Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Salut, l’artiste...

mercredi 24 mai 2006 par Bernard Boutin


Tu nous as tous quittés. Trop vite. La manière n’est pas la tienne. Il y manque le panache auquel tu nous as habitués. Tes mots (féroces parfois), ton charme, tes idées...

Tu as trop aimé notre ville à vouloir l’en couvrir de Palais : Celui des Sports, celui de la Musique, celui des Congrès. Il ne t’aura manqué que celui de la Culture et de la Lecture...Le plus beau mais aussi le plus polémique. Il ne pouvait sortir de terre.

Tu l’enterres et préfères disparaître.

Tu ne verras pas non plus, le projet auquel les Animateurs d’Alternatives-Paloises tenaient le plus : la réhabilitation du centre-ville. C’était le plus citoyen. Il concernait tous les Palois

Tu as trop aimé notre ville au point de travailler jour et nuit à son quotidien. Les Palois se souviendront de tes consultations à la première heure du matin...Qui n’a pas eu recours à tes services ? Services que les électeurs te rendaient bien le jour venu.

Tu t’y es tellement donné que tu en as oublié de t’occuper de toi-même et de ta santé. Dommage. Ta sortie méritait mieux. Un bilan, une fête de plus comme tu savais tellement les faire et le repos mérité, parmi nous. Ce repos, tu as préféré aller le passer loin de nous.

Dommage, on te regrettera comme un vieux père auquel on s’était habitué.

En lançant Alternatives-Paloises, il a 3 ans, je n’ai eu de cesse que de te respecter. T’attaquer était inutile. Tu étais trop fort. Attaquer tes idées, tes projets était plus facile. Les excés devenaient de plus en plus nombreux...

Toi, qui n’aimais pas quitter ta ville, te voilà parti pour un long voyage.

Bonne route.

Bernard Boutin

PS : Photo aimablement prêtée par Marie Claire Dubourg


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Salut, l’artiste...
5 octobre 2006, par francine dehail  

Il m’a semblé que l’artiste avait même orchestré son départ. Tout, au niveau de ses funérailles, évoquait un show. La retransmission sur grand écran place Verdun ! De mon point de vue, il y avait encore des paillettes dans ce départ. Un peu plus de grandeur méritait moins de fanfare.Le peu que j’ai contacté de lui avant son départ était toujours dans ce besoin de marquer la différence et de se faire remarquer.

> Salut, l’artiste...
23 mai 2006, par René  
Le Nouvel Obs

Voici les réactions à la mort du sénateur maire PS de Pau André Labarrère mardi 16 mai.

Dominique de Villepin, Premier ministre : "Une personnalité politique forte, attachante et profondément républicaine". M. Labarrère "a servi avec un dévouement inlassable ses concitoyens. C’est avec courage et abnégation qu’il aura mené son ultime combat, le plus terrible, celui contre la maladie".

Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée Nationale, a eu "une pensée pour notre collègue André Labarrère" à l’ouverture de la séance publique.

Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense : "Un homme d’une grande courtoisie, d’un total dévouement à ses administrés et d’un courage exemplaire face à la maladie. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris le décès d’André Labarrère. Même si nos convictions politiques s’opposaient, nos relations personnelles ont toujours été empreintes de respect, de chaleur et d’amitié."

François Hollande, premier secrétaire du PS : "Une grande figure de notre parti. Avec les Palois, qui l’avaient reconduit à six reprises dans ses fonctions de maire, les socialistes sont aujourd’hui en deuil. Ils perdent plus qu’un camarade, un ami. Sa culture, sa finesse et son franc parler étaient reconnus, ses qualités de négociateur furent utilisées par François Mitterrand. Plus que tout, c’est à sa ville qu’il souhaitait se consacrer et c’est à elle qu’il a donné ses dernières forces." (communiqué)

Pierre Mauroy, ancien Premier ministre : "il a été un ministre de grande qualité dans mon gouvernement, chargé des relations avec le Parlement". "Lors des questions d’actualité, il faisait régulièrement des interventions attendues et remarquées qui mettaient les rieurs de son côté et détendaient l’atmosphère entre la gauche et la droite dans les débats houleux sur les grandes réformes de 1981", déclare M. Mauroy. "Il défendait aussi avec talent les causes de la décentralisation et de la culture", dit-il, ajoutant : "Je garde le souvenir de sa très fidèle amitié et de son humour à la fois ironique et rafraîchissant, souvent aussi grinçant, qui séduisait ou exaspérait". (communiqué)

Ségolène Royal, députée et présidente de la région Poitou-Charentes : "Très sensible à la discrimination, doté d’une liberté de parole extraordinaire, il fut l’un des premiers hommes politiques à assumer publiquement son homosexualité, ce qui a fortement contribué à l’évolution des mentalités". Elle note encore qu’"il a créé en 1989 l’association des éco-maires". "Il était un précurseur, un visionnaire, un homme précieux pour faire avancer notre société vers plus de justice sociale et d’attention à la préservation de l’environnement".

Elisabeth Guigou, députée et ancien ministre : "André Labarrère "fait partie de ces hommes qui ont profondément marqué la vie politique française". "Il a participé à tous les combats personnels et collectifs de la gauche avant et après la victoire de François Mitterrand à qui le liait une profonde amitié", dit-elle encore, soulignant qu’"André Labarrère était un homme de fidélité, à ses amis, à ses engagements, notamment européens". (communiqué)

François Bayrou, président de l’UDF, élu des Pyrénées-Atlantiques : C’était "une personnalité extrêmement originale [...] qui sortait de l’ordinaire politique à la fois par ses provocations et son amour profond de sa ville."

Laurent Fabius, député de Seine-Maritime : "La mort d’André Labarrère est pour tous ses amis un profond chagrin. Je rends hommage au maire exceptionnel qu’il a été, inventif, attentif, amoureux de sa ville et bâtisseur permanent. Il va manquer cruellement". (communiqué)

Henri Emmanuelli, député des Landes : André Labarrère fut "l’un des pionniers de la renaissance du Parti socialiste dans les années 70, puis un de ses acteurs importants derrière François Mitterrand". "Prompt à l’attaque comme à la défense, ce béarnais original et brillant était exceptionnel, parfois déroutant mais toujours fascinant, pour ses amis comme pour ses adversaires". (communiqué)

Jack Lang, député du Pas-de-Calais : "Ce personnage atypique, cultivé, vif, drôle, haut en couleurs, à l’intelligence immense, a été de tous les combats de la gauche et du Parti socialiste". "Grand amoureux de sa ville, il aura été un bâtisseur et un édile passionné (...) Il aura aussi assumé avec panache sa vie personnelle et montrer, une fois de plus, par sa réélection permanente, que les citoyens sont plus éclairés et ouverts que certains hommes politiques peureux ou précautionneux".

Bertrand Delanoë, maire de Paris : "C’est une personnalité très forte, attachante et singulière qui nous quitte. Je retiens d’abord de son parcours le lien fusionnel qui l’unissait à sa ville, Pau, dont il fut un maire exceptionnellement populaire (...) Fidèle en amitié, esthète, épris d’art et de culture, je retiens aussi sa volonté permanente d’agir en homme libre, quitte à bousculer parfois les codes bien établis de notre débat public". (communiqué)

Martine Aubry, maire (PS) de Lille : "Je suis très peinée à l’annonce du décès de mon ami André Labarrère, un très grand maire, réélu à cinq reprises, qui a fait de Pau une ville magnifique. André et moi avons partagé, lorsqu’il était ministre des relations avec le Parlement, des moments d’intense travail mais aussi de grande gaieté".

Jean-Marie Le Pen, président du Front national : "Homme courageux et sincère, ce parlementaire dont je ne partage pas les opinions politiques était totalement dévoué à sa fonction politique. Nous avions conservé de nos années de jeunesse à l’UNEF des relations d’estime et d’amicale camaraderie qu’un demi-siècle de vie politique n’avait pas entamées" (communiqué).

Jean-Luc Romero, président de "Aujourd’hui autrement", associé à l’UMP : André Labarrère "était une figure attachante du socialisme français", "l’un de ces hommes qui donnent le goût de la chose publique". Jean-Luc Romero rappelle qu’"à de nombreuses reprises, franchissant la ligne qui sépare la gauche de la droite, il s’était retrouvé aux côtés d’André Labarrère sur des sujets essentiels, afin de remettre l’homme au coeur du débat politique". (communiqué)

Jean-Pierre Bel, au nom du groupe socialiste du Sénat, rend hommage à "cette grande personnalité de la gauche française qui savait manier avec brio à la fois une grande fidélité et une grande originalité". "Ses prises de position, sa sincérité, son parler franc et direct faisaient de lui un ami très attachant".

David Habib, député socialiste des Pyrénées-Atlantiques qui a succédé à André Labarrère en 2002 : C’est "une immense tristesse. C’est un monument qui quitte le sol béarnais aujourd’hui. C’était LE maire de Pau. Il a voulu que sa vie s’identifie à sa ville".

Alain Rousset (PS) président de la Région Aquitaine : "un parcours flamboyant, brillant et à la fois extrêmement rigoureux. Perdre quelqu’un qui est comme un parent c’est toujours douloureux", parlant d’une "immense tristesse. C’était un bâtisseur, un humaniste, un homme de culture, un homme de racines. Il y a quelque part chez André Labarrère comme un poète de la politique."

Jean-Jacques Lasserre, président UDF du conseil général des Pyrénées-Atlantiques : "J’éprouve une grande peine et une immense tristesse. J’ai eu la chance de mieux le connaître quand je suis devenu président du conseil général. J’ai eu une excellente relation avec lui, autour de ses projets. Ce que j’appréciais chez lui c’était son goût pour sa ville et son sens de la gestion locale. Il adorait sa ville et les gens. Il a marqué la politique béarnaise de façon formidable. Il a bien équipé sa ville sur le plan sportif et culturel. Je retiens de lui surtout cette passion pour Pau".

Philippe Madrelle, président PS du conseil général de Gironde : "André Labarrère était le maire de Pau, adoré par ses concitoyens. Avec son charisme, sa force de conviction, n’hésitant jamais à faire du porte-à-porte et à rencontrer tout le monde, il avait su gagner l’affection de tous bien au-delà des électeurs de gauche. A son humour, il ajoutait une véritable puissance intellectuelle, une très grande culture, une vision du monde ouverte et humaniste. Il a beaucoup fait pour l’Aquitaine et les Aquitains. Il va énormément nous manquer". (communiqué)

Gilles Savary, député européen PS et conseiller général de Gironde : "Avec le décès d’André Labarrère, une grande figure politique française disparaît, un "monument" demeure dans l’histoire politique de l’Aquitaine et de Pau. De cette personnalité exceptionnelle, les gouvernements de François Mitterrand, l’Assemblée nationale, la région aquitaine et surtout +sa+ ville de Pau garderont la mémoire d’un +artiste+ de la politique doté d’un talent éclectique, d’une immense culture et d’une répartie redoutable".

Michel Brau, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Pau : "Tout au long des 35 ans de ses mandats successifs en tant que maire de Pau, André Labarrère aura marqué la ville de son empreinte. Il aura impulsé et mené à bien des réalisations d’envergure telles le Zénith, le Palais des sports (...). Il aura contribué à créer et développer l’image de Pau, en tant que ville sportive et ville de nouvelles technologies". (communiqué)

Pascal Houzelot, président de la chaîne Pink TV : "Je ne peux oublier qu’il fut le premier homme politique français à avoir fait publiquement acte de son homosexualité avec courage et détermination, mais aussi avec ce sens de l’humour, cette ironie empreinte d’autodérision qui caractérise les gens de goût. C’est avec tristesse et émotion que je salue la mémoire d’André Labarrère qui avait bien voulu, il y a quelques semaines encore, nous témoigner par écrit son amitié". (communiqué)

On ne fait rien de grand sans de grands hommes, et ceux-ci le sont pour l’avoir voulu. Charles de Gaulle

> Salut, l’artiste...
18 mai 2006, par Bernard Boutin  
Réactions reçues par courriels...

Bravo Bernard, superbe éloge d’un rédacteur à un orateur. Je pense que de là où il est, il apprécie ce petit mot plein de sincérité. Je ne doute pas qu’il surveillera de très près, maintenant qu’il posséde le don d’ubiquité, les mouvements et les dires de ceux qui avaient peur de sa présence. Que le spectacle commence !!! PC

extra merci ! MPO

Bonsoir, Effectivement c’était un artiste .............. ! Cordialement, MCD

Bravo !!! c’est ce qui s’appelle être beau joueur .Félicitations car dans son genre c’était un grand artiste ! PA

Salut Papa, J’ai lu les journaux aujourd’hui et je me suis rendu compte avant que tu m’envoies ton message. C’est beau ce que tu as écrit mais ça fait un peu « hypocrite », non ??? enfin, le début, après le milieu et la fin ça va. C’est triste qu’il soit parti comme ça.. Mailys

bravo c’est magnifique de courtoisie au meilleur sens du terme, de sincérité cordialement NDV

Bernard, Bel hommage et très beau texte .... authentique et sincère. Cordialement JC

Merci pour ce témoignage auquel je participe pleinement. Je pense que mon vieil ami d’adolescence aurait apprécié. JD

Votre témoignage n’était pas celui d’un courtisan et ceci était évident. Certes, moi non plus je n’en étais pas en dépit de l’affection et de l’estime portées malgré tout à l’homme .. en souvenir (entre autres) de ces quelques années où nous oeuvrions ensemble dans la JEC des Basses-Pyrénées Bien à vous ; J.A.

C’est avec un grand plaisir et le sourire aux lèvres que j’ai pris connaissance de votre texte, je vous félicite pour son contenu très juste et en rapport au "personnage" ! Merci Marie béarnaise d’origine et paloise quelques années.

je rentre de Paris où j’étais membre du jury à l’admission des élèves au concours d’entrée de mon école de commerce(ISTEC).J’y ai appris le départ de DD .En arrivant à la maison, je lis ta prose et viens tout de suite te féliciter. Bravo, que de bons mots, et quelle reconnaissance.Merci pour lui que nous avons combattu et apprécié.

A très vite DC

Le respect se mérite, dit’on ... A 78ans cela fait longtemps qu’on devrait être à la retraite ! Et confisquer le "pouvoir" n’a jamais engendré le moindre respect. Il faut savoir se retirer et laisser la place aux plus jeunes. Lui n’a pas su.

  • > Salut, l’artiste...
    20 mai 2006, par B.S.P.  
    Préparons la "suite"

    2008-2020, cela me parait une "mandature" suffisante. Qu’un autre "jeune" se prépare...pour 2020 ! Dédé nous guidera, du haut des cieux...

    B.S.P. (Bonté, Simplicité, Priorités ?)

  • > Salut, l’artiste...
    16 mai 2006, par Max  

    Il est une tradition (spécifique à la France, à l’Humanité ?) à la veille de l’enterrement de son "meilleur ennemi" de saluer la Personne, la Mémoire, les réalisations, les souvenirs,... Pour ma part, je n’aspire pas à tomber dans cette langue de bois traditionnelle. Il a autant donné à la ville que la ville lui a donné. Une page se tourne, ici, comme ailleurs, dans d’autres royaumes. A nous d’écrire les suivantes. Ceux qui l’aimaient le pleureront, mais de grâce, ne nous obligez pas à avoir une petite larme de circonstance.

    The show must go on...

  • > Salut, l’artiste...
    16 mai 2006, par Bernard Boutin  

    Max,

    André a été comme le bon vin, lentement mais surement, il s’est bonnifié... puis il s’est bouchonné. Les bonnes années ont duré beaucoup plus longtemps que les mauvaises...

    Amicalement

  • > Salut, l’artiste...
    16 mai 2006, par Max  
    Si vous le dites. Malheureusement, je n’ai connu que les mauvaises...

  • > Salut, l’artiste...
    16 mai 2006, par vincent de Toulouse  

    Entièrement d’accord avec vous Max !

    De même que certains oublient un peu trop facilement les agisssements d’un certain président de la République qui faisait poser des micros pour espionner les femmes qui l’intéressaient...

  • > Salut, l’artiste...
    18 mai 2006, par Lou Tillous  
    Il arrive un moment ou la dithyrambe et la flagornerie confinent au ridicule

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    l’Express - 18/4/2005
    Carton vert pour une bonne décision...
    Immemor Posteritas * !
    D’accord, pas d’accord ?
    Sales manips sur le blog de M. le Sénateur Maire...
    Bouleversée...



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises