Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Fais-toi plaisir, ça ne va pas durer

vendredi 25 décembre 2009 par AK Pô


Voici quelques petites observations personnelles faites durant cette dernière quinzaine qui, aussi dérisoires soient-elles, nous rappellent à certaines réalités.

C’est tout d’abord une panne d’éclairage public, un soir de semaine vers dix huit heures, qui plonge tout le quartier du XIV juillet dans le noir. L’amusant, c’est que les feux tricolores et les habitations, commerces sont normalement pourvus de leur jus lumineux. Et l’on a soudain cette vague impression de Moyen Âge, qui rend la rue sinistre et dans laquelle le piéton devient l’ombre de lui-même, méconnaissable et réduit à une silhouette furtive. Traverser la rue devient un péril, de même que pédaler ou conduire. Bien entendu, cela est temporaire, tout reviendra à la normale. Mais un sentiment de fragilité quant au progrès, quand celui-ci soudain nous expose ses aléas. Et si un jour la lumière ne revenait pas ?

Autre observation. Le 22, vers dix heures du matin, coup de fil sur mon portable. vous avez un appel important d’EDF. Voix féminine synthétique. Pour prendre connaissance de cet appel, appuyez sur la touche 1. Sachant (je l’avais trouvée la veille et venais de la poster) que la limite de paiement de la facture était le 21, je me suis douté illico du motif de l’appel. Donc, j’interromps l’appel. Quatre heures plus tard, rebelotte. Êtes-vous monsieur X. ? si oui, tapez 1, si non, tapez 2. Je tape 2. Si vous n’êtes pas monsieur X, pouvez-vous nous donner son téléphone afin que nous le joignions. Je raccroche. Quatre heures plus tard, idem. Là, bien entendu, j’ai suivi la procédure des touches du téléphone pour achever l’appel. Si vous avez déjà réglé votre facture dans les trois derniers jours, tapez 3. EDF vous propose le réglement... Bref, si par jeu ou par obstination j’avais persévéré à raccrocher, je crains d’être devenu rapidement fou.

Voilà le cas concret du type de harcèlement qui nous attend : un système informatique qui déclenche automatiquement des appels de relance ; ces appels sont-ils limités dans la durée, j’en doute. Qu’un simple oubli soit sujet à un tel acharnement m’effraie. Question : d’où ces sbires ont-ils tiré mon numéro de portable ? Elémentaire mon cher Watson. Vous devez prendre rendez-vous pour faire installer la ligne. Cela donne une envie : changer de fournisseur.

Autre observation : si j’exclus cette belle vacherie que sont les radars automatiques (bientôt implantés aux feux tricolores, en ville), je ne peux me faire à l’idée que nulle perversion motive trop souvent le positionnement des radars mobiles (hier, le 23, à Nousty, par exemple), généralement de grandes lignes droites limitées à 50 ou 70 km/h, que l’on dépasse facilement, tant l’observation des alentours laisse souvent un champ libre sans entrave ni véhicule circulant. Ce n’est pas pratiquer l’excès que de rouler à une vitesse raisonnable sur une route à trois voies déserte. La psychose du gendarme est plus forte que la conduite elle-même. On ne ralentit plus face au danger, mais par réaction à une omniprésence répressive quasi permanente.

De même, j’ai été témoin d’une scène, place de Verdun, assez minable. Les bus dont les trois quart circulent pour le ramassage scolaire, sont stationnés en bout de place, côté nord. Sauf, disons, cinq, qui se déplacent durant les vacances scolaires, les autres, une quinzaine, font la sieste, ou vont en révision rue Lapouble, bref cette flotte occupe des places entre lesquelles souvent des voitures viennent stationner, quand un emplacement se libère. La signalisation au sol et les ( ?) panneaux réservés aux bus sont dans un état si pitoyable qu’il est permis de douter sur l’interdiction de stationner des véhicules légers. Mais admettons, ou reconnaissons, que c’est le cas.

Là encore, nous sommes en période festive, et les achats de Noël draînent du monde en ville. D’où certaines légéretés quant à l’occupation des places de parking (qui ne gênent pas la circulation). Trois voitures étaient ainsi garées, en bout de rangée réservée, sur des emplacements de bus vacants. Donc, passe une fourgonnette de police, lentement, qui fait le tour complet de la zone, à vitesse tout aussi réduite. J’ai songé : quelle vacherie nous préparent-ils ? Je passe les détails. Durant une bonne vingtaine de minutes leur véhicule est resté à coté des trois autres, les mal garés. Un premier PV a été rempli dans le fourgon, prenons le temps il fait 12° dehors pas de pluie en vue, ne nous faisons pas remarquer, puis déposé sur le pare-brise fautif. Le véhicule s’est ensuite déplacé de quelques mètres, quatre ou cinq (pour visualiser les autres plaques), et le manège a recommencé. Il y avait visiblement quelque chose de pas net dans cette façon d’agir. D’habitude, deux ou trois policiers sortent, se plantent devant les voitures avec ostentation, munis de leurs carnets à souches, et en avant. Là, c’était vicieux, ni plus ni moins. C’est le triste constat que j’en ai fait. Soit ces policiers culpabilisaient de verbaliser ce qui n’est qu’une faute excusable en cette période, soit ils avaient obligation de remplir leur contrat et n’avaient pas atteint leur quota, soit c’étaient des...

Alors, lecteur, un conseil : fais-toi plaisir, ça ne va pas durer.

-par AK Pô

24 12 09


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Fais-toi plaisir, ça ne va pas durer
28 décembre 2009, par Bruno  

"Bernard, Bernard, disait il, cette verte jeunesse ne durera pas toujours : cette heure fatale viendra, qui tranchera toutes les espérances trompeuses par une irrévocable sentence. " Bossuet déjà, en 1653...

Aucune civilisation n’est éternelle ; les jours de notre société sont comptés.

Je l’ai éprouvé dans ma chair en janvier dans les Landes, après Klauss, seul et privé de tout. Nous allons vers la Chine et vers la nuit, vers le froid, via peut être la guerre.

Faites vous plaisir.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Idées de Mars et poison d’Avril
TEOM : petite révolution à Pau
La rue du XIV Juillet
Un casier judiciaire rempli de jus d’orange
Comptes cruels
Question de moyen
Nous verrons...un monde aveugle (dernière partie)
Nous verrons...un monde aveugle (épisode 2)
Nous verrons...un monde aveugle ( en 3 épisodes)
La vie rêvée des filles
Pénurie dans la goulotte
A social disease
Petite ceinture pour un passant (ou Gan vue par un croque-mitaine )
La rue Lamothe, avant mutation génétique
Mimosa, Doudou, et la Grelinette
Une histoire à l’eau de rose.
Illusion d’optique dans le champ de vision
Un samedi devant la porte
Des confitures (pour déconfits à pâles figures)
L’Homme Scierie



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises