’objet d’articles sur ce site. Faut-il abonder dans le sens du pessimisme qui les marque bien souvent ? La délibération du Conseil régional du 25 octobre éclaire les choix à faire pour un futur proche.

La vice-présidente aux finances, Isabelle Boudineau (PS, Gironde), a chiffré à quelque 250 millions d’euros le manque à gagner dans les cinq ans avec la fin de la taxe professionnelle. Certes, l’Etat apportera une compensation ; mais il est clair que la région perdra de son autonomie. Elle peut encore jouer sur le montant de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP). Ainsi, il a été décidé de porter à 1,15 centime d’euro de plus pour le gazole et 1,77 centime d’euro de plus par litre de super sans plomb cette taxe dans les stations-service d’Aquitaine. Bien que des récriminations se soient fait entendre, le coût pour l’usager parait minime : un conducteur parcourant 6000 km par an avec une voiture diesel ne devrait pas dépenser plus de 4 euros par an. Pour atteindre les 30 ou 50 euros avancés par certains conseillers d’opposition, il faut parcourir de bien plus grandes distances et avec un véhicule qui ne se contente pas de 5 litres aux 100km. Or les grosses berlines et les 4x4 ne sont pas l’apanage des familles modestes...

Cette hausse ne devrait donc pas contribuer beaucoup à détourner les adeptes de la voiture individuelle vers le rail pour un AR Pau-Bordeaux elle entraînerait un surcoût de 0,23 euros pour une voiture sobre (et disons 1 euro pour une voiture plus gourmande) alors que le seul prix du péage sur l’autoroute A 65 se monte à 46 euros : 200 fois plus !

On mesure là les enjeux du débat public-privé. Le partenariat public-privé a permis une construction rapide de l’autoroute. Mais le consommateur paiera la note, et, comme le souligne Daniel Sango, le contribuable la paiera aussi si l’autoroute n’est pas assez profitable (alors qu’une mutualisation de l’ensemble des profits des autoroutes permettrait d’éviter cette contribution des contribuables). De ce point de vue, on ne peut que regretter que les profits des autoroutes ne viennent plus alimenter les caisses de l’Etat. Pour le citoyen français, peu importe que Vinci et Bouygues perdent les deux premiers rangs mondiaux des consortiums de travaux publics au profit de trusts chinois.

Ainsi, pour la future LGV Bordeaux-Bayonne-Pau-Toulouse faudrait-il nécessairement passer de Charybde (le report à des années et des années) en Scylla (un partenariat public-privé faisant la part belle au privé) ? Il faut espérer que non et que les responsables économiques et politiques trouveront d’autres solutions et un terrain d’entente. Car si les Béarnais n’ont pas la volonté de dépasser les querelles de clocher, ils ne peuvent compter sur les autres pour défendre un projet qui aurait dû être réalisé en même temps que la A65.

Dans l’immédiat, basques et béarnais paieront pour l’arrivée à Bordeaux de la LGV au même titre que les bordelais, par le biais de la taxe sur les carburants ou de l’emprunt. Pourtant, leur gain de temps ne sera que de 20% alors que celui des bordelais sera de 33%. Il serait donc naturel que, pour le prolongement au-delà de Bordeaux de la LGV, la contribution soit aussi partagée également entre tous les bénéficiaires. C’est maintenant qu’il faudrait obtenir un engagement en ce sens auprès de tous les bénéficiaires de l’arc atlantique.

- par Henri 64


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> LGV - Grands projets et petites contributions
3 novembre 2010, par Occitanian-Beast  
Rénovation Matabiau

6000 km par an, c’est des kilométrages que les employés faisaient dans les années 1960, lorsqu’il y avait du boulot partout Henri... Aujourd’hui, c’est plutôt 25000 km par an, et ce n’est pas l’ouverture de l’A65 qui va arranger les choses, beaucoup de Palois seront tacitement "incités" à trouver du boulot à Mont-De-marsan, Dax ou Aire-sur-Adour, quand ce ne sera pas directement la banlieue bordelaise, là où le TGV ne sera d’aucun secours vu les kilomètres séparant la gare saint-Jean (et les autres gares SRGV) de cette périphérie...

De plus, il est évident, sauf pour quelques happy-fews confortablement planqués, que l’on l’on ne construit pas de LGV pour une ville de 150000 habitants ; ah l’exemple de Huesca me dirait vous, euh à se qui se dit par ailleurs sur le net d’après des sources officielles espagnoles, il y aurait seulement 14 voyageurs par rame à le prendre, ce qui fait tousser les autorités aragonaises par cette période de crise... smiley

On ferait mieux de moderniser le réseau TER et prendre exemple sur Midi-Pyrénées qui a incité la SNCF à mettre en circulation 3 A/R Corails Toulouse - Pau suppléméntaires, et pas en passant par Captieux façon Mirage 2000, mais en desservant rationnellement les villes du Piémont pyrénéen. Mais j’ai cru comprendre que les derniers investissements en matière d’autoroutes (A65) et de LGV étaient conçus pour à tout prix éloigner le Béarn de la honnie Ville Rose, et ce au profit de la plus "bourgeoise" cité bordelaise, et son pôle "Euratlantique" à 4 milliards d’€ ( !!!) que vos petits enfants palois n’auront pas fini de payer à leur retraite...  smiley

P.S. : de mon avis, dans le département des Pyrénées-Atlantiques (ça existe bien non ?), le plus rationnel pour un transpyrénéen vers l’Aragon, c’est creuser un tunnel de 10km sous le massif à Saint-Étienne-de-Baïgorry, puis de rejoindre Pampelune, sûrement beaucoup moins raide le Canfranc (et pas forcément réellement plus cher en voie neuve) et son profil en ligne digne de la courbe du chômage sous Nicolas...

> LGV - Grands projets et petites contributions
2 novembre 2010, par le coq  
noir et blanc

je crois qu’il faut arrêter de "gamberger"sur la LGV Bordeaux Pau ; elle ne se fera pas plus que la ligne Oloron Canfranc ! Soyons sérieux une fois pour toutes. Pau devient une ville secondaire sans intérêt économique alors il faut assumer. C’est dur mais c’est une réalité. Nos élus en sont les responsables, les syndicats aussi, et tous les "connards" qui confondent utopie et pouvoir, les enseignants qi détiennent la vérité, les universitaires qui restent en dehors des réalités citoyennes. je le dis depuis longtemps mais évidemment la vérité n’apparait que trop tard. Alors je m’en fout, car à la retraite, je n’ai plus que des regrets pour cette Région formidable que j’ai connue et qui est devenue ce qu’elle est par les idéologies marxistes, les syndicats qui ont démolis l’entreprise, les politiques qui ne comprenaient que les réunions "petits fours et jurançon". Le Bearn se meurt à cause d’une bande bien connue de conservateurs et de corporatistes, s’ils en crèvent je m’en réjouis. Le Béarn doit renaître.

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    27 novembre 2010, par Brigitte  
    Excellent, tout est dit et il n’y a rien à redire sauf peut être sur les intentions des syndicats qu’il ne faut pas confondre avec ceux des entreprises dans le contexte de la mondialisation.

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par pehache  

    Ainsi, pour la future LGV Bordeaux-Bayonne-Pau-Toulouse

    ...qui n’existe qu’à la CCI et sur A@P (pour la partie "Pau") smiley !

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par AK Pô  
    Pehache, vous oubliez qu’A&P milite aussi pour la ligne Pau-Madrid directe, avec juste un petit virage à Zaragoza. Ca m’étonne de vous ! smiley

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    3 novembre 2010, par le coq  
    Je dis mieux...un scoop : il s’agit d’une nouvelle liaison aérienne hebdomadaire au départ de "Hérère air club" because base de planeurs.

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par Daniel Sango  

    La ligne Tours Bordeaux finalisera son financement dans les semaines à venir...dans la douleur !

    Rappelons que le financement est fait par 4 grands acteurs : un privé et RFF qui récupéreront leurs mises (peut être...) par le biais du péage, et a part égale l’Etat et les collectivités territoriales.

    Ce financement privé ne peut s’envisager que sur des lignes à trafic très élevé permettant un amortissement de la mise. Pour le sud de Bordeaux ce sera beaucoup plus difficile.

    Rappelons aussi le principe de financement : ce sont les collectivités EN AVAL de la ligne qui payent (Paris ne paye pas pour la ligne vers Bordeaux, Bordeaux ne payera pas pour la ligne vers l’Espagne)

    Evidement tout peut évoluer, mais... Concernant le Sud de Bordeaux, un tronçon se fera sans doute rapidement : Bordeaux Toulouse, car la Région Midi Pyrénées, le Département de la Haute Garonne et la ville de Toulouse sont de très gros contributeurs.

    Pour la liaison Espagne, bien sûr elle se fera un jour. Là l’Etat devra financer beaucoup plus, mais aussi toutes les collectivités en aval. Et Bordeaux ne paiera rien.

    Quant à Pau...si les idées restent nombreuses, le financement de la liaison sera à la hauteur du trafic, et de la capacité de financement des collectivités concernées...c’est à dire très limité.

    Pour ce qui est des capacités financières des collectivités territoriales, il est insupportable de les entendre se plaindre quant à leurs ressources.

    Aujourd’hui elles ont trop d’argent ! La preuve, quand l’Etat diminue ses coûts de fonctionnement en ne remplaçant pas 25 000 fonctionnaires par an, les collectivités territoriales en embauchent le même nombre ! Ces mêmes collectivités territoriales ont des compétences obligatoires mais vont au delà de ce qui leur est demandé en se mêlant de tout et en intervenant dans les domaines hors de leur compétences principales. Il faut supprimer pour toutes les collectivités la clause de compétence générale. Il suffit (mais qui le fait ?) de regarder les budgets de la Région ou du Département.

    On ne peut avoir un Etat hyper endetté qui serre les boulons et des collectivités territoriales qui mènent grand train de vie.

    La réforme territoriale devra remettre de l’ordre et de la cohérence.

    > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par le coq  
    le retour des dragons

    Ce n’est qu’un début...la préparation des prochaines élections avec les thèmes biens connus et prisés des "Politiques" régionaux. Ils ne sont responsables de rien,évidemment, 20 minutes pour aller à Bordeaux....un survol de compétence. Souhaitons qu’ils ne soient pas entendus pour préserver nos finances. Les vraies solutions technico-économiques n’étant pas abordées évidemment. Que des nuls et des rêveurs une fois de plus.Mais ils vont encore faire des "études de faisabilité" sous-traitées à des cabinets extérieurs pour plus de transparence obscure.

    > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par Rêveur des villes  

    Vu la crise économique qui n’en est qu’à ses débuts, l’explosion de la dette publique, les querelles de clôcher dans le SO alors que beaucoup de régions veulent aussi plus de LGV, à quel point ça a été difficile de s’entendre sur le financement de Tours-Bx, les dépenses somptuaires à Pau au détriment du reste qui font que la ville aura du mal à investir... Il y aura bien le tronçon Tours - Bx, mais pour Bx - Dax, je n’y crois pas beaucoup à moyen terme. Pas dans cette décennie, dans le meilleur des cas, dans la suivante. Bx - Toulouse sera sans doute prioritaire sur Bx - Dax.

    Enfin, tout n’est pas noir pour le train à Pau puisque la ligne Pau-Oloron va être ouverte à nouveau en début d’année prochaine, je crois, avec un temps de trajet réduit de qqes minutes. Concernant Oloron - Bedous, c’était simplement "du rêve", qui a d’ailleurs été révélé une semaine après les élections !

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par Beatle  
    Combien êtes-vous ici à Pau à utiliser le TGV Pau-Bordeaux ? Je le prends souvent. Il n’y a jamais beaucoup de monde. Pourquoi rêve-t-on ici déjà d’une gare LGV ?

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    2 novembre 2010, par Maximo  
    Excellentes questions, Beatle !! smiley

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    8 novembre 2010, par Robert "LeCoyote"  

    Pour "Beatle" (d’un fan des "Rolling Stones..." ;-))) et pour rejoindre votre observation "Il n’y a jamais beaucoup de monde." :

    "En guise de rappel" car déjà plusieurs fois cité, dans la "Newsletter" (entre autres, celle du 22 octobre 2010) :

    "En bref", les délais d’aménagement des environs du "Stade d’eaux vives", seront aussi longs que la construction effective de la ligne LGV : à l’horizon 2020-2025 sinon beaucoup plus : 2035-2040 ? et ce, quelque soit le tracé de cette ligne LGV.

    Nota : la durée du trajet de 35mn annoncée comme possible par la CCI de Pau, relève du pur fantasme ou de la fantaisie (encore un effet d’annonce-communication...) tant sur le plan technique (infrastructures, entre autres...) qu’en terme de rentabilité, car pour ce dernier point, je doute fort qu’une ligne directe "Pau - Mont de Marsan - Bordeaux", soit rentable avec une rame LGV qui peut contenir environ 400 personnes... d’ailleurs brochure et magazine de la CCI Pau, ne mentionnaient pas (sauf erreur de ma part), des projections statistiques concernant le "trafic passagers" pour évaluer "au minimum", la rentabilité de cette ligne LGV pour la SNCF, RFF...

  • > LGV - Grands projets et petites contributions
    14 novembre 2010, par Occitanian-Beast  

    Hum, d’autant plus que les 35 min sont "possibles" dans l’éventualité d’une liaison [b]Sans arrêt à Mont-de-Marsan[/b], à l’instar d’un pont aérien façon "Berlin Ouest" de la grande époque de la Guerre Froide... smiley

    Finalement, le plus simple et le moins coûteux serait de délocaliser la CCI paloise à Bordeaux, dans le fameux Pôle Euratlantique si demandé de par les élites de la Capitale régionale... smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises