Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?

jeudi 7 janvier 2010 par Henri 64


Au premier janvier 2010, 250.000 agents de l’Etat changent d’affectation dans les départements et les régions, 178 tribunaux d’instance sur 473 disparaissent et les pôles d’enseignement supérieur et de recherche (PRES) reçoivent un coup de fouet.

C’est dans ce contexte que l’Université de Pau et des Pays de l’Adour réunit son congrès (assemblée des différents conseils) en ce jour afin de réfléchir à son avenir dans l’optique du rattachement au PRES de Bordeaux. Quarante ans après sa création comme université indépendante ayant vocation pour le piémont pyrénéen occidental, il convient de s’interroger sur le concept des Pays de l’Adour forgé par Pierre Tucoo Chala.

Passons sur les aspects hydrologiques et orographiques, bien que la question de l’eau soit de plus en plus vitale. En revanche, une réflexion sur les questions économiques à travers l’analyse des bassins d’emploi, des voies de communication, des spécialisations s’impose. Les découpages administratifs ne peuvent négliger ces données.

Au cours de ces dernières décennies, les moyens de communications n’ont guère changé pour les Pyrénées occidentales : la forêt landaise et le plateau de Lannemezan confèrent un caractère insulaire au piémont pyrénéen et au Pays basque. Il pourrait en être différemment dans un proche avenir : la mise en service de l’autoroute Langon-Pau va équilibrer les liaisons routières de Pau avec Bordeaux et Toulouse et le projet d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Bordeaux, Bayonne et Pau peut assurer un désenclavement inouï du Pays basque, du Béarn et de la Bigorre.

Les communications électroniques ont d’ores et déjà changé la donne pour ce qui est de la recherche : les équipes de l’UPPA ont accès aux moteurs de recherche, aux banques de données, aux revues scientifiques, ce qui les met sensiblement au même pied que les grands centres universitaires et leur assure un dynamisme qui ne pouvait avoir cours en 1970. Leur recrutement est aussi beaucoup plus ouvert.

On peut donc s’interroger sur la nécessité d’un retour au rattachement à Bordeaux. S’il s’agit d’un regroupement en vue de faire masse pour le classement de Shanghai, l’intérêt est plus au profit de Bordeaux que de Pau. Dans le même ordre d’idées, l’UPPA aurait intérêt à ne pas tomber au-dessous d’un seuil d’effectifs qui la rangerait dans les centres universitaires quasi négligeables. Au rebours d’une coupure avec Tarbes, un regroupement permettant de dépasser le seuil des 15000 étudiants assurerait une assise plus stable à l’enseignement supérieur dans le sud du sud-ouest. Il permettrait sans doute aussi des synergies profitables à travers une mutualisation de services et ressources. Pensons à la présence de deux écoles d’ingénieurs à Pau et à Tarbes, par exemple, et de départements d’I.U.T. d’orientations similaires.

Un pas semblable a été franchi pour les deux Ecoles d’art et de communication. Cependant, ce rapprochement est à la charge des contribuables des deux villes. Ce qu’il faudrait éviter puisque l’enseignement supérieur n’est pas du domaine des municipalités.

Il importe de réfléchir aux conséquences des réorganisations territoriales en cours. Examiner les exemples d’autres villes (Agen, Avignon, Brest, La Rochelle, Le Havre...) s’impose. De ce point de vue, la réflexion au sein du congrès de l’UPPA et à l’extérieur est de bonne venue.


- par Henri 64,

7 janvier 2010


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Vous avez dit Aquitaine
13 janvier 2010, par Bruno  

J’ai obtenu un diplôme de troisième cycle conjointement délivré par l’UPPA et Bordeaux IV, après des enseignements dispensés à Agen. Une Université d’Aquitaine, en réseau, des universités régionales, dans 22 régions, pourquoi pas, qui seraient un grand pas vers des identités locales partout affirmées à une bonne échelle ; les régions aujourd’hui sont surtout célèbres pour les lycées, l’apprentissage, les TER, les campagnes de communications et les prétentions écologiques. Elles ne comptent pas plus que les petites universités françaises.

> Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
8 janvier 2010, par Jean Paul Penot  

Comme rien ne vaut une information précise, voici le communiqué diffusé par le Président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour :

Le congrès de l’UPPA s’est réuni le 7 janvier 2010 pour débattre de la place de l’établissement dans un paysage universitaire en mutation, marqué notamment par la mise en place de Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur.

Il s’est prononcé, à l’unanimité moins une abstention, pour que l’enseignement supérieur et la recherche en région se structure sous la forme d’une université d’Aquitaine en réseau.

Le congrès souligne que ce choix stratégique nécessite l’appui de l’ensemble de ses partenaires, particulièrement des collectivités territoriales et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche concernés.

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    10 janvier 2010, par le coq  
    recherches en authenticité

    Monsieur JPP j’utilise ce support de contact pour vous signaler une revue de diffusion scientifique que vous connaissez sans doute sous le nom de NEXUS et le n°66 . Vous y trouverez nombre d’interrogations qui font sans doute émerger des réactions boutonneuses par rapport à ce qui se diffuse en France sous consensus "recommandé" sans pression extérieure bien sur. Qu’il s’agisse de géopolitique, de médical, de militaire et de programmes climatiques...bonne lecture et merci pour vos éventuelles observations éclairantes.

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    8 janvier 2010, par Perplexe  

    Il pourrait en être différemment dans un proche avenir : la mise en service de l’autoroute Langon-Pau va équilibrer les liaisons routières de Pau avec Bordeaux et Toulouse et le projet d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Bordeaux, Bayonne et Pau peut assurer un désenclavement inouï du Pays basque, du Béarn et de la Bigorre.

    Les industries des pays de l’Adour ont connu leur apogée dans la fameuse enclave, avec des liens quasi-inexistants avec l’UPPA. On attend donc une description de notre avenir radieux par le désenclavement de la part de nos penseurs de l’UPPA.

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    8 janvier 2010, par Jean Paul Penot  

    Cette communication de Perplexe , comme quelques autres, ne serait-elle pas un brin malveillante ?

    S’il s’agit de dire que le gaz a rendu la région florissante sans que les universitaires participent à son extraction, on peut être d’accord, à ceci près que de nombreux contrats de recherche ont été conclus entre l’UPPA et l’industrie du pétrole. Les liens en sens inverse ont été ténus, mais pas inexistants. Mais on n’attend pas des industriels qu’ils enseignent ou qu’ils fassent de la recherche fondamentale. Pas plus qu’ils n’opèrent à l’hôpital, ce qui est d’ailleurs souhaitable.

    Pour une information plus objective, notons que 500 chercheurs, 335 doctorants travaillent sur des thèmes souvent liés à l’économie régionale, comme l’attestent plus de 100 partenariats, 13 brevets et plus de 400 publications par an.

    Cette activité n’est-elle pas une chance pour l’avenir de la ville ?

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    9 janvier 2010, par pehache  

    Je ne suis pas certain que Perplexe parlait de ça, mais néanmoins :

    à ceci près que de nombreux contrats de recherche ont été conclus entre l’UPPA et l’industrie du pétrole.

    L’industrie du pétrole est de manière générale bien plus guidée par des questions d’ingénierie et de géopolitique que de recherche. Et quand contrats de recherche il y a (avec l’UPPA ou d’autres) il y a bien souvent autant de raisons politiques (au sens large) ou fiscales que de raisons scientifiques.

    Comme boutade il se dit souvent que si le centre technique Total de Pau s’arrêtait de travailler, l’activité de Total, extraire et vendre du pétrole, ne s’en ressentirait même pas. Il y a un petit fond de vérité.

    Il faut voir aussi qu’une boîte internationale comme Total travaille avec des universités du monde entier, Pau c’est un confetti. Et si il faut un indicateur objectif des relations UPPA-Total, on pourrait regarder combien d’ex-étudiants de l’UPPA travaillent chez Total. Mais je crains qu’il ne vaille mieux pas.

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    9 janvier 2010, par Perplexe  
    Il ne s’agit pas de porter un jugement de valeur , mais de faire un constat. S’il y a des liens avec l’industrie du pétrole, il y en a t-il avec les autres industries ? Il y a des fleurons béarnais de l’industrie aéronautique mondiale, qui le sont devenus sans LGV,sans autoroute ... et quasiment sans liens avec l’UPPA. C’est sur ce constat que l’on attend un éclairage des théoriciens du désenclavement.

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    8 janvier 2010, par pehache  

    la forêt landaise et le plateau de Lannemezan confèrent un caractère insulaire au piémont pyrénéen et au Pays basque.

    Merci de me faire rire ainsi avant d’aller me coucher !

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    8 janvier 2010, par le coq  
    PH je crois que pour ce soir tu as la dose alors à demain si tu es clair...

  • > Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    7 janvier 2010, par le coq  

    Où est l’arrogance des jours de grèves de 2009 ? Il n’est jamais tard pour s’améliorer mais les meneurs doivent être MUTES ils ont fait un tort considérable.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pau - Colloque "Opinion publique et territoire"
    Votez, si vous le pouvez !
    UPPA : Une affaire d’impression
    L’université de Pau attend 2 millions sous le sapin
    Pau - Disparaître pour mieux renaître !
    UPPA : Clovis DARRIGAN, lauréat du Prix ROBERVAL Multimédia
    L’Université de Pau et Total convolent
    UPPA : Le Président GOUT offensif
    UPPA : Vil management ?
    UPPA : Colloque « Ville Management »
    Un colloque à l’UPPA : « Analyse comparative internationale des outils de gestion de la performance »
    UPPA : La bonne nouvelle
    Université de Pau : report des examens, mais après ?
    Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    UPPA : Un dialogue pour qui veut entendre
    UPPA : Evaluation locale, vous avez dit locale ?
    UPPA : "Lettre ouverte à mes Etudiants" (suite)
    UPPA : Lettre ouverte à mes étudiants
    Les effectifs de l’UPPA diminuent



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises