Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

21 mai 2035 : inauguration du nouveau périphérique palois

samedi 22 mai 2010 par AK Pô


Hier a eu lieu l’inauguration du périphérique contournant l’agglomération paloise, en présence de nombreuses personnalités locales et nationales. Attendu depuis vingt cinq ans par la population, les travaux sont enfin réalisés, malgré les nombreuses complications auxquelles ont dû faire face les différents intervenants.

Souvenons-nous : après la guerre civile du PS dans les années 2006-2008, les atermoiements des diverses formations politiques qui se sont succédées ensuite (d’obédiances diverses et avariées), la gestion des dossiers (rachat des terrains concernés, choix des entreprises, moyens financiers, ficelage du projet) et l’opposition réelle des riverains qui se traduisit par un blocus complet de la rocade existante, dite petite ceinture, durant près de six ans (2007-2013), les premiers coups de pelleteuses débutèrent en avril 2014, sur un tracé défini en haut lieu, les intervenants locaux n’arrivant pas à s’accorder.

Ce fut donc sur l’initiative de la Présidente (élue au suffrage universel) de la province (Fédération Plein Sud constituée par les régions Aquitaine- Pays Basque- Aragon- Navarre- Midi Pyrénées), madame Loup-Chaperon Rouge, que l’on vit tomber les premiers arbres et s’ouvrir les perspectives par de vastes ornières.

Fin 2016 commencèrent à s’ériger les premiers ouvrages de génie civil : le viaduc du gave à Assat, les tunnels de Bosdarros, Gan Sud (dit de Berdoulou), les ouvrages mixtes (ponts et tunnels) de Lasseube, Cardesse, Monein, le viaduc du gave à Artix, le souterrain au croisement de la A64, tous les franchissements nécessaires vers Thèze, échangeur de la A65, percement et bétonnage des collines de Cescau, Doumy, Saint Armou, Maucor, passages supérieurs et inférieurs de Bernadets (aux bosses redoutables), souterrain de Serres Morlàas, viaduc de Soumoulou-Nousty (franchissement de l’Ousse et de l’autoroute), creusement (barrières berlinoises) de la rampe d’Artigueloutan...

On se souviendra également que si au départ le projet semblait aussi mégalomaniaque que l’est en toute circonstance l’ambition d’un béarnais sur le devenir de son territoire, les évènements qui se déroulèrent et s’enchainèrent en cascades dès 2017 finirent par lui donner une réelle consistance.

L’appauvrissement avéré du monde agricole, la fermeture des grandes usines locales ( délocalisation en Inde de Turboméca en 2018, notamment), le départ du groupe pétrolier Total (qui plaça son siège social dans les Bermudes en 2021), le démembrement de l’ADAPEI en tant qu’association d’aide aux personnes handicapées mentales, la faillite des maisons de retraite campagnardes (les revenus des résidents étant réduits à zéro ou presque), l’expansion démographique liée à l’accroissement du chômage, le recentrement des structures administratives, hospitalières, sociales, judiciaires, stimulant la désertification des villages, la montée des violences et du banditisme de grand chemin sur les routes départementales, l’insécurité liée à l’éloignement du domicile et du lieu de travail, l’obligation voire l’injonction de se soumettre au premier emploi proposé sous peine d’être mis au ban de la société avec retrait de tous droits (loi du 25 septembre 2021), le risque permanent d’être confronté aux centaines de personnes postulant pour un même emploi à coups de poings, conflits entre personnes privilégiées car résidentes dans la proche banlieue (construction des 12000 logements sur les côteaux de Morlàas en 2018, réalisation de "la cité des Alouettes" à Soumoulou, trente cinq tours de vingt étages, nouveaux quartiers en périphérie du domaine de Sers -lotissements sécurisés, 3000 lots-, etc) et résidents des bourgades éloignées (Orthez, Pontacq, Mourenx, Aire sur Adour, Oloron, Lembeye, dans un premier temps).

Tous ces éléments firent que l’agglomération devînt un aspirateur pour la population de la province Plein Sud, créant un mouvement d’émigration sans précédent depuis le début du déréglement climatique. Tous ces facteurs désastreux permirent l’expansion de la cité : création d’une gare intermodale internationale (2026) pouvant accueillir trente millions de passagers/an, création d’un centre d’affaires (place de Verdun 2027) regroupant les grandes multinationales localisables (Orange, TF18,OPEP -antenne locale-, OPPB, Microsoft (secteur Green planet), Arcelor Mittal (export laminage), Agence mondiale des Artisans et Commerçants du Terroir, etc) en dix huit bâtiments verticaux d’une capacité de 2000 bureaux spacieux, d’hôtels de luxe ( dont "le Bernadotte", ancienne caserne rehaussée sur quinze étages, avec plan d’eau sur ce qui n’était encore, en 2010, qu’un terrain vaguement sportif peu fréquenté), de centres administratifs nationaux (en lieu et place du cimetière urbain, et après démolition de la cité Paul Doumer), élaboration d’une nouvelle université dans le secteur de Denguin, avec aménagements paysagers (lac de 150 hectares alimenté par une dérivation du gave), d’une capacité d’accueil de 100 000 étudiants d’ origines internationales (avec papiers en règle), création de lignes de bus en sites propres (la première sera inaugurée en 2017, de Serres-Castet à Assat -ce qui n’empêchera pas la délocalisation de Turboméca en Inde et au Brésil, comme ci-dessus mentionné-).

Suivront, dans les années 2020-2025 trente six nouvelles lignes de bus, quinze de tramways (liaisons transversales), quatre nouvelles pistes aéroportuaires, les liaisons autoroutières Pau-Oloron-Saragosse, Pau-Lembeye (à péage), Soumoulou-Lourdes-Tunnel du Vignemale, Monein-Mourenx-Sault de Navailles...

Chacun se souvient également du grand krack de 2029 (c’était il y a six ans, à peine) qui stoppa tous les travaux en cours et rendit la ville exsangue, et de ce mouvement initié par la Confrérie des Plombiers Zingueurs (CPZ), qui décida d’oeuvrer gratuitement pour achever les travaux en cours. Par solidarité se joignirent au mouvement d’autres corps de métier, issus du BTP, de la bureaucratie (fonctionnaires et organismes privés), des cabinets d’ingénierie, de la chambre de commerce et d’industrie, bref de toutes les branches de l’économie locale.

La corporation des Electriciens-électroniciens mit au point, dans la même période, un moteur à propulsion électrique très sophistiqué et rentabilisable très rapidement, venant ainsi contrecarrer la crise pétrolière cause, entre autres, de ce krack. En 2032, trois barrages sur le gave (Baudreix, Laroin et Orthez), quinze mille panneaux photovoltaïques (Simacourbe, Pont-Long, Bosdarros et Mourenx) et deux mille cinq cents éoliennes (disséminées en diverses zones), permirent une production suffisante à fournir l’agglomération en courant, bornes de recharge pour les véhicules, illuminations festives et liens internautiques.

Le surplus permit de chauffer à 32° l’eau des dix huit piscines communautaires et offrit la possibilité de transformer (l’hiver) le stade d’eaux vives en patinoire, et de créer à côté, dans ce qui était encore une friche début 2033, un zoo (géré par les animaliers d’Asson) ainsi qu’un palmarium et un aquarium avec tunnel vitré et spectacle de dauphins (dans le stade d’eaux-vives, en saison).

Cette inauguration est donc l’aboutissement d’une volonté affirmée de satisfaire au bien de tous, dans un monde renfermé sur lui-même, malgré la planétarisation (variante à la mondialisation, terme un peu vieillot, admis en 2034 par l’Académie du quai Branly) et le manque de place dont souffrent nos sociétés modernes.

Une petite anecdote, cependant, pour clore ce chapitre : lors de la conférence de presse durant laquelle madame Loup-Chaperon Rouge fut interrogée, une des personnes présentes dans la salle déclara : "madame, je suis aujourd’hui un vieil homme (j’aurais 107 ans dans deux jours), mais voici vingt cinq ans que je collabore à une petite lettre d’information sur Internet (350 000 lecteurs fidèles), et je me pose toujours la même question : avez-vous prévu des parkings-relais ? Merci de me répondre."

" -par AK Pô

14 05 10

samedi 22 mai : saint Emile. Dicton : "quand c’est la fête à Emile, on fait danser les vaches sur des plateaux en buvant du vin de Loire."


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> 21 mai 2035 : inauguration du nouveau périphérique palois
22 mai 2010, par Occitanian-Beast  

Hum, vous ne croyez pas qu’une cité pareille existe déjà... en Ile de France, et qu’elle s’appelle Paris ? smiley

Avec 12000 logements en barre HLM en périphérie, je vous garanti des nuits blanches à voir crâmer votre quartier sur CNN, mon ami... smiley smiley

> 21 mai 2035 : inauguration du nouveau périphérique palois
22 mai 2010, par pehache  

viaduc de Soumoulou-Nousty (franchissement de l’Ousse et de l’autoroute),

Il est prévu que ce viaduc à 2x5 voies soit également utilisé pour compléter le 4ème périphérique lourdo-tarbais.

> 21 mai 2035 : inauguration du nouveau périphérique palois
22 mai 2010, par le coq  
et si ma tante en avait....

Bravo, super, le plus beau programme économique et sociologique battant "Le Corbusier et Brasilia". Vraiment l’exemple le plus abouti d’une réflexion grandiose de GENS DE GAUCHE issus de l’Université des caves ! En effet si on écoute la Gauche c’est notre horizon car vous remarquerez qu’ils ne parlent jamais d’argent pour réaliser ce programme... l’Etat est là pour y subvenir et puis les entreprises dynamiques sont exclues, elles perturbent l’état d’esprit des assistés. Avec les visionnaires d’Avenir Palois tout est dans le possible. Quelle oeuvre mature. Bravo encore. PS : voyant la date sur la vitrine (2035)sur ce qui est la "café de la Renaissance" il faut patienter pour boire un verre d’autant que sur la place de Verdun les anciens clients du 18éme RI ne sont pas près de revenir.

  • > 21 mai 2035 : inauguration du nouveau périphérique palois
    22 mai 2010, par claudiqus  
    Ad hororem Regis summi ! j’espère que les chemins de Compostelle n’auront pas à souffrir de ce branle-bas de haut niveau ! un ami, ardent marcheur et joueur de cor occasionnel, m’a confié que de l’avis des pelerins et surtout de leurs aventureuses compagnes de pérégrination, la brèche de Roland était une belle manche à grimper !...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises