Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Un samedi devant la porte

samedi 16 janvier 2010 par AK Pô


Raymonde, je suis à la bourre. Aide-moi. Tu sais, j’écris de petits articles sur un site citoyen, qui paraissent le samedi, comme ça les ménagères peuvent aller faire leurs courses avec leur jules sans se faire de tracas. Le samedi, pas de nouvelles sur la marche du monde intercommunal, les racontars des politiques, les magouilles des marchands d’illusion, non, ma grande, le samedi c’est tout pour nous, les petites gens. Le reste, on s’en fout. Paul est passé ce matin nous apporter des carottes du jardin ouvrier du Buisson, faudra penser à en donner à la mère Juju, avec des poireaux, des navets et des pommes de terre, elle se fera la soupe pour la semaine. Les petits d’Agnès sont malades, faudra voir dimanche si elle a besoin qu’on les garde la semaine prochaine. Elle vient de décrocher un boulot, c’est pas le moment de lâcher, pour elle. Tu te souviens, petite, elle était tout le temps malade, elle aussi. C’est ça les pauvres, fragiles l’hiver et vaillants dès que le soleil les réchauffe. Et les femmes seules, ce n’est pas les hommes qui les réchauffent, pas vrai Raymonde petit coeur, sauf ceux qui vont au charbon, mais maintenant, avec la pollution, moins ça gaze et plus ça fonce dans le mur.

Mince, je ne sais plus où j’ai mis la liste des commissions. Pourquoi tu ris, joli coeur ? Je te parle des commissions pour manger, pas de celles destinées à nourrir les gros lards, tiens, on pourrait créer un système de transports tout à fait adapté aux besoins des gens, un mode de démasquage des ordures aménagères simple et efficace, fabriquer des bouteilles en plastique composées d’un seul type de plastique dans une usine de la ZI de Lons à l’abandon, faire une rocade à sens unique, t’arrives de Laroin tu fais le tour de la ville et sors à Lons pour aller dans la zone commerciale de Lescar, tu voyages, tu circules, tu vois du pays, tu peux doubler partout. A chaque rond-point, on crée des aires de repos avec restaurants rapidos pour les djeuns stressautants, des cheminements piétons sur tapis roulants qui vont vers la ville avec des bus des vélos des triporteurs des ânes et des carrioles. On réhabilite les logements occupés par les bourgeois pour qu’ils s’y claquemurent et on part en vacances dans les espaces verts de la ville du printemps à l’automne, on taille les roseraies du parc Beaumont, on garde les moutons parc Lawrance, les vaches à la fac, et on promène les vieux et les gamins dans des brouettes le long des allées Catherine de Bourbon, où des jardins ouvriers se sont développés d’eux-mêmes, on sème dans la coulée verte et on s’aime partout où ça sent bon le plaisir de vivre. On peut en faire nous-mêmes, des commissions, pour élaborer de tels projets. Mais c’est samedi, ma Raymonde adorée, on va aller s’acheter du tout fait tout frais chez les paysans à grosses pognes, faut pas se biler. Les giratoires, on les prend jamais, on marche à pied en regardant les vélos filer, les chiens renifler. Tiens, le petit Joël en a eu un en cadeau, à Noël. Si tu voyais sa tête, au mioche ! il le trimballe partout, de Verdun au Hameau, et vas-y que je galope ici, là, partout ! il finira chauffeur de taxi, ce petit !

C’est l’heure. Le soleil commence à rentrer par la fenêtre, il va faire bon. Vérifie que le cabas n’est pas troué, un agent du fisc pourrait récupérer nos coquillettes. Toutouzouzou, arrête de mordre ta laisse, on y va, on y va... Tiens, au retour, on passera voir Carlitos, il aura peut-être un bon tuyau pour réparer la chaudière, non ?...

-par AK Pô

14 01 10


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Un samedi devant la porte
17 janvier 2010, par Marc  

Ce très beau texte m’a irrésistiblement donné envie de relire l’oeuvre magnifique de l’anthropologue Pierre Sansot, hélas disparu aujourd’hui, "les gens de peu", qui décrit d’une manière si belle et si poétique les plaisirs et aspirations populaires. A conseiller à tous ceux qui s’intéressent aux gens et à la vie.

  • > Un samedi devant la porte
    17 janvier 2010, par AK Pô  
    un peu de châleur dominicale...

    Merci Marc pour votre référence à Pierre Sansot (1928-2005), que je ne connaissais pas du tout, que je vais déguster très vite, et dont voici, pour le plaisir des yeux, une citation trouvée à l’instant sur le site "au fil de mes lectures..."

    J’estime que vivre constitue en ce qui me concerne une chance, qui ne me sera pas accordée une seconde fois : une chance non point parce que la vie nous fait des cadeaux et que sur une balance idéale la somme des plaisirs excéderait celle des peines, mais parce que je mesure à chaque instant la chance que j’ai d’être un vivant, d’accéder chaque matin à la lumière et chaque soir aux ombres, que les choses n’aient pas perdu leur éclat naissant et que je perçoive aussitôt l’esquisse d’un sourire, le début d’une contrariété sur un visage, bref que le monde me parle. Pierre Sansot "du bon usage de la lenteur" Editions rivages

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Idées de Mars et poison d’Avril
    TEOM : petite révolution à Pau
    La rue du XIV Juillet
    Un casier judiciaire rempli de jus d’orange
    Comptes cruels
    Question de moyen
    Nous verrons...un monde aveugle (dernière partie)
    Nous verrons...un monde aveugle (épisode 2)
    Nous verrons...un monde aveugle ( en 3 épisodes)
    La vie rêvée des filles
    Pénurie dans la goulotte
    A social disease
    Petite ceinture pour un passant (ou Gan vue par un croque-mitaine )
    La rue Lamothe, avant mutation génétique
    Mimosa, Doudou, et la Grelinette
    Une histoire à l’eau de rose.
    Illusion d’optique dans le champ de vision
    Des confitures (pour déconfits à pâles figures)
    L’Homme Scierie
    La dernière nuit du grizzly



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises