Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà

lundi 27 octobre 2008 par Jean Paul Penot


Le monde politique espagnol est en ébullition après la décision du juge Baltazar Garzon d’ouvrir une instruction sur la disparition de 114 266 républicains espagnols après le putsch du général Franco. (N’oubliez pas de donner votre avis sur cette procédure dans le sondage de la semaine)

La droite espagnole s’insurge, craignant que l’on « rouvre inutilement les blessures du passé ». Inutilement ? Alors que tant de familles ignorent encore où furent ensevelies les victimes de la politique franquiste d’élimination des républicains.

L’ouverture de 19 fosses communes, dont celle où Federico Garcia Lorca pourrait avoir été enterré, décidée par le célèbre magistrat qui a poursuivi Pinochet, pourrait apporter quelque lumière sur les exactions des Phalangistes et favoriser le deuil.

Au même moment, l’Eglise espagnole prépare la béatification d’un nouveau contingent de « martyrs des persécutions religieuses » qui porterait à près d’un millier les saints à invoquer « utilement ».

L’Espagne fera-t-elle mieux que la France dans la justice à l’égard des responsables de tueries ou de tortures ? Le temps écoulé pourrait donner plus de sérénité au pays et favoriser une approche plus équitable qu’une simple amnistie proche de l’amnésie. Mais la question n’est pas simple, et l’on se souvient qu’une grande figure européenne comme Bronislaw Geremek s’était opposé à la loi de lustration en Pologne après avoir signé en 1997 une loi similaire. Il est vrai que la simple divulgation des archives secrètes peut révéler des faux. Le cas récemment mis au jour de Milan Kundera illustre la difficulté de la tâche. Dans le cas du franquisme, la brutalité de la répression laisse moins de place au doute.

En France, un général peut se glorifier d’avoir pratiqué la torture et vendre son livre en librairie, passer à la télévision. Si le juge Garzon mène son action jusqu’au bout, l’hymne espagnol sera peut-être moins sifflé que notre Marseillaise...


- par Jean-Paul Penot
Le sondage de la semaine :
Rouvrir les "cicatrices" de la guerre civile espagnole : Une bonne ou une mauvaise chose ?


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
31 octobre 2008, par Le Pti K.(de conscience)  

"Mon corps, qui durant tant d’années fut la seule chose que j’avais, en dépit des coups, des misères, du dégoût qu’il m’est arrivé de ressentir pour lui, aujourd’hui, sur le chemin de la vieillesse, animal ami, m’est toujours fidèle.

Je voudrais le dire, et le lui dire, avec les mots les plus banals qu’un homme habitué à travailler avec des mots puisse trouver : j’aimerais pouvoir choisir la mort de mon corps, le jour, l’endroit, et la manière. Qu’elle lui soit sereine et paisible. Et quelque chose d’absolument irrationnel : je voudrais qu’un jour mes os soient auprès de ceux de mes parents, si c’est possible. La seule chose que j’aie demandée à mon corps sous la torture, c’est qu’il me permette un jour de les regarder en face avec dignité." Carlos LISCANO in "le fourgon des fous"

> Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
29 octobre 2008, par Javier  

n’oublions jamais que la Guerre Civile espagnole a fait sans doute un demi million de morts et de disparus répartis des deux cotés et qu’il est de bon ton de ce coté-ci des Pyrénées de défendre davantage les Républicains. N’oublions pas non plus les tortures,les meurtres qu’ont subis les religieux, les civils nationalistes. L’initiative du juge Garzon ne va pas vers l’apaisement de cet épisode si douloureux encore dans l’histoire de nombreux espagnols et du pays tout entier

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    29 octobre 2008, par pehache  

    Les familles des victimes se fichent sans doute pas mal de savoir qu’il y a eu des victimes dans les deux camps. Tout ce qu’elles veulent c’est connaître la vérité, savoir ce qui s’est passé, savoir ce que sont devenus les disparus, savoir qui est responsable. Elles y ont droit : avant de pouvoir être apaisé il faut savoir.

    Et renvoyer dos à dos les deux camps est abusif.

    Déjà un camp était du côté de la démocratie, pas l’autre.

    Et ce qui passé pendant la guerre est une chose : on sait bien que même dans les "bons camps" aucune guerre n’est propre. Mais ce qui s’est passé après la guerre, où les exécutions de républicains ont continué, en est une autre.

    Et la différence aussi, c’est que les victimes dans camp des vainqueurs ont été reconnues, alors qu’une bonne partie de celles du camp des vaincus n’y ont jamais eu droit.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    31 octobre 2008  

    La paix ne s’accommode malheureusement pas de ces comptes, recomptes et décomptes de morts et de violences. Même s’ils paraissent justifiés.

    Sans renvoyer les deux camps "dos à dos", ce qui est rallumer de terribles antagonismes, on peut admettre, calmement et sans parti pris, que les pires exactions eurent lieu de part et d’autre. Admettons aussi, pour le regretter, que la démocratie n’était nulle part, même pas dans cette république qui n’en mérita guère le nom, hélas.

    Par dessus tout, ce qui compte, c’est la réconciliation. L’Histoire montre qu’elle ne s’accommode ni des comptes ni des revanches. Le pardon est à ce prix.

    70 ans après, laissons les morts aux morts.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    31 octobre 2008, par pehache  

    Sans renvoyer les deux camps "dos à dos", ce qui est rallumer de terribles antagonismes, on peut admettre, calmement et sans parti pris, que les pires exactions eurent lieu de part et d’autre.

    Non. Car les exactions du camp nationalistes ont continuées après la guerre elle-même. ce n’est pas équivalent.

    Admettons aussi, pour le regretter, que la démocratie n’était nulle part, même pas dans cette république qui n’en mérita guère le nom, hélas.

    C’est une contre-vérité historique. La République de 1936 n’était peut-être pas une démocratie parfaite, mais c’était une démocratie malgré tout. En revanche les nationalistes se sont clairement positionnés en dehors du champ démocratique, aussi bien pour prendre le pouvoir que pour l’exercer.

    Par dessus tout, ce qui compte, c’est la réconciliation. L’Histoire montre qu’elle ne s’accommode ni des comptes ni des revanches. Le pardon est à ce prix.

    Ben voyons... C’est vraiment facile de parler à la place des familles des victimes, vous ne croyez pas ?

    Le pardon n’est possible que quand il y a reconnaissance des faits. On ne peut pas pardonner à quelqu’un qui ne reconnait pas ce qu’il a fait.

    Voyez l’Afrique du Sud après la chute de l’Apartheid : pour qu’il y ait reconciliation, il a été demandé aux bourreaux de reconnaitre leurs crimes.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    31 octobre 2008, par LPK  
    On ne construit pas des immeubles sur des cimetières.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    31 octobre 2008, par pehache  
    Et encore moins sur des charniers.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    28 octobre 2008, par Isla Ochotorena  
    ne pas mourir idiot

    Rendez-vous sur l’agenda de la ville de Pau.

    Donner une sépulture à nos parents, Antigone en demandait autant, rien de neuf sous le soleil ...

    Merci Garzon, 68 pages de son arrêté en date du 16 octobre qui ont fait pleurer les enfants de Républicains que nous sommes .

    > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    27 octobre 2008, par doudou  
    VERITE

    La aussi je n approuve pas cette idée de ressasser les affaires de temps de guerre a quoi cela sert il de remuer toutes ces choses je trouve meme délicat de ne pas retourner le fer dans la plaie. Car je vais vous dire j ai 72 ans il y a que j ai vu dès l age de 5 ans des gens se faire torturer dans la kommandantur car ma grand mère qui était luxembourgeoise et qui parlait l allemand était la personne que l on venait chercher pour traduire ce que les allemands disaient aux gens pour les faire avouer aussi je suis contre ce système qui consiste a faire l examen du passé n en parlons plus car c’est véritablement remettre ces choses devant les yeux et ce n est pas bon.PS ma grand mère fut une grande résistance pendant la guerre de 14/18 elle a fait des obus et pendant la guerre 39/45 elle a été une bonne fée pour beaucoup de monde. car elle a évité bien des drames.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    27 octobre 2008, par cordebrume  
    Méthode Couet

    Il y a des INITIATIVES A METTRE EN PLACE AVEC L’ESPAGNE qui demandent de ne pas disperser les ENERGIES POSITIVES POSSIBLES. Un retour sur l’histoire Franco-Espagnole a suffisamment généré de cicatrices douloureuses encore, de Napoléon à nos jours, pour éviter le report des sujets sensibles sur la deuxième et la troisième génération d’après guerre. Les historiens on s’en fout.

  • > Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà
    31 octobre 2008  

    pauvre Cordebrume, tu regardes trop la télé de m..., elle t’encombre les neurones : Coué

    Pour le reste, retourne dormir, tu fais de la peine...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Espagne : Ya estamos* !
    Monsieur le Consul d’Espagne : Qu’en pensez-vous ?
    Plaza del Sol : Quand l’Espagne doute !
    Mémoires d’un garde civil républicain (1936-1939)
    En Espagne, le secteur de la construction en crise
    Les nouveaux « Conquistadores »...



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises