Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

IDEcycle, ma chère idée...

jeudi 21 octobre 2010 par Daniel Sango


Comme un certain nombre de villes françaises, Pau a décidé de se doter de bicyclettes en libre service. Un premier bilan national de ce service montre son coût très important sous sa forme actuelle.

Dans le cadre du nouveau service de bus, la ville de Pau sacrifie à la mode du vélo en libre service. Il faut dire que cela donne une touche de vert bien sympathique.

Notons tout d’abord que ce service, bien que présenté en complémentarité du réseau de bus ne profite qu’à la seule ville de Pau (20 stations) et n’est pas déployé sur l’ensemble de l’agglomération.

Cela semble cependant logique, un premier bilan permettra sans doute de mieux en cerner l’efficacité et les coûts.

L’Expansion dans son numéro d’octobre dresse un bilan de ce service en France. Vandalisme, vols, coûts très élevés de la gestion, le seul coût d’investissement et d’exploitation du service est estimé à 2500 euro/an/vélo. Si on y ajoute des coûts annexes, c’est 3200 euro/an/vélo. Ceci pour une flotte de 32000 vélos à l’échelle du pays principalement dans Paris, Lyon et les très grandes villes. Pour une ville comme Pau avec ses 20 stations et ses 200 vélos, l’effet d’échelle n’existe pas et le coût de revient est certainement multiplié par un coefficient 3 ou 4 ou peut être plus.

Il serait intéressant de connaître le coût de ce service en or. On aurait des surprises. Mais ces coûts ne sont pas étonnants, on ignore souvent que le prix de revient du prêt d’une BD dans une médiathèque est de l’ordre de grandeur du prix de l’ouvrage lui même, que pour un système de transport en commun de bus la facture du contribuable est de l’ordre de 80% des coûts. Il en est de même pour les TER gérés par la Région (Mon cher TER)

Si on estime pour Pau le coût de cette opération à 5000 euro/an/vélo (sûrement très en dessous de la réalité) soit un budget total de 100 000 euro/an, la ville de Pau pourrait accorder une subvention de 100 euro par vélo acheté par chaque palois (on est pas loin d’une subvention totale du vélo), mettant ainsi dans les rues de Pau 1000 vélos par an (et peut être bien plus). Cela mérite débat.

On attend donc avec impatience les chiffres des coûts complets concernant IDEcycle, et pas seulement les chiffres concernant l’utilisation....

par Daniel Sango


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> IDEcycle, ma chère idée...
21 octobre 2010, par Daniel Sango  

Dans son édition du 20/10, la Rep confirme mon pronostic.

Tout d’abord, pas un mot du "Combien ça coûte ?" question qui semble trop souvent étrangère dans les articles des journalistes de Pyrénées Presse.

Quelques informations permettent cependant d’estimer les coûts.

Deux personnes, une camionnette pour transport des vélos d’une station à une autre. Un local. Le tout environné dans une structure. Auquel on rajoute la maintenance, les vols, etc Ceci pour les coûts de fonctionnement.

On y rajoute ensuite les coûts d’amortissement de l’achat des vélos et de la construction des stations.

Deux postes environnés c’est dejà de l’ordre de 70 à 80 000 euros.

On peut sans se tromper dire que le coût annuel est très nettement supérieur à 100 000 euro/an.

> IDEcycle, ma chère idée...
21 octobre 2010, par JPB  

Il y a quelques mois j’avais été "sondé" en me garant sur le parking des tribunes de la gare, à propos des transports à Pau. Dans les questions il y en avait une sur la possibilité de mettre en place des Vélib. Preuve que l’idée était dans les tuyaux depuis longtemps. J’avais personnellement répondu que je ne serai jamais utilisateur d’un tel service. Je n’ai pas changé d’avis, je préfère utiliser le bus. Dans une ville qui est assez étendue, peu dense, les distances sont (de mon point de vue) mieux couvertes par un moyen mécanique (et collectif de préférence : le bus) qu’avec ces machines vélocipédiques assez peu performantes.Deux questions à nos édiles : 1 - qu’avait donné le sondage sur l’acceptabilité des vélos en locations ? 2 - le cout d’exploitation des vélos est-il à la charge de la com. d’agglo. ou bien du concessionnaire (Idélis) dans le cadre d’un paquet global. En est-il de même pour les investissements (stations, systèmes d’exploitation, vélos) ?

> IDEcycle, ma chère idée...
21 octobre 2010, par pehache  

Pour une ville comme Pau avec ses 20 stations et ses 200 vélos, l’effet d’échelle n’existe pas et le coût de revient est certainement multiplié par un coefficient 3 ou 4 ou peut être plus.

Pourquoi pas par 10 ?? Je ne vois pas bien quels effets d’échelle significatifs pourraient être évoqués.

on ignore souvent que le prix de revient du prêt d’une BD dans une médiathèque est de l’ordre de grandeur du prix de l’ouvrage lui même,

Ce qui est totalement faux dès lors qu’on prend en compte le fait que dans une bibliothèque/médiathèque beaucoup de gens lisent/consultent sur place : le nombre de documents lus dépasse de loin le nombre de prêts.

que pour un système de transport en commun de bus la facture du contribuable est de l’ordre de 80% des coûts.

Et même 100% dans les villes qui ont choisi la gratuité. Et donc ?

Si on estime pour Pau le coût de cette opération à 5000 euro/an/vélo (sûrement très en dessous de la réalité) soit un budget total de 100 000 euro/an,

Euh, non, 1M€.

Mais tant qu’à citer l’étude du CGDD autant aller au bout et aller à la source de l’information, qui ne s’intéresse pas qu’aux coûts mais aussi aux avantages :

"Le bilan des coûts et avantages apparaît néanmoins globalement équilibré

Les systèmes de vélos en libre service présenteraient un bilan globalement équilibré, leur coût global annuel de 100 M€ étant compensé par des avantages d’un niveau sensiblement équivalent (voir tableau).

Les avantages en termes de gains de temps tenant compte de la pénibilité pour les usagers (cf encadré 2) représentent l’essentiel des avantages (80 M€) devant les gains liés à la décongestion des transports en commun (25 M€), les gains de décongestion de la voirie (3 M€) et les gains liés aux externalités environnementales (0,5 M€).

Ce résultat est à prendre avec précaution, car il repose sur des données fragmentaires en provenance d’un ensemble limité de systèmes. Les principales incertitudes portent sur les coûts de revient réels de ces systèmes, sur l’évaluation de l’avantage moyen « transport » procuré aux cyclistes utilisant les vélos en libre service ainsi que sur les niveaux relatifs des avantages « santé » du vélo et de la marche à pied.

Par ailleurs, compte tenu de l’importance des coûts fixes, l’équilibre du bilan socio-économique dépend fortement du taux d’utilisation du système, qui semble être assez faible pour les petits réseaux."

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/LPS50.pdf-

Conclusion : dans 2-3 ans on fera le bilan, et si le taux d’utilisation monte par exemple à 3 déplacements/vélo/jour ça aura sans doute valu le coup, sinon il faudra penser à remettre le truc en cause.

  • > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par JPB  

    La phrase la plus importante de votre message est : "Par ailleurs, compte tenu de l’importance des coûts fixes, l’équilibre du bilan socio-économique dépend fortement du taux d’utilisation du système, qui semble être assez faible pour les petits réseaux."

    C’est bien là la problème tant mieux si ça marche, mais j’ai des doutes

  • > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par le coq  
    gaspillage autorisé...je jette votre argent

    MLC avait connaissance du coût exorbitant de ce service de vélos dans des villes équipées. Mais rien ne peut lui faire changer d’avis. L’argent du citoyen n’est pas le sien et elle s’en moque. C’est lamentable. Bravo pour la solidarité, les dépenses citoyennes, les économies.... que du vent = LAMENTABLE.

    > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par Rêveur des villes  

    Voyons le coût par jour pour avoir des chiffres plus "palpables". 3 200 € le coût du vélo à l’année selon vos source. Prenons ce chiffre. Je ne pense pas que par rapport aux grandes villes, il faille appliquer un coefficient 3 ou 4 sur le coût unitaire par rapport au parc de vélo.

    3 200 € / an = 8,7 € / jour. Aujourd’hui, on en est à 148 déplacements quotidiens pour un parc de 220 vélo, mais à mon avis, ça devrait augmenter. Donc le coût du déplacement aujourd’hui est à 13 €, - 1€ de recettes = 12 €. Ca fait beaucoup en effet... Coût annuel : 3 200 x 220 = 704 K€... Disons 630 K€ en déduisant les recettes, voire 600 K€ plus tard avec davantage de fréquentation. On peut se demander effectivement si à ce prix-là...

    Cela promeut l’usage du vélo. Mais l’essentiel, c’est la voierie et les aménagements cyclables. Entre 600 K€ par an pour le velib et la même somme investie en pistes et aménagement cyclables, qu’est-ce qui vaut le mieux ?

    Accorder une subvention pour l’achat d’un vélo ? Non, je crois que c’est de la bureaucratie pour rien. Il y a des vélos pas chers.

  • > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par claudiqus  

    Pardon de m’immiscer dans le débat en tant que candidat extèrieur mais ...

    Le côté pratique ne parait évident que si l’on réside sur place ! car, une fois encore, aucun parking relais n’a été prévu à proximité de ces stations Velib, qui de surcroit, sont situées en centre ville ou proches du centre .

    Par exemple, j’habite à 15 km de Pau, que je vienne en voiture ou à vélo, où puis-je laisser mon moyen de locomotion, sans risquer de me le faire piquer dans le cas du vélo ?

    C’est donc joli, plaisant, écologique, mais réservé à une infime portion de la population, ce qui bien sûr ne va pas dans le sens de rentabilité ! smiley

  • > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par pehache  
    Vous laissez votre voiture au parking bosquet, ou clemenceau, et vous poursuivez à pied. Ou à vélo si ça vous tente.

  • > IDEcycle, ma chère idée...
    21 octobre 2010, par claudiqus  
    Finalement, préfère la marche à pied ! nul besoin de rustines ou de boyau de rechange ... smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Au pays de Poulit l’Enchanteur
    L’électricité : enjeux et défis
    Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    Pau - Accès automobile au parking Aragon
    L’inanité des politiques ?
    Pau - Qui trop embrasse mal étreint !
    Pau - L’heure des choix
    Pau - Médiathèque André Labarrère : Question de détail !
    La Puyoô-Pau rénovée en 2013
    Route ou rail en vallée d’Aspe ?
    Pau - Culture pour tous : Y compris pour les handicapés ?
    A 65, le dessous des cartes...
    La nouvelle Pau-Bordeaux arrive !
    Péage Pau Bordeaux Pau = 43,80 €. Faisons payer les élus !
    BAP : « Pour l’administration française, Saragosse n’existe plus »
    Bordeaux-Pau : L’autoroute de la prospérité
    ‪Pau - La vache qui implorait Miséricorde ! (acte 5)‬
    Avec le trésor, certains continuent de rêver...
    Idelis, Idecycle, Idelib, idées fixes !
    Nouveau parc des Expositions, résultat d’un sondage.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises