Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »

mercredi 15 avril 2009 par Bernard Boutin


Le projet de « Las Vegas bis » qui devrait voir le jour dans la Province de Huesca va se doter d’un cadre juridique adapté au gigantisme du projet. A la clef : 3000 emplois directs et au minimum, 8000 chambres d’hôtel, 30 casinos...

La crise est bien là en Espagne mais cela n’empêche pas le projet Grand Scala d’avancer. Pour cela le Gouvernement d’Aragon va soumettre au Parlement un projet de loi dit « de Centre de loisirs à grande capacité » spécialement adapté à ce projet.

Objectif : respecter au maximum l’environnement, s’assurer de la qualité de l’urbanisme et de la viabilité du projet.

La loi prévoit un ou plusieurs opérateurs privés, un consortium d’institutions publiques pour contrôler le projet, des sanctions et garanties financières. A projet exceptionnel, cadre exceptionnel.

Le projet de Loi doit être approuvé par le Parlement Aragonais avant fin juin, ce qui permettra au projet, s’il est voté, de passer à sa phase active.

Rappel : Gran Scala serait implanté à Ontiñena et comprendrait 30 casinos, 70 hôtels, des parcs thématiques et centres de loisirs. Le tout sur 2000 hectares. Investissements annoncés : 17 milliards d’euros.

Ontiñena est situé au milieu du désert de Monegros, au sud de Barbastro.

- par Bernard Boutin
 
Source : Heraldo de Aragon
Archives :
Gran Scala : La contestation apparaît en Aragon
Aragon : LAS VEGAS demain dans le Désert de Monegros !

 


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
20 avril 2009, par georges2  
lie

A première vue, ce projet n’est pas notre projet et nous n’avons pas à nous mêler des affaires des autres. Par contre, si on réfléchit un peu, on s’aperçoit que l’on est concerné, que l’Europe est concernée car, malgré les propos tenus sur le respect "de la Nature", ce sont des gros mots, comme toute entreprise économique, surtout de cette envergure. C’est la dégradation d’un patrimoine naturel désertique, un exemple de milieu tout à fait remarquable pour une étude des adaptations de la vie à des conditions particulières ; il y a là une richesse qualitative floristique et faunistique qui va encore disparaître. L’épuisement des nappes phréatiques, les transferts d’eau qui seront nécessaires pour compléter viendront d’où ? Les monceaux de déchets polluants iront où ?, les tonnes de Co2 qui seront rejetés pendant la construction et après pour l’entretien, iront où ? Tout cela, d’une manière ou d’une autre,nous en aurons des retombées ; les millions de voitures, les vols longs courriers, attendues, venant d’Europe du N, d’Allemagne,d’Italie, des USA, vont nous obliger à faire face à de nouvelles pollutions et de nouvelles constructions d’autoroutes, nos vallées vont-elles devenir des boulevards à camions ravitailleurs et en cars pour touristes fortunés avides de sensations nouvelles , que d’accidents de la route en perspective ! Les visiteurs passeront, nous paierons ; ils ne s’arrêteront pas, si, près du but ! Je passe sur le côté immoral d’une telle édification en cette période de crise. nous allons vivre, comme à Los Angeles, le contact entre deux mondes complètement opposés, celui de la finance, de l’arrogance,du théâtre, et celui de la triste réalité. Je ne comprends pas comment le gouvernement socialiste espagnol peut tolérer cela, comment l’Europe, souvent exigeante sur les aspects environnementaux, laisse faire. Je suppose, bien sur, que notre gouvernement, le CCI et certains de nos élus locaux ne voient pas d’un mauvais oeil cette ouverture vers la récupération de broutilles économiques ; Ils ont tort, les chantiers ne seront pas pour nous mais pour les portugais, les marocains, les roumains etc.

> Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
20 avril 2009, par Elgatos  
Projet Aragon

Ce projet Aragonnais ne me plaît guére . Faramineux ,couteux et a tous les coups pas rentable . Il manque d’eau dans la région. Où trouver de nouvelles ressources ? Qui va venir claquer du fric pour enrichir les actionnaires du projet ? Et les moyens de transports , les routes ,encore les autoroutes ?

> Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
20 avril 2009, par DOUDOU  
ARAGON

Je pose une seule question en période de crise est ce que le moment est bien choisi pour faire des dépenses faramineuses j en sais rien me je trouve que faire cela en pleine crise est des plus redoutables pour les finances meme s il y a des gens qui sont prets a aider aux travaux ? Peut on pas différer cela et attendre que tout sera rentré dans l ordre et je crois qu il serait bon de revoir le budget de cette affaire avant de commencer a recruter.C’est mon avis a vous de voir.

Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
15 avril 2009, par pehache  

Ce projet pharaonique et inutile me laisse sans voix. Surtout après lu ces derniers jours ce texte de Fred Vargas, qui est la meilleure des réponses possibles :


« Nous y sommes »

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance. Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés. On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes.

Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie. « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse). Sauvez-moi, ou crevez avec moi. Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance. Peine perdue. Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est ? Attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille ? récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés). S’efforcer. Réfléchir, même. Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, « être solidaire ». Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde. Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y. Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie ? Une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution. A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas Archéologue et écrivain

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par cordebrume  
    la morale du Diable

    PH..... Tu n’es pas sur la "voie Royale" non plus avec ta nostalgie Aragonaise. A l’époque il y avait des courtisannes pour tous les goûts s’il y avait des bourses à soulager. Alors ne nous la joue pas avec ton chapître historique...Au néolithique les mecs sortaient le "gourdin" ; à l’ère de la révolution ils ont sorti .."le baise-ball" révolutionnaire par Guillotin ; depuis cinquante ans a été inventé "le capot-boules" dans le Gers à Condom... Et maintenant tu veux nous imposer de jouer à la poupée en bouffant des magdelaines et des maccarons ? Va faire du troc chez les Jésuites cher ami, toutes les saintes sont à côté. Tu as l’âge mental pour essayer de trouver le "bonheur au paradis". Et n’oublie pas que tous ceux qui y sont allé regrettent l’enfer car Dieu est en enfer - pas fou l’Idole...tous ceux qui y sont remercient Dieu en disant "Dieu que c’est bon - quand ils s’y endiablent.

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par pehache  
    Mon cher cordebrume, je t’enjoins à relire attentivement ce texte de Fred Vergas et à essayer de le comprendre, cette fois-ci smiley

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009  
    mais kèskirakonte, lui ? il est encore plus débile que d’habitude !! smiley

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par cordebrume  
    solde

    Après avoir lu ce texte de "Viagra" j’ai fait tout aussi débile, tu as raison - bravo anonyme. ...et je peux en rajouter, mais bon, un autre jour.

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par Autochtone palois  
    cordebrume, tu es pire que ce que j’imaginais. De ceux dont quelqu’un à dit : "ils osent tout, c’est ça qu’on les reconnait."

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par cordebrume  
    AP , merci pour ton info ci-après sur la situation à Las Vegas. J’ignorais, n’y étant jamais allé pas plus qu’à Walt Disney (ou Disneyland). Pour le petit brin de folie, j’assume et tu n’as pas tout entendu cher ami, le meilleur est à venir. Tu manques d’imagination, dommage je me marre au moins autant que toi le contraire. Décoince un peu les batteries tu seras plus à l’aise.

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    21 avril 2009, par Le Pti K.  
    Plus que quarante jours pour traverser le désert (de Monégros), Cordebrume, et nous rapporter l’esprit sain en posant votre langue de feu sur nos corps alanguis prêts à la dépense somptuaire. L’Ebre et le Néant, solfatare du divin divan, est-ce que chavouot la peine ? Aïe, aïe, hay Carmella ! smiley

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    21 avril 2009  
    ticket pour Gran Scala

    pas la peine,...le plaisir suffit ...mais ce n’est pas encore construit. Alors .....Sûr que j’irai faire une visite à Carmella après réception de sa photo et si elle correspond à mes critères sélectifs endiablés.

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par Autochtone palois  

    Oui, comparons ce projet avec Las Vegas. Extrait d’un article du Monde du 13 avril :

    Il y a encore dix ans, Las Vegas était la ville au taux de croissance le plus élevé des Etats-Unis. Des milliers de personnes sont venues s’installer chaque mois dans la métropole du Nevada, au point de faire doubler sa population entre 1990 et 2007. Emplois, maisons individuelles et accueil convivial : l’aguicheuse Las Vegas se donnait des airs de terre promise. Brutalement, la roue a tourné.

    Depuis un an, on ne compte plus les appartements inoccupés, les saisies immobilières et les magasins déserts. Dans un classement du magazine Forbes, Las Vegas arrive pour la première fois en tête, devant Detroit et Atlanta, comme "la ville la plus vide" du pays. La valeur des biens immobiliers a chuté de 41 % en moyenne. Le show immobilier est terminé.

    "C’est la pire dégringolade jamais enregistrée, souligne Franck Streshley, président du Conseil de contrôle du jeu de l’Etat. Qu’ils soient touristes ou originaires de la ville, les gens viennent moins et, surtout, ils dépensent moins." Pour de nombreux spécialistes, Las Vegas paie aujourd’hui le prix fort pour avoir tourné le dos aux classes moyennes. Jusqu’à la première moitié des années 1990, la ville était celle des blue-collars, ces travailleurs américains qui venaient le temps d’un week-end ou des vacances pour se frotter en famille à l’"enfer du jeu", tout en profitant des distractions bon enfant.

    Et ça fait rêver qui, ce Las Vegas ?

  • > Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.
    15 avril 2009, par pehache  

    Et ça fait rêver qui, ce Las Vegas ?

    Je me le demande. J’y suis allé récemment (pas à titre personnel !), et j’ai pas compris. Mais alors vraiment pas.

    J’ai eu l’impression de déambuler pendant 5 jours dans un gigantesque centre commercial (plutôt de luxe), où où on passe d’une galerie climatisée à une autre sans jamais mettre le nez dehors. J’ai vu des familles en "vacances", avec enfants, poussettes, en train de tuer le temps dans des halls de gare remplis de machines à sous et de tables de jeu.

    Le stade ultime de l’articiel et du superficiel. J’ai pas compris (*). Il doit me manquer des références culturelles majeures pour apprécier. Dans la culture US, le pélerinage à Las Vegas doit être du même ordre que le pélerinage à La Mecque pour un musulman, je ne vois que ça.

    (*) enfin si, il y a un truc que j’ai compris smiley : partout il y a des types qui distribuent des cartes de visites de call-girls, qui "vous rejoignent dans votre chambre d’hôtel en 30mn". Il est de plus précisé que "pendant les périodes de congrès il est conseillé de réserver une semaine à l’avance" (Las Vegas est un haut lieu de l’organisation de grand congrès internationaux grâce à sa capacité hôtelière). Oui, là j’ai compris...

  • WW3
    15 avril 2009  

    Fred Vargas devrait aller dire en Pologne ou en Chine de laisser le charbon tranquille. En France, c’est fait.

    Mais malgré le caractère post historique et optimiste du texte, l’avenir qui se construit devant nous nous conduira bien plus vite à la guerre ultime qu’à la solidarité durable mondiale.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    15 avril 2009, par Fifou  

    J’espère que l’UE ne met pas d’argent là-dedans et que seuls des investisseurs privés sont concernés.

    Les jeux d’argent sont un business, certes... Mais il y a d’autres secteurs plus " éthiques " qui ont besoin d’investissements.

    Quand je vois le casino de Lannemezan - Capvern plein à craquer tous les jours de l’année à n’importe quelle heure de la journée... triste société !

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    15 avril 2009, par cordebrume  
    horizon - j’y vais gipaète !

    Je crois qu’il faut SORTIR DES ILLUSIONS cher "Fifou-net" . Quand une société va mal - les citoyens en difficultés jouent de plus en plus - car c’est pour eux le seul espoir de quitter les soucis. Alors si le casino de Capvern marche bien, je suis content que quelques curistes "trop malades " pendant les heures de travail, restituent à l’Etat par le jeu ce qu’ils ont adroitement obtenu par ailleurs. De plus il y a des emplois créés dans une région peu favorisée depuis la fermeture des usines du plateau. Alors je soutiens le projet Espagnol. Celui qui veut jouer ira sur internet et se fera plumer aussi mais sera en plus à la charge de la Société. Tout sera perdu et les capitaux iront aux USA. De la même façon ceux qui courent les cabarets et fréqentent les "clubs privés" ne sont pas des pervers et des retors mais simplement des gens qui en ont marre d’une mégère assermentée à la maison qui a fait rêver pendant six mois et qui fait chier tout le monde pendant quarante ans ensuite et qui à terme vous pique la moitié de votre sueur pour s’en aller chercher un autre pigeon. C’est ça la vie...un chat est un chat...une chatte aussi. Alors la morale...trop pour moi - sur des bases utopiques. Vous vouliez le changement.. ; avec Nicolas c’est gagné +++ ; vous vouliez la mixité, avec Sego-poupette vous fantasmez en boubou ; vous vouliez le régionalisme, avec François vous avez gagné Josy et l’illusion s’envole ; vous vouliez la gauche vous avez eu une super "riche" avec Martine pour la continuité dure de Labarrère ; vous vouliez l’UMP, vous avez voté pour Uriéta socialiste récupéré en mal de positionnement. Alors vient de se créer le PARTI DES AUTRUCHES celui qui oublie tout pour faire plus blanc qu’Henri IV, c’est le "Radicalement vôtre" et la vie est belle ! C’est pas simple la vie "Fifou", ..soyons FOUS ! Alors on se retrouvera en Espagne pour le confort des lieux et admirer la beauté des "fesses des hôtesses"car là il y aura demande et sélection.... D’autant que l’UPPA ne nous aura pas offert un dîplome d’Ecologie pour consommer sans risque, en "aveugles".

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    20 avril 2009, par Elgatos  
    reponse a corne de brume

    dis donc , Corne de brume tu ne serai pas un peu trop... comment dirai-je ?.....Embrumé ou enshuqué pour tenir de tels propos ? Là tu commence a nous taper sur le systéme hein ?

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    21 avril 2009, par cordebrume  
    Normale ta réaction "le chat", puisque c’est le SYSTEME qu’il faut changer...en France.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    15 avril 2009  
    Le projet "Gran Scala" est soutenu par des fonds structurels de l’Union européenne dans le cadre de sa politique de développement régional.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    15 avril 2009, par Fifou  

    Si cela offre un peu de rêve à certains qui en ont besoin, beaucoup de gens deviennent des accros et s’y ruinent. Tant pis pour eux diront certains.

    Mais que l’UE finance ce genre d’activité plutôt qu’elle finance davantage la recherche dans les énergies renouvelables ou les LGV viables transfrontalières ou bien d’autres choses plus utiles et plus saines, je trouve ça anormal.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    15 avril 2009, par cordebrume  
    le chemin de BB

    Un projet qui permet de créer à terme 65000 emplois, de dynamiser une région et lui donner vie, de correspondre à la civilisation des loisirs et du futur "présent" (voir Las Vegas) - je trouve cela formidable. Tant pour les concepteurs que pour les instances Politiques qui favorisent cette initiative. Le Groupe Tranchant y trouvera son compte, d’autant que son volume d’affaires en France, va de plus en plus mal. Des "machines à sous" au casino de Pau avec des mises à 2 centimes d’euros, je ne voulais pas le croire..et pourtant c’est vrai. Un contrôle d’identité à l’entrée, une fiscalité écrasante, les Palois vont le payer très cher par le manque de recettes des jeux. N’oublions pas la libération des jeux et la fin du monopole d’Etat. Alors la France va encore perdre cette bataille. Pourtant nous avons le ’meilleur système du monde"selon les élus et les associations de mégères en manque d’affection. . BRAVO LES ESPAGNOLS. Les "Ecolos" vont mettre au point un plan BB ..... Je ne parle pas de Bernard B...évidemment mais - d’une piste cyclable - Béarn/Barbastro - pour concurrencer le chemin de St Jacques de Compostelle. Les "saintes chéries" y seront plus nombreuses . Heureusement que nos ELUS iront faire grêve des "boutons de culotte" pour prendre l’air pur des montagnes et pleurer que les "caps y tout" fuient vers l’Aragon. Avec la SS on soignera les revenants.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009  

    Personne n’a été capable de répondre à ma question reitérée : comment va-t-on alimenter en eau un tel complexe dans une région quasi désertique et qui va le devenir encore plus avec le réchauffement climatique.

    Mais peut-être suis-je trop réaliste, concret et terre à terre smiley

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009  

    une région quasi désertique et qui va le devenir encore plus avec le réchauffement climatique Pas si sûr.

    Avec le rechauffement il va y avoir davantage d’évoporation sur les mers. Et les nuages iront bien quelque part pour lâcher leur eau ?

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par pehache  

    Avec le rechauffement il va y avoir davantage d’évoporation sur les mers. Et les nuages iront bien quelque part pour lâcher leur eau ?

    Les modélisations climatiques montrent que suite au réchauffement, les précipitations vont augmenter en Europe du nord et diminuer en Europe du sud. L’Espagne devrait être encore plus aride demain d’aujourd’hui.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Lou Tillous  

    Bien pris note de vos remarques, mais comment les concepteurs du projet ont envisagé l’alimentation en eau de ce projet pharaonesque ? smiley

    Ce n’est pas un simple détail tout de même smiley

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009  

    La modélisation ? Monsieur Pehache, c’est une (très bonne) idée qui prendra encore du temps parce que la modélisation donne uniquement les tendances. Les résultats mathématiques obtenus sont transposés en prédictions dans le monde réel. Ce n’est qu’après avoir "calé le modèle" qu’on pourra disposer des ordres de grandeurs. Sans oublier qu’il n’y a pas un modèle unique mais différents modèles qu’il faur réconcilier . Rien de nouveau là dedans, et les experts sont encore loin de la théorie unique qui représenterait correctement la réalité de notre monde.

    D’ailleurs si on lit le préambule on est poussé à beaucoup de circonspection :

    "Comment est élaboré le rapport : une critique des experts

    "Pour mener les conférences internationales actuelles sur l’application du protocole de Kyoto, tout le monde se repose sur les travaux du GIEC (ou IPCC). Il est donc intéressant d’étudier le mécanisme d’élaboration des rapports de ce groupe d’experts en rappelant que ces documents regroupent les travaux de plus d’une centaine d’auteurs principaux travaillant eux-mêmes à partir des textes de plus de 500 contributeurs divers, qu’une vingtaine de correcteurs reprennent ce travail à partir des observations de près de 700 relecteurs et que la somme de cette publication dépasse les 2.500 pages. D’où la nécessité de présenter une version plus accessible de cet énorme travail sous la forme d’un résumé pour les décideurs politiques appelé SPM (summary for policy makers).

    Il est donc évident que le passage du premier document, le rapport, au second, le résumé, doit être entouré de garanties réelles. Près de 50 auteurs contribuent à l’élaboration de ces résumés, mais à ce stade, les scientifiques qui ont collaboré au rapport de base et les organisations non gouvernementales sont seulement consultés. Le choix de la rédaction finale dépend ensuite de 400 délégués des pays participants qui possèdent, ou non, une compétence sur les disciplines scientifiques traitées. Chaque mot du résumé doit être approuvé à l’unanimité, les discussions étant d’ailleurs menées simultanément en cinq langues.

    A cette étape, les représentants des gouvernements poursuivent des buts fondés sur des objectifs politiques plutôt que sur le contenu scientifique du rapport initial et ce point a été naturellement critiqué de nombreuses fois au cours des années passées. C’est pourquoi, il semblerait souhaitable qu’à l’avenir soient clairement mentionnées, au sein du résumé pour les décideurs, les opinions divergentes et qu’à tout le moins, il soit clairement indiqué que les résumés pour les décideurs n’émanent pas uniquement du travail des scientifiques, même si les principaux rapporteurs sont présents et s’ils peuvent faire entendre leurs observations qui sont prises en compte par les représentants des gouvernements. Certains ont suggéré de soumettre le texte final du résumé à l’assemblée plénière des rédacteurs du rapport de base. Sinon, fatalement, les rédacteurs de ce résumé risquent de ne prendre dans le rapport de base que les faits propres à étayer leurs convictions initiales. En outre, les nombreuses réserves de méthode ou de fond exprimées au long du rapport et qui sont essentielles compte tenu de la complexité du sujet sont gommées dans le résumé.

    En lisant les travaux du GIEC, l’ensemble des observations ci-dessus doit demeurer présent à l’esprit sans pour autant conduire à dénier toute valeur au résumé pour les décideurs. A cet égard, le travail mené par l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique en 2001, pour apprécier si le résumé pour les décideurs reflétait bien le rapport de base, a abouti à considérer que le résumé était bien cohérent avec le corps du rapport, mais que, toutefois, le résumé pourrait être enrichi par l’explication précise de la portée des lacunes ou incertitudes à partir desquelles les conclusions du rapport ont été élaborées.

    (..) De plus, il est vraisemblable que beaucoup de scientifiques spécialistes du climat brossent un tableau un peu trop négatif de la réalité estimant probablement que, sans cela, les politiques ne se mettraient pas en action. Cette remarque est également valable pour l’opinion publique en général qui risquerait de ne pas s’intéresser assez à cette question si elle avait en mémoire l’ensemble des incertitudes qui sous-tend les conclusions présentées.

    Enfin, d’autres voix critiques se sont élevées pour observer que le colossal effort de synthèse des opinions scientifiques des chercheurs du monde entier que représentent les rapports du GIEC aurait mérité d’être mené également au sujet de la déforestation ou du risque de pénurie d’eau potable, ou encore de la pollution des océans ou des modifications génétiques.

    Une partie de ces critiques a été présentée par la revue "Nature", sous le titre « consensus science or consensus politics », un consensus de la science ou des consensus politiques.

    Dans le rapport du GIEC paru en octobre 2001, est rappelée la méthodologie utilisée par le groupe de chercheurs internationaux travaillant sous l’égide de l’ONU pour essayer d’établir des simulations du climat du futur.

    Il y est souligné que la complexité des processus en oeuvre dans le système climatique interdit de se livrer simplement à l’extrapolation du passé ou de statistiques pour en tirer des projections. Même si un modèle climatique ne peut être qu’une simplification mathématique représentant le climat de la Terre, l’élaboration de tout modèle exige une connaissance approfondie des mécanismes physiques, géophysiques, chimiques et biologiques qui gouvernent le système climatique. (...)

    Le GIEC insiste sur les incertitudes qui demeurent, par exemple dans l’effet du réchauffement provenant du Soleil comme de l’activité volcanique, notamment parce que les données sur ces phénomènes n’ont pas plus de deux décennies d’existence. Le GIEC relève également les incertitudes relatives aux aérosols et au changement dans l’usage des terres, beaucoup de ces effets n’ayant pas été pris en compte dans les études menées, mais il est vraisemblable que l’influence de ces facteurs est plus locale que globale.

    Enfin, le GIEC ne passe pas sous silence les réponses différentes résultant de l’emploi de tel ou tel modèle ; il note qu’il reste nécessaire de quantifier et de réduire ces différences en obtenant de meilleures données d’observation et de meilleures techniques de fabrication des modèles.

    Mais, au total, le GIEC considère que l’essentiel du réchauffement observé au cours des cinquante dernières années résulte, sans ambiguïté, de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre."

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Autochtone palois  
    Monsieur qui veut des certitudes, il faut savoir que toute modélisation admet des incertitudes plus ou moins importantes. Elles se doit même de les chiffrer. C’est tout comme les prévisions météo. Si vous attendez à avoir un jour des prédictions météo sûres à 100 %, vous rêvez. Eh bien les experts du GIEC ou de la météo nous donnent des prévisions avec un taux de confiance associé. Que voulez-vous de plus ?

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009  

    Monsieur Autochtone palois, vous écrivez les experts du GIEC ou de la météo nous donnent des prévisions avec un taux de confiance associé. Mais d’où sortez-vous cela ? (sauf si vous vous laissez abuser par le "degrè de confiance" affiché à l’écran de TF1 pour les prévisions météo !!). Modestement Météo France assume 50% à 10 jours ; c’est pourquoi les scientifiques veulent plus, tout simplement.

    C’est bien parce que ça ne converge pas dans ces modèles qu’il y a encore débat entre les scientifiques. Alors ne parlez pas de taux de confiance, tout au plus voit-on des tendances lourdes dans des modèles maillés simplifiés. Quand les modèles sont complexifiés c’est encore largement la bouteille à l’encre. Et "le battement d’aile d’un papillon..." vous en avez entendu parler au moins ?

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Autochtone palois  

    "Modestement Météo France assume 50% à 10 jours". C’est bien ce que j’écrivais, Météo France nous donne un taux ou degré de confiance, même s’il n’est que de 50 % à 10 jours et peut-être de 80 % à 3 jours.

    Ce qui nous intéresse c’est de savoir que les experts du GIEC concluent sans ambigüité, grâce à leurs modèles convergents, que le réchauffement climatique est bien lié à l’augmentation des volumes des gaz à effet de serre.

    Par ailleurs, bien sûr qu’il y a des débats et des batailles d’experts. Mais nous enfumez pas avec la théorie du chaos et de l’aile du papillon.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009  

    Et non les experts du GIEC concluent sans ambigüité, grâce à leurs modèles convergents, justement cette affirmation est une fumisterie et ça n’a rien à voir avec le chaos. Aujourd’hui dans les études réalisées il n’y a pas convergence. On trouve des tendances, le poids de quelques paramètres dynamiques serait assez correctement évalué semble-t-il dans des cas particuliers ; mais c’est très incomplet et ça n’est pas scientifiquement validé. Sinon le débat entre scientifiques serait clos.

    Parlez de ce que vous maîtrisez, la culture issue de Sciences et Vie (très bonne vulgarisation au demeurant) est trop limitative. Sans rancune.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Autochtone palois  

    Monsieur l’"Expert", je n’ai fait que reprendre votre copié-collé du rapport du GIEC et mis en avant les incertitudes, sauf dans leur conclusion que je recopie (dernière ligne de votre copié-collé) :

    "Mais, au total, le GIEC considère que l’essentiel du réchauffement observé au cours des cinquante dernières années résulte, sans ambiguïté, de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre."

    Vous pouvez me traiter de lecteur de Sciences et Vie, mais pas me reprocher de manquer de rigueur, comme vous.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Cordebrume  
    ORACLE

    Comment voulez-vous que les "nuls" soient sérieux quand les "experts" se frictionnent ! Tout cela pour parler du passé - vécu - sans garantie sur - l’avenir. C’est quand même un combat inutile. Alors faites un beau spectacle.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    20 avril 2009, par pehache  

    Ca y est, on a encore affaire là à un négationniste du réchauffement climatique, qui tente d’envoyer un nuage d’encre pour brouiller les pistes.

    A-t’on jamais dit qu’il y avait des certitudes absolues, à 100% ?? Non, il n’y en a jamais en sciences, et les experts du GIEC en sont bien conscients puisqu’ils modèrent toutes leurs affirmations par des probabilités.

    Les modèles utilisés sont-ils parfaits et disent-ils tous exactement la même chose ? Non, et personne ne l’a jamais dit. Les conclusions sur l’origine du réchauffement et plus encore les prédictions sont-elles définitives ? Non, et personne n’a jamais dit qu’elles l’étaient.

    Mais les faisceaux d’indices commencent à être tellement convergents que continuer à dire "on n’a pas certitude, ne faisons rien" c’est l’inconscience complète. Quand on revient d’un pays impaludé, la recommandation est qu’à la moindre fièvre suspecte il faut prendre un traitement anti-palu, sans attendre d’avoir la certitude absolue que la fièvre est due au palu.

    Les conslusions du dernier rapport du GIEC, pour info :

    L’essentiel de l’accroissement observé sur la température moyenne globale depuis le milieu du 20e siècle est très vraisemblablement dû à l’augmentation observée des gaz à effet de serre anthropiques.

    L’analyse des modèles climatiques avec les contraintes des observations permet, pour la première fois, de donner une fourchette vraisemblable pour la sensibilité climatique et donne une confiance accrue dans la réponse du système climatique au forçage climatique.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Cordebrume  
    METEOMATIQUE

    A.P. - Je ne suis pas d’accord avec vous...Les prévisions à 100% vraies c’est facile et se vérifient tous les jours...exemples : temps variable, averses locales, quelques nuages, températures de saison, risques d’orages en montagne, température de l’eau fraiche, ...Il n’y a que le talent de la présentatrice qui change - fraiche ou fatiguée, blonde ou brune, ... on peut continuer longtemps. Attention pour les retours : contrôles radars, embouteillages.... c’est pareil. Moi je ne sors pas de l’IFOP et autres spécialistes du sondage mais je revendique détenir avec ces quelques mots une méthode fiable à 100%. D’ailleurs il suffit d’afficher ces quelques lignes toute l’année et pas d’erreurs possibles. Après la nuit vient le jour, après la pluie le beau temps ! Soyons FOUS .

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    19 avril 2009, par Lou Tillous  

    Avec le rechauffement il va y avoir davantage d’évoporation sur les mers. Et les nuages iront bien quelque part pour lâcher leur eau

    Avec ce raisonnement, le Sahara ne devrait pas être un désert car il devrait recevoir les précipitations de l’Atlantique qui le borde à l’ouest. La question doit être moins simple, mais je ne suis pas compétent pour apporter une réponse.

  • > Aragon : Le gouvernement approuve un projet de loi pour « Gran Scala »
    20 avril 2009, par Lou Tillous  
    Après ce long étalage de connaissances, verbeux et un peu cuistre, je ne sais toujours pas comment on va trouver les ressources en eau pour le projet Gran Scala. Remarquez, tout est possible : il y a bien eu le projet d’amener de l’eau du Rhöne par pipe-line jusqu’en Catalogne smiley . Je ne sais pas si le projet est enterré smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Aragon : Les travaux d’infrastructures reprennent
    Saragosse : OPEL, le temps des rumeurs
    Le "Las Vegas Aragonais" : Gran Scala et le développement durable
    S’évader près de chez soi : La région de « LAS CINCO VILLAS »
    Quand la Garonne se jette dans l’Ebre !
    Le Pavillon du Maroc à Saragosse plébicité
    General Motors couvre l’usine de Saragosse de panneaux solaires
    Le guide pratique de l’Expo de Saragosse
    Aller ou pas à l’Expo ??
    Saragosse 2008 : Un enjeux de taille pour les Pyrénées-Atlantiques
    Expo internationale de Saragosse : l’Espagne, mauvais élève pour l’eau
    Tous à l’Expo !
    Zaragoza 2008 : Jour J - 6 !
    Médiathèque Zaha Hadid : On l‘a échappé belle !
    Le coup de colère de Rosa
    Entre Catalogne et Aragon, rien ne va plus !
    "Zaragoza 2008" vu par les Québécois
    Zaragoza 2008 : N’oubliez pas Goya
    Zaha Hadid à Pau, Londres et Saragosse
    Gran Scala : La contestation apparaît en Aragon



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises