Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...

jeudi 9 avril 2009 par Bernard Boutin


Evolution médiatique et société numérique

Factotum organisait à l’UPPA une conférence très intéressante sur l’évolution des sources d’information. Un sujet qui nous concerne tous tant l’acquisition de l’information et du savoir change rapidement.

Souvenons nous de la Grand Messe du 20 h de PPDA ou, plus loin encore, du « Journal » en N&B sur la première chaine des années 50 . L’information nous arrivait « verticalement », presque de droit divin... C’était l’heure de la pensée unique.

Marcel DESVERGNES, ancien instit et professeur des écoles, Président d’Aquitaine Europe Communication a voulu nous faire voir à quelle vitesse l’acquisition de l’information change. Hier, sa provenance était verticale, aujourd’hui elle est clairement horizontale avec tous les nouveaux supports à notre disposition : internet, les moteurs de recherche, les i-pod etc... Les Medias classiques sont bousculés, malmenés. La presse écrite a du mal à s’adapter. Les grands quotidiens américains ferment à un rythme de plus en plus rapide. Les TV « classiques » font face à toujours plus de nouvelles concurrences. L’information ne devient plus que prétexte pour le commercial. Le 20 h : 20% d’info, 80% de reportages.

Les solutions disponibles pour tous sont toujours plus nombreuses. Combien de personnes consultent maintenant leur courriel et l’info tout en se baladant ? Combien il y a tout juste 2 ans ?

Quel contenu pour tout ça ? Qui les contrôle ? Qui fait la part des choses ?

A quoi bon aller chercher le journal au Kiosque ? L’info que vous y achetez est déjà obsolète. En plus, vous la payez alors qu’elle est gratuite sur le net !

Et puis les réseaux, c’est déjà presque terminé. Tout passe par les ondes et nous tombe du ciel. Nous nageons dans une espèce de « liquide amniotique ». On passe rapidement sur l’effet néfaste des ondes ? La passion l’emporterait sur la raison ?

« Big Brother is watching you » : Oui, mais tout cela ne fonctionne qu’avec des serveurs hypersécurisés, situés au Grand Nord, loin des contraintes climatiques.  Des fermes numériques. Les moteurs de recherche sont entre les mains de quelques uns. Où est passé le pouvoir ?

Toutes ces avancées fondent la société numérique.

Bref une conférence où tout allait si vite. Et, Marcel DESVERGNES d’ajouter qu’on en était qu’au début. Allez visitez telle ville nouvelle en Corée, on commence la présentation par les réseaux câblés, les puces sur les plaques d’immatriculations, les caméras... et le tour est joué. On (qui est-on ?) sait parfaitement où vous vous trouvez ?

Au Japon, votre gosse a une puce avec lui. Il lui faut 16 minutes à pied pour aller de la maison à l’école. Au bout de 17 minutes, il n’est pas arrivé et l’alarme se déclenche de part et d’autre...

On l’aura compris la conférence sera partie un peu dans tous les sens. Juste pour montrer jusqu’où va « l’évolution médiatique et la société numérique ».

Retour vers les réseaux sociaux, la génération Y (celle de la vie derrière l’écran), twitter, 2nd life, Face Book...

Et quel modèle économique pour tout cela ? Comment les medias peuvent-ils s’adapter à cette avalanche ? Quel choix éditoriaux pour demain ? Quel statut pour les journalistes eux-aussi malmenés ?

« Nous sommes des journalistes citoyens ». L’info, nous la mettons sur le net. Dans les blogs. Dans Alternatives-Paloises.

Les sources d’informations sont remises en cause. Que reste-t-il pour les Medias classiques ? Faut-il faire de la niche ou de l’investigation ?

Et nous les citoyens, comment réagissons-nous face à ces outils ? Il y a ceux qui savent et ceux qui ne savent pas : la fracture numérique générationnelle. Reste aussi la fracture culturelle : Quelle capacité avons-nous à faire des choix dans la déferlante numérique ?

On l’aura compris cette conférence aura soulevé beaucoup de questions ? Apporté peu de réponse mais eu le mérite de montrer que le monde accélère à une très grande vitesse. On aimerait bien savoir pour aller où ?

-  par Bernard Boutin

PS : La question  non posée : Dans un monde horizontal où le vertical n’existe plus, sans Dieu, ni loi, ni patron... qui pour le conduire ?


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
13 avril 2009, par georges2  

Changer avec lui, est-ce possible ??

Les TIC et le stress au travail : D’après un texte de Thierry Venin, chercheur doctorant CNRS UPPA paru dans La République le 11/04/09 1°)Le stress au travail constitue une véritable pandémie. Il serait responsable de : • 50% de l’absentéisme, • d’environ 3000 décès par an, • de 3,5 millions de jours d’arrêt de travail, • de dépressions, suicides,maladies cardio-vasculaires, • de troubles musculo-squelettiques,maladies de peau, gastrites,insomnies, alcoolisme. Les premières estimations officielles du coût social traduisent l’ampleur du problème : 3 à 4% du P.I.B, soit environ 60 milliards d’euros ou encore de 5 à 6 fois le déficit annuel de la Sécurité sociale !!!!.

2°)Un aspect de cette pandémie est la part que prennent les Techniques de l’Information et de la Communication, ces fameux « TIC ». C’est d’abord le volume d’informations qui frappe. La moindre petite carte mémoire de la taille d’un timbre poste qui équipe un téléphone portable ou un appareil photo.numérique peut embarquer 200 fois l’œuvre complète de Shakespeare ;

3°) Et où est l’homme dans tout cela ? C’est avec notre cerveau de « chasseur cueilleur » que nous entrons dans l’ère numérique ! L’homme finit par être « un bogue » trop lent entre deux ordinateurs ; où les sollicitations électroniques continues favorisent l’émergence d’un homme immédiat, réactif, sans passé ni perspectives. Le travail passe à la maison et la maison au travail. Tout devient urgent et nécessairement important ; il n’y a plus de « priorisation » des tâches. Aujourd’hui, un cadre reçoit en moyenne 85 mails quotidiennement ( sans compter les « pourriels »), cela représente une sollicitation électronique toutes les deux minutes !. Comment alors travailler sereinement en fonction d’objectifs clairs, comment prendre un peu de distance réflexive et stratégique ou encore se concentrer une heure ou deux sur un dossier complexe ? Le culte de l’urgence et de l’immédiateté télé communicationnelle se répand, les perspectives s’écrasent, la notion de projet se perd. Complément personnel : Les fausses orientations, les mauvais choix, les erreurs, les insuffisances, en bref, le dysfonctionnement public ou privé, sont immédiatement perçus, par le citoyen de base ou la hiérarchie, sans raisonnement préalable, comme un manque de conscience professionnelle, de compétence, de mauvaise volonté, de refus des réformes. Le seuil de l’inadéquation, de l’inaptitude de la biologie humaine à s’adapter à ce décalage entre la vitesse de l’influx nerveux (entre 2m et 120 m/sec) et celle d’un message informatique, est dépassé. Tant qu’on n’aura pas compris cela, la dissociation entre la demande du toujours plus et son impossibilité à le réaliser, entraînera des conflits, des oppositions de plus en plus violentes et incontrôlées, des pertes financières beaucoup plus coûteuses que celles qui résulteraient d’une adaptation fonctionnelle

> Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
9 avril 2009  

Au Japon, votre gosse a une puce avec lui. Il lui faut 16 minutes à pied pour aller de la maison à l’école. Au bout de 17 minutes, il n’est pas arrivé et l’alarme se déclenche de part et d’autre...

Je discutais avec une commerçante qui me disait qu’un de ses fournisseurs - un commercial - était contrôlé depuis Bx par ses supérieurs. Une puce, ou une système GPS était dans sa voiture pour observer combien de temps il passait avec chaque client. Cela est à mon avis une dérive.

  • > Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    9 avril 2009, par poele à gratter  
    la puce ou le CPE ?

    C’est sans doute l’un des projets cachés du ministère de l’éducation nationale pour détruire la profession de Conseiller Principal d’Education dans les établissements secondaires. On collera une puce sur chaque élève avec entre autres renseignements la durée du trajet entre le domicile et l’établissement. Dès que le timing sera dépassé un message tombera sur le portable des parents, et s’ils ne réagissent pas ce sera l’alerte vers les services de police.... Voilà comment on luttera contre l’absentéisme à l’école.

    Pure fiction ? Il n’y a pas de petites économies.

  • > Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    9 avril 2009, par pehache  

    En rêvant un peu, on pourrait espérer que les seuls medias "classiques" qui survivront seront ceux qui colleront aux sources du métier de journaliste : faire de l’investigation.

  • > Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    9 avril 2009, par poele à gratter  
    Marcellin revient !

    T’es sûr qu’il en restera beaucoup ? C’est un métier qui devient très risqué, si on sort de la couleur muraille inodore et sans saveur le danger est grand pour un journaliste désormais de se retrouver confronté à l’arsenal police justice. cf les journalistes de FR3 et Rue 89 convoqués pour une enquête récemment parce que leur travail avait eu le don déplaire en haut lieu. Marcellin revient ils sont devenus fous !

  • > Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    13 avril 2009, par poele agratter  
    marcellin bis

    Erreur grave ... il fallait lire :

    MARCELLIN REVIENS, ILS SONT DEVENUS FOUS !

    C’est mieux question "hortaugraphe"

  • > Une conférence à l’UPPA : Le monde change. Changez avec lui...
    13 avril 2009, par LPK  
    Le problème, c’est qu’entre le 9 et le 13, Pâques a passé. Et que ledit Marcellin est devenu saint Fromage. smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pau - Colloque "Opinion publique et territoire"
    Votez, si vous le pouvez !
    UPPA : Une affaire d’impression
    L’université de Pau attend 2 millions sous le sapin
    Pau - Disparaître pour mieux renaître !
    UPPA : Clovis DARRIGAN, lauréat du Prix ROBERVAL Multimédia
    Vous avez dit « Pays de l’Adour » ?
    L’Université de Pau et Total convolent
    UPPA : Le Président GOUT offensif
    UPPA : Vil management ?
    UPPA : Colloque « Ville Management »
    Un colloque à l’UPPA : « Analyse comparative internationale des outils de gestion de la performance »
    UPPA : La bonne nouvelle
    Université de Pau : report des examens, mais après ?
    UPPA : Un dialogue pour qui veut entendre
    UPPA : Evaluation locale, vous avez dit locale ?
    UPPA : "Lettre ouverte à mes Etudiants" (suite)
    UPPA : Lettre ouverte à mes étudiants
    Les effectifs de l’UPPA diminuent



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises